17 septembre 2014

Un siècle d'amitié ferroviaire franco-suisse

130914_Ae4-7+2D25525

Première rencontre entre l'Ae 4/7 des CFF à gauche et la 2D2 5525 du Paris Orléans à droite : la parenté technique est flagrante et méritait bien d'être placée au coeur de l'exposition. © transportrail

Plus de 800 personnes sont venues aux portes ouvertes des usines ABB Sécheron au cours des journées du 13 et du 14 septembre. A l’occasion de la ré-électrification en 25 kV de la ligne Bellegarde – Genève, l’Association pour la Préservation du Matériel Ferroviaire Savoyard, le Cercle Ouest Parisiens d’Etudes Ferroviaires (COPEF), l’Association E 525, CFF Historic, BLS, Schorno Locomotive Management (SLM) ainsi que les sponsors ABB Suisse, Stadler, IGTE (SNCF) et Alpiq ont souhaité réunir des matériels ferroviaires qui avaient été conçus et en partie produits par les usines Sécheron, mais qui n’avaient jamais eu l’occasion de côtoyer d’aussi près.

130914_2CC23402+CC6558

De gauche à droite, une Ae 6/8 du BLS, la 2CC2 3402 du PLM (pour la ligne de la Maurienne) et la CC 6558 de la SNCF : trois générations de matériel alpin, mais seule la dernière était une habituée de Genève. La 2CC2 ne sortait pas de son périmètre Ambérieu - Modane. Quant à l'Ae6/8, elle était concentrée sur les lignes du BLS entre Lotschberg et Simplon. © transportrail

Avaient ainsi été réunis :

  • la BB9301, qui fréquenta régulièrement Genève tant qu’elle était affectée au réseau sud-est,
  • la CC6558 en livrée Maurienne, autre série française fréquemment présente en terre suisse,
  • la CC20001, prototype des engins bicourant 1500 V – 25000 V lors de l’expérimentation du courant alternatif,
  • la 2CC2 3402 de la Maurienne, machine savoyarde certes mais qui n’était jamais venue à Genèven, son périmètre n’ayant jamais dévié de l’axe Ambérieu – Modane,
  • la 2D2 5525 du PO pour laquelle venir à Genève était aussi une première,
  • l’Ae4/7 (type 1D2) des CFF, qui est la cousine helvétique de la précédente,
  • l’Ae6/6 des CFF, première série moderne de machines de grande puissance notamment pour le trafic de marchandises,
  • l’Ae 6/8 du BLS, qui constitue un intermédiaire technologique entre les deux engins précédents,
  • la Be4/4 n°545 du BLS

130914_Ae6-6+CC20001

A gauche, une pionnière française, la CC 20001 bicourant pour l'expérimentation du courant 25000 V. A droite, une Ae6/6 pour les convois lourds de marchandises en Suisse. Là encore, quelques passerelles techniques entre les deux matériels. © transportrail

Toutes étaient présentées sous les meilleurs auspices : livrée rutilante à l’issue de restaurations parfaitement menées, disposition simple sur les voies de l’usine mais permettant de faire le tour des machines, de monter à bord et de les photographier sous leur meilleur jour. La BB9301, récemment réformée, était la seule à ne pas avoir encore été restaurée, mais présente un état encore très satisfaisant dans la livrée Multiservices.

130914_BB9301+CC20001

Dernière préservée, la BB 9301 a quitté son service commercial et débute sa retraite. Représentante de la famille des BB Jacquemin, elle voisine la CC 20001 qui inaugura les recherches de locomotives modernes après-guerre aboutissant à cette série de machines qui ont essaimé un demi-siècle durant sur le réseau français. © transportrail

Une manifestation simple, « sans chichis » ni excès de communication, simplement destinée à mettre en valeur le train et l’évolution de la technologie en France et en Suisse dans une période marquée par un rapprochement ferroviaire autour du projet CEVA.

Autre élément à ne pas négliger dans cette coopération franco-suisse, les automotrices Flirt RABe 522 des CFF assurent désormais la liaison RER Genève – Bellegarde grâce à leur aptitude au 25000 V français.

130914_Be545-BLS

Une seule automotrice présente à l'exposition, la Be 4/4 545-761 du BLS, à l'allure typique des matériels pour service omnibus d'après-guerre. © transportrail

Posté par ortferroviaire à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Premier Régio2N pour l'Aquitaine

Après avoir inauguré les premiers Régiolis, la Région Aquitaine est également la première à présenter le Régio2N qui sera amené à circuler sur les lignes Bordeaux - Agen, Bordeaux - Arcachon et Bordeaux - Hendaye. La version retenue offre 330 places sur 81 m, la plus courte déclinée par Bombardier, puisqu'un train composé de 2 rames ne doit pas dépasser 162 m pour entrer sur les voies latérales en impasse de Bordeaux Saint Jean.

Trains : la nouvelle génération des TER Aquitaine inaugurée à Bordeaux

Intérieur du Régio2N vu depuis la salle basse des voitures à deux niveaux. Le Régio2N pourra aussi admettre des voyageurs debout dans les zones périurbaines, comme les matériels de banlieue parisienne, grâce aux larges espaces d'accueil. (cliché X)

L'arrivée du Régio2N en Aquitaine constitue la première utilisation d'une automotrice à deux niveaux sur les lignes régionales autour de Bordeaux, marquées par une forte hausse du trafic, plus ralentie ces dernières années, mais qui atteint 59% en une décennie. Elle est aussi destinée à préparer l'évolution des dessertes liées à la mise en service de la LGV Tours - Bordeaux prévue au printemps 2017 et qui entraînera un regain d'attractivité pour les trains régionaux. La première exploitation commerciale du Régio2N est attendue en fin d'année sur Bordeaux - Arcachon.

Pour l'instant, le Régio2N reste en phase d'essais avec les rames livrées en Bretagne, Aquitaine, PACA et Rhône-Alpes dans différentes versions de longueur.

A noter que la première rame Centre (110 m de long) sera exposée à Innotrans à Berlin la semaine prochaine.

Posté par ortferroviaire à 14:11 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,
16 septembre 2014

PACA contre les désengagements de RFF

La Région PACA a une nouvelle fois pris sa plume pour faire par au gouvernement - via son nouveau Secrétaire d'Etat aux transports - de son mécontentement quant à la politique de RFF et de la SNCF sur certaines lignes régionales.

Dans un premier temps, les travaux prévus sur la ligne de Briançon en 2015 ont été retardés en 2016, apparemment en raison du manque de personnel dans les équipes SNCF Infra, mais aussi sans l'assurance du financement alors que la Région s'est acquitté des subventions prévues au contrat de plan Etat - Région 2007-2013.

Ensuite, c'est l'annonce de délais supplémentaires pour les travaux de la partie la plus au nord de l'axe Nice - Tende, alors que RFI, le gestionnaire d'infrastructures italien, dispose d'une enveloppe de 29 M€... mais avec la contrainte de démarrer les travaux au plus tard le 30 juin 2015. En outre, le projet de nouvelle convention pour gérer la partie transfrontalière de l'axe Nice - Turin demeure toujours au point mort.

Enfin, l'annonce de l'arrêt des travaux de mise en accessibilité des gares des Arcs et de Cannes a parachevé la liste des critiques adressées au gouvernement. Manifestement, la politique des transports ferroviaires est victime de hoquets préfigurant une panne de carburant, en l'occurrence de ressources.

Posté par ortferroviaire à 13:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Laqueuille - Eygurande : la fin

C'est fini. Le trafic ferroviaire est officiellement "suspendu" depuis le mois de juillet sur les 22 km séparant Laqueuille d'Eygurande-Merlines, maillon des liaisons entre Clermont Ferrand, Limoges et Brive la Gaillarde. Mais dans les faits, c'est bien plus que cela, puisqu'en venant de Limoges et de Brive, les trains ne dépassent plus Ussel.

Pour rejoindre la façade Atlantique, l'Auvergne n'a plus aucun itinéraire direct, puisque la relation entre Clermont et Bordeaux, vestige - en lambeaux - de ce que fut la liaison Lyon - Bordeaux "Ventadour", ne peut plus circuler. Des services d'autocars prennent la relève et peuvent afficher des gains de temps par rapport aux autorails qui devaient circuler à vitesse réduite sur des infrastructures à bout de souffle, sans compter l'effet de temps de stationnement pouvant dépasser les 20 minutes à Ussel. On aurait voulu décourager les candidats au voyage en train qu'on n'aurait pu difficilement faire mieux.

Si la Région Limousin s'était dite prête à concourir aux investissements nécessaires pour maintenir ces deux liaisons, en continuité des investissements réalisés sur Limoges - Ussel, la Région Auvergne est restée passive, en dépit de la motion présentée par les élus écologistes mi-juin. Cela n'a pas suffi.

Malheureusement, en Auvergne, d'autres lignes sont sur la selette : la section Thiers - Boën de la ligne Clermont - Saint Etienne, où l'offre de bout en bout est allégée et remplacée par des autocars, mais aussi l'antenne du Mont Dore où la desserte squelettique risque fort de faire partie de la prochaine fournée de mises sur route.

Les élus auvergnats se focalisent sur les liaisons prioritaires comme Le Puy - Lyon, mais leur focalisation parfois excessive sur des projets comme POCL ou une transversale à grande vitesse leur fait parfois perdre de vue le risque de perdre l'existant. La SNCF est également à mettre au banc des accusés, pour manquer d'initiatives afin de crédibiliser aux yeux du public et des décideurs, l'offre de transport ferroviaire (mais il est vrai qu'elle préfère être "opérateur de mobilités" plutôt qu' "entreprise ferroviaire". De son côté, RFF ne peut financer des lignes qui génèrent plus de dette que de recettes, mais tarde dans la constitution de référentiels de maintenance adaptés aux lignes à faible trafic. Evidemment, les regards se tournent vers l'Etat, mais que faut-il en attendre ?

transportrail vous propose son nouveau dossier consacré aux lignes Clermont - Brive / Limoges. A vos commentaires !

Posté par ortferroviaire à 13:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
03 septembre 2014

IDVroom : auto-concurrence ou illustration de la nouvelle SNCF ?

Après avoir racheté l'anné dernière le site 123envoiture.com, la SNCF lance sa plateforme de co-voiturage baptisée IDVroom. Le groupe SNCF poursuit sa stratégie de diversification destinée à conquérir l'ensemble du marché de la mobilité tous modes confondus. Initialement, l'axe recherché était celui du rabattement vers les gares, en milieu périurbain ou rural. Finalement, la SNCF s'est résolu à cette évidence : le covoiturage effectue à une vitesse bien plus rapide que prévue un travail de sape de la fréquentation des trains - toutes activités confondues sauf Transilien - face aux carences de l'offre et aux tarifs jugés de plus en plus élevés par rapport au pouvoir d'achat moyen, surtout pour les déplacements de dernière minute. Par conséquent, IDVroom va chercher à ramener dans le giron du groupe SNCF les clients "égarés" chez Blablacar et autres sites de covoiturage. Officiellement, il s'agit d'un nouvel axe de la politique "de porte à porte" de l'entreprise, mais cela peut aussi se traduire par la volonté hégémonique de contrôler le secteur des transports, tous modes confondus, par ses différentes entités.

Bref, le temps de la SNCF compagnie ferroviaire est révolu, cédant la place à ce qu'on qualifiait autrefois de trust. Reste que la diversification sur des secteurs extrêmement variés - mais qui ont tous en commun le transport - pose question : l'excellence ferroviaire est-elle encore l'objectif premier, ou vise-t-on l'excellence globale dans la mobilité avec des péréquations entre des secteurs de bonne tenue (Keolis par exemple) et des points faibles (la qualité de la production ferroviaire voyageurs et fret) ?

N'est-ce pas la traduction d'un repositionnement de l'entreprise, dans lequel l'activité ferroviaire deviendrait de moins en moins centrale, et pour laquelle on se résoudrait à entériner une contraction plus que probable entre la crise du modèle économique du TGV, l'état médiocre sinon mauvais du réseau, la crise de financement du TER, les appels incessants à la mise sur route de nombreuses lignes puisque l'avenir du ferroviaire n'est résolument pas perçu comme possible hors du giron du groupe SNCF ?

Posté par ortferroviaire à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 septembre 2014

Plouaret - Lannion : 4 mois de travaux

L'antenne reliant Lannion à la radiale Rennes - Brest sera fermée à compter du 8 septembre pour travaux de modernisation jusqu'au 16 janvier 2015. La rénovation de l'infrastructure représente un investissement de 13,5M€ financé par la Région Bretagne (40%), RFF (35%), l'agglomération de Lannion (11%), l'Etat (10%) et le Département des Côtes d'Armor (4%).

L'objectif est non seulement de pérenniser la ligne mais aussi de préparer l'évolution de l'offre ferroviaire sur cette ligne de 16 km,  qui devrait passer de 20 à 32 trains par jour, en lien avec la mise en service de la LGV Bretagne Pays de Loire qui réduira les temps de parcours des TGV bretons. La vitesse maximale de l'infrastructure, aujourd'hui de 80 km/h sera relevée à 110 km/h sur 11 des 16 km. Le gain de temps sera de 2 min 30. Deux passages à niveau seront supprimés et un sera automatisé.

Posté par ortferroviaire à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2014

La Pauline - Hyères : 10 longs mois de fermeture

10 mois de fermeture pour la modernisation de l'antenne de Hyères : c'est beaucoup pour une ligne de 10,5 km qui ne verra à nouveau des trains qu'à l'été 2015. Pas moins de 35 M€ sont investis dans l'objectif d'autoriser un cadencement à la demi-heure de la desserte depuis Marseille et Toulon. Les travaux prévoient la rénovation intégrale de l'infrastructure et de la signalisation, la mise en accessibilité des gares, avec l'adaptation des quais et cheminements (création d'une passerelle en gare de La Pauline) et la suppression d'un passage à niveau.

toulon-hyères

Le projet est financé par le CPER avec des participations de 23% pour l'Etat, la Région et le Département du Var, 20% pour RFF et 10% pour l'agglomération toulonnaise. Comme nous le suggérions dans notre article de juillet 2012, la question du prolongement au-delà du terminus actuel pour desservir l'aéroport voire les plages reste posée... et justifiée au regard du trafic aérien qui repart progressivement à la hausse après la crise de 2010. S'il enregistrait plus de 700 000 voyageurs en 2000 et seulement 502 000 en 2010, l'année 2013 s'est soldée sur un volume de 582 000 voyageurs. De quoi tout de même nourrir la desserte ferroviaire, Toulon pouvant être accessible par le rail et non plus par une ligne d'autocars tributaires de la circulation. Faut-il évoquer les plages comme autre source de trafic pour s'en convaincre ?

Posté par ortferroviaire à 11:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Oloron - Bedous : travaux en 2015

La Région Aquitaine et RFF annoncent le lancement des travaux de réouverture de la section Oloron Sainte Marie - Bedous pour le printemps 2015. La section de 24,5 km entre devrait rouvrir aux voyageurs dans 18 mois avec le prolongement à Bedous de 4 allers-retours et de 2 jusqu'à Bidos avec 3 arrêts intermédiaires à Bidos, Lurbe Saint Christau et Bedous et une vitesse maximale des trains de 80 km/h. Le coût du projet atteint tout de même 102 M€ pour restaurer (reconstruire) la voie, la caténaire, la signalisation, traiter 31 ouvrages d'art et 7 tunnels, supprimer 11 des 27 passages à niveau dont 4 par dénivellation... mais pour quel enjeu de trafic ?

En attendant, RFF va procéder au débrousaillage de l'infrastructure plongée dans l'oubli depuis 1970. Reste que le projet ne fait pas l'unanimité localement, où on semble encore privilégier les aménagements routiers. A Oloron, on refuse le passage du train en ville... qui ne s'est pas gênée pour se développer sur l'emprise ferroviaire (un rond-point par ci, un talus coupé par là...)

Le projet peut effectivement faire question compte tenu des incertitudes au-delà de Bedous : le prolongement des TER est économiquement difficile à justifier compte tenu de la fréquentation potentielle et la vocation fret n'aurait de sens qu'avec une jonction franco-espagnole dont on parle souvent mais sans réelle avancée. En outre, le tunnel ferroviaire du Somport sert de galerie de secours au tunnel routier et accueille depuis 30 ans un laboratoire de recherche du laboratoire de physique nucléaire et de hautes énergie de l'université de Saragosse...

Posté par ortferroviaire à 10:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

Etoile de Sainte Pazanne : les grands travaux commencent

108 M€, c'est le montant des travaux de modernisation des sections Sainte Pazanne - Pornic et Sainte Pazanne - Saint Gilles Croix de Vie. Après une certaine médiatisation de la vétusté - réelle - de ces infrastructures, la Région des Pays de la Loire et RFF ont décidé d'engager rapidement les travaux. Jusqu'au 30 juin 2015, les trains seront remplacés par des autocars au-delà de Sainte Pazanne. 84 km de voie unique, 9 passages à niveau supprimés et 15 automatisés, 130 000 traverses sans compter les tonnes de ballast, le remplacement de certains ouvrages d'art et l'allongement de certains quais. Les deux lignes ne rouvriront que le 5 juillet 2015. En attendant, les voyageurs devront emprunter des autocars. Mais la Région et RFF le confirment : on pourra rouler non plus à 60 km/h mais à 90 km/h dès juillet sur ces deux lignes, et à 140 km/h dès que l'intégralité des travaux sera achevée. Ce relèvement de vitesse procurera un gain de temps de 5 minutes sur Nantes - Pornic (57 min contre 1h02 aujourd'hui) et de 20 minutes vers Saint Gilles (1h35 contre 1h55). Le financement de ces travaux est assuré par la Région (41 M€), RFF (26 M€), l'Etat (27 M€) et le Département de Vendée (12 M€).

Notre dossier sur l'étoile de Sainte Pazanne.

Posté par ortferroviaire à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 août 2014

Brest - Quimper : le projet retardé

Les travaux de rénovation de la ligne Brest - Quimper devaient initialement avoir lieu cette année, de mars à décembre, mais le projet a été retardé. La découverte tardive d'affaissement de la plateforme ferroviaire en plusieurs points dans le Finistère, notamment entre Landernau et Brest, a amené RFF à réviser le programme de l'opération. Or le surcoût pourrait atteindre 50% faisant passer le coût de la rénovation de 60 à 90 M€. A ce jour, aucune date n'a été communiquée pour planifier le début des travaux, que la Région Bretagne souhaite voir réaliser.

Posté par ortferroviaire à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :