Vu sous un angle franco-français, la question apparaît insolite, saugrenue, décalée dans le temps puisque toutes les acquisitions de matériel ferroviaire moderne pour le service voyageurs reposent sur des formations automotrices. Dernière exception, les 67 locomotives BB 27300 commandées pour remplacer le trio BB 8500 / 17000 / 25500 en tête des rames VB2N sur les banlieues Montparnasse et Saint-Lazare.

060411_27302chaville-RG

Chaville Rive Gauche - 6 avril 2011 - Les BB27300 sont les dernières locomotives acquises par la SNCF pour du service Voyageurs avec les VB2N franciliennes, jusqu'alors associées aux BB 8500 / 17000 / 25500 de 10 à 15 ans leurs aînées : un exemple de décalage générationnel.

310710_RCR2donzere

Donzère - 31 juillet 2010 - La réversibilité n'a pas été généralisée dans le programme Corail : 30 ans après la sortie des premières voitures, les Régions ont lancé la transformation de voitures fourgon en voitures pilotes pour simplifier l'exploitation de ces rames, pas toujours adaptées aux dessertes régionales à arrêts fréquents. © transportrail

180709_8552chalon

Chalon-sur-Saône - 18 juillet 2009 - RIB, RIO puis RRR avaient été conçus pour utiliser des locomotives engagées sur le trafic fret la nuit, afin d'augmenter leur productivité par un service voyageur omnibus. Parmi leurs atouts, le dimensionnement généreux des portes. Le confort était correct, mais l'absence de climatisation en fait des fournaises en été. © transportrail

Pour le service Grandes Lignes, les BB 26000 constituent la dernière série de locomotives de vitesse. Des BB 36000 ont été utilisées par Thello jusqu'en 2020, tant sur Paris – Venise que Marseille – Milan.

Le renouvellement du matériel TET se traduit exclusivement par des commandes d’automotrices : Coradia Liner, Omneo Premium et Confort 200. Du côté des TER, il faut remonter aux années 1980 pour trouver trace des dernières commandes de rames tractées avec les RRR, afin d’utiliser des locomotives disponibles en nombre important (à l’époque BB 8500, 9600, 16500, 25500 en électrique, 66400, 67300 et 67400 en Diesel). Depuis, les acquisitions n’ont porté que sur des éléments automoteurs.

150616_059Clyon_part_dieu_godin

Lyon Part Dieu - 15 juin 2016 - Les Régio2N marquent, avec les Régiolis, la domination définitive du principe automoteur sur le réseau français. Ici, deux rames courtes en UM sur la relation Ambérieu - Saint Etienne. © N. Godin

La tendance est à ce point nette qu’on peut envisager la fin des compositions voyageurs tractées dans le parc SNCF autour de 2025, à l’exception des trains de nuit. La tendance française est donc très nette. Elle l’est beaucoup moins chez nos voisins européens, comme vous le montre transportrail avec un tour d'horizon dans quelques pays plus ou moins voisins :

Au Royaume-Uni, le mouvement de généralisation des automotrices est très ancien et semble ne pas devoir être remis en cause : il n'y a donc pas de débat sur le choix d'une architecture ou d'une autre.

Vous pouvez aussi directement passer à la synthèse de ce dossier.