Il est la nouvelle figure des Chemins de fer de la Corse et de Provence, même si, en Corse, sa mise au point fut délicate, dans un feuilleton politico-technique qui s’est heureusement dénoué… et on ne manquera pas de souligner qu’il fut d’autant plus rapidement résolu dès lors que la SNCF fut débarquée de l’exploitation de ce réseau.

L’AMG800 corse (Autorail Métrique de Grande Capacité), désigné AMP800 (Autorail Métrique de Provence) sur la ligne Nice – Digne, a été initié en 2002 par la Collectivité Territoriale de Corse, qui venait de récupérer la propriété du réseau ferroviaire, dans l’intention d’impulser un nouvel élan ferroviaire dont on peut aujourd’hui mesurer le succès.

Assistée d’Egis Rail et de la SNCF, la Collectivité mit au point le cahier des charges de ce nouvel autorail, dont la construction fut confiée par appel d’offres aux usines CFD de Bagnères de Bigorre, aujourd’hui reprises par CAF.

271116_810soveria_fjury

Soveria - 27 novembre 2016 - Les AMG800 corses ont surpris par leur livrée comprenant majoritairement un gris anthracite des plus sombres. Ces autorails ont finalement réussi à incarner la renaissance du réseau ferroviaire de l'île, bénéficiant des importants investissements sur l'infrastructure. © F. Jury

Un autorail sur mesure

Constitué de deux caisses motrices dotées d’un moteur V8 Deutz de 440 kW chacune, couplés à une boîte de vitesses Voith et reposant sur 4 bogies pendulaires, ce nouvel autorail se distingue par ses performances élevées afin de répondre à l’objectif d’une liaison Bastia – Ajaccio en 3 heures. En particulier, il soutient une vitesse de 83 km/h en rampe de 30 / 1000 et peut atteindre 100 km/h en seulement 68 secondes.

Chaque caisse est munie d’une double porte de 1,30 m d’ouverture, sur une plateforme surbaissée à 480 mm au-dessus du rail. Côté cabine de conduite, une salle panoramique de 24 places est aménagée en léger gradin. Côté intercirculation, les salles offrent une capacité de 20 places.

Sur la motrice orientée vers Ajaccio, on trouve également 3 crochets pour les vélos, 10 strapontins et un local d’accompagnement qui permet de transporter de petits colis. Sur la motrice orientée vers Bastia, est installé un WC, 6 strapontins et 2 crochets à vélo.

AMG800

301116_801ajaccio_fjury

Ajaccio - 30 novembre 2016 - Le réseau corse, c'est aussi une vocation urbaine et périurbaine qui s'affirme. Il commence à être question de nouveaux matériels pour ces missions, afin de concentrer l'usage des AMG800 sur les liaisons longue distance. © F. Jury

Un démarrage délicat

La première livraison a eu lieu le 23 juin 2007 à Ajaccio pour des essais jusqu’à Vizzavona. La mise en service des premiers engins en fin d’année 2009 fut rapidement interrompus du fait de nombreux problèmes de fiabilité de nature diverse : usure prématurée des disques de frein, des bandes de roulement, fuites diverses, consommation excessive, angle de travail trop important des arbres et cardans de transmission, générant une usure prématurée, défaillance du chauffage et de la climatisation… Tout ceci conduisit à l’arrêt des autorails en février 2010.

Il fallut d’abord attendre un an que CFD Bagnères reconnaisse sa part de responsabilité dans la conception de l’engin et les défauts de fabrication (comme des flexibles trop courts pour la circulation des fluides…), que les engins livrés soit repris pour modifications, et adapter la conception pour les autres engins commandés. Au final, ce n’est qu’à l’été 2013 que les 12 autorails commandés par la Collectivité Territoriale de Corse furent tous déclarés bons pour le service.

Entre temps, les 4 autorails commandés par la Région PACA pour la ligne Nice – Digne ont pu tirer profit des mésaventures corses, y compris avec une évolution du moteur Deutz, tout comme les 10 engins livrés en Tunisie, clôturant une production de 26 engins. Cependant, suite à un éboulement, la rame 801/802 de Provence a été réformée.

140816_AMP800entravaux_brisou

Entrevaux - 14 août 2016 - Les Chemins de fer de Provence n'ont pas lésiné sur la couleur et le résultat est particulièrement réussi, rappelant le fameux Daylight américain. Malheureusement, l'un des autorails a été prématurément réformé après avoir percuté un éboulement rocheux. © F. Brisou

Services des AMG et AMP800

Les 12 autorails de Corse ont d’abord pris en main les dessertes Bastia – Ajaccio et les renforcements périurbains mis en œuvre pour augmenter l’usage du train dans les zones les plus denses de l’île. L’augmentation du trafic depuis 2012 a nécessité l’adaptation du parc afin de fonctionner en UM2 sur les circulations les plus chargées. Les rames Soulé livrées en 1989, composées d’une motrice et d’une remorque, sont pour partie hors service puisque 3 autorails sur 7 et 3 remorques sur 6 sont aptes au service. En outre,

Il est aussi question d’acquérir des trams-trains pour assurer le service de banlieue de Bastia et d’Ajaccio, y compris dans la perspective de réouverture de la ligne de plaine orientale : dans cette hypothèse, les AMG800 seraient repositionnés sur l’axe Bastia – Ajaccio et la Balagne.

Sur Nice – Digne, les AMP800 se partagent le service avec les respectables SY de 1972, attendant la mise en service des 6 automoteurs doubles acquis en seconde main à Majorque et en cours de transformation chez Arterail pour adaptation notamment aux quais bas. Une situation qui pourrait être transitoire puisque la Région PACA suit la démarche corse pour utiliser également des tramways sur la desserte périurbaine de la plaine du Var.

160417_808villars-sur-var_fjury

Villars du Var - 16 avril 2017 - Point commun aux AMG et AMP : les paysages traversés, dont on peut profiter grâce aux baies panoramiques de ces autorails qui s'inscrivent complètement dans la composante touristique de ces lignes. © F. Jury

Impressions de voyage

Assurément, la nervosité des AMG800 constitue leur point fort, même si les moteurs ne se font pas oublier : les baies panoramiques sont bien adaptées à des itinéraires touristiques dans des paysages souvent remarquables. Parmi les points faibles, le bruit en extrémité de voitures et les secousses du train accentuées par le grand gabarit et l’absence de longs rails soudés choisi lors du renouvellement de l’infrastructure.

L’assise est d’un niveau comparable à celle des trains régionaux à voie normale. La tablette, nouveauté sur les trains à voie métrique, est cependant de faible dimension et il est difficile d’y laisser quelque chose durablement compte tenu de la sinuosité du parcours et de l’absence de rebord. En revanche, les espaces panoramiques en extrémité présentent l’avantage de procurer une vue sur la voie qui ravira les amateurs, d’autant qu’il n’est pas rare que le personnel s’intéresse aux observations des voyageurs avisés.