Pour le développement des dessertes S-Bahn autour des grandes villes de Suisse, les CFF ont rapidement retenu la solution de trains à 2 niveaux pour offrir une grande capacité de transport et préserver un bon niveau de confort, élément essentiel de la politique des autorités organisatrices pour concurrencer l’usage de l’automobile. Dans un premier temps, la S-Bahn de Zurich, mise en service le 27 mai 1990, se dota de nouvelles rames adoptant la formule d’une rame tractée réversible, composée de 4 véhicules dont une locomotive Re450 monocabine associée à 3 voitures à 2 niveaux dont une de réversibilité. Ces éléments sont couplables par 2 ou par 3 pour former des trains d’une longueur maximale de 300 m.

L’essor du réseau zurichois et l’augmentation nécessaire de la capacité entraîna la commande de nouvelles rames. Cette fois-ci, les CFF misèrent sur la solution automotrice avec une rame de 4 voitures, toujours à 2 niveaux, mais cette fois-ci à plancher bas pour améliorer les conditions d’accès, avec la série RABe 514 attribuée à Siemens.

Un matériel un peu plus modulable

Pour les autres développements des dessertes régionales et S-Bahn, le marché fut attribué à Stadler. Reprenant les caractéristiques générales de la précédente génération mais apportant les derniers développements en matière d’accessibilité, les CFF souhaitaient disposer de compositions différentes, de 4 ou 6 voitures. Baptisées Kiss (traduction de RER confortable, rapide et innovant), les RABe 511 forment 3 sous-ensembles : dans la commande initiale, étaient prévues 24 rames de 4 voitures pour les Régio Express et 50 rames de 6 voitures pour la S-Bahn de Zurich. En 2014, les CFF ont acquis 19 rames de 6 voitures pour les RégioExpress.

080614_511-113morges

Morges - 8 juin 2014 - Une rame Kiss des RégioExpress autour du lac Léman, entre en gare de Morges sur une liaison Genève - Lausanne. Les très hautes performances de ce matériel permettent d'inscrire des dessertes omnibus dans une trame Intercity très fournie. © transportrail

120518_511-000puidoux_vernet

Entre Vevey et Puidoux - 12 mai 2018 - Vue depuis le lac Léman, cette rame Kiss circule entre Vevey et Puidoux à travers le vignoble sur un itinéraire dont on peut mesurer le profil. © J. Vernet

210319_511-016rupperswill_vernet

210319_511-023rupperswill_vernet

Rupperswill - 21 mars 2019 - Deux automotrices Kiss en version 6 caisses. La première, avec bas de caisse gris, assure une liaison IR tandis que la seconde avec bas de caisse bleu est affectée à la S-Bahn zurichoise. © J. Vernet

Des performances hors normes

Chaque rame comprend 2 motrices d’extrémité, développant au total 4000 kW.  La version 4 caisses est donc la plus performante en accélération avec une puissance massique dépassant les 18 kW / t et des accélérations équivalentes à celles d'une rame de métro. En revanche, en version 6 caisses, avec la même motorisation, les résultats sont moindres. Par comparaison avec le meilleur matériel français, les Z26500 (TER2Nng quadricaisses) affichent une puissance massique de 13,1 kW / t sous 25000 V en raison d’une moindre motorisation (3400 kW) et d’une masse plus importante (260 t soit 49 de plus qu’un élément Kiss de longueur comparable). Quant à la version 6 voitures, la Z5600 comparable en France plafonne à 0,53 m/s² de 0 à 40 km/h.

tableau-kiss-caracteristiques

030417_511-017coire11

Coire - 3 avril 2017 - Terminus pour la 511-017 venue de Zurich avec une relation IR. La face avant rappelle nettement celle du Flirt. © E. Fouvreaux

Bref, les automotrices Kiss ont été taillées pour de très hautes performances dans l’objectif de proposer les meilleurs temps de parcours possibles sur des dessertes omnibus et les inscrire au mieux dans des graphiques de circulation densément remplis de trains rapides et de fret. Un matériel conçu en fonction d’un horaire et non l’inverse…

121112_RABe511-013olten_knoerr

Olten - 12 novembre 2012 - Outre la longueur des rames, les Kiss du RER de Zurich se reconnaissent au bas de caisse bleu et aux portes frappées du logo du ZVV (la communauté tarifaire zurichoise) remplaçant le gris adopté sur les rames de 4 voitures des liaisons régionales. Il arrive parfois que les éléments zurichois sortent du périmètre du RER. © A. Knoerr

Avec une hauteur de 4,60 m, les automotrices Kiss offrent une disposition intérieure différente des rames françaises, de gabarit plus restreint. Les accès donnent directement sur la salle basse, avec une courte rampe pour rattraper la différence de hauteur (accès à 550 mm et couloir à 380 mm au-dessus du rail). Afin de gagner en capacité totale, des dégagements ont été aménagés pour créer des espaces debout, tolérés sur un trajet de 15 minutes maximum.

L'accès à la salle haute s'effectue par 2 escaliers, avec un perron intermédiaire où se situe le couloir d'intercirculation. L'étage couvre donc les plateformes d'accès contrairement aux matériels français. Cette disposition procure toutefois un espace total plus important qui permet d’offrir une capacité importante malgré le choix d’un un pas de siège généreux qui évite à 2 voyageurs de plus de 1,90 m de se toucher aux genoux. En revanche, le confort d'assise, satisfaisant pour des trajets courts, est nettement moins agréable sur les rames RégioExpress, qui sont fréquemment engagées sur des relations Interregio pouvant être assez longues (comme Zurich - Coire).

interieur-kiss6

Intérieur d'une rame KISS destinée au BLS, vue à Innotrans en 2012. Le cliché est pris en salle basse, face à la plateforme d'accès. On note les habituels écrans d'information en temps réel, les non moins incontournables poubelles à tri sélectif. Notez aussi l'escalier en 2 vollées, pour accéder à la salle haute. © transportrail

Outre les CFF, le BLS a aussi commandé 28 rames Kiss de 4 voitures pour la S-Bahn de Berne, classées dans la catégorie RABe 515. Leurs caractéristiques générales sont très proches de celles de CFF.

Une nouvelle commande a été passée en avril 2021 par les CFF portant sur 60 rames d'une nouvelle génération du Kiss. Elles seront toutes en version 6 caisses et destinées aux dessertes InterRegio et RegioExpress : l'aménagement intérieur proposera une 1ère classe avec 3 places de front et non 4, afin de répondre aux critiques sur la faible différenciation du service dans les rames actuelles. Les 24 rames InterRegio existantes, en configuration 4 caisses, seront réaménagées. En revanche, les 69 rames longues existantes devraient quasiment toutes être affectées à la S-Bahn de Zurich.

200912_RABe515-002spiez_knoerr

Spiez - 20 septembre 2012 - Une face avant légèrement différente, un peu plus anguleuse, pour les Kiss du BLS, évidemment reconnaissable à leur livrée gris métallisée remontée de vert anis. Les Kiss assurent des dessertes sur le RER de Berne mais aussi du trafic régional. © A. Knoerr

Kiss : un succès à l’exportation

L’opérateur privé autrichien Westbahn s’est aussi doté de 7 rames pour des dessertes Intercity entre Vienne et Salzburg. Parmi les 6 voitures, une est réservée au restaurant et une seconde à la clientèle « premium ». Ces rames concurrencent les dessertes OBB assurées avec le Railjet.

160515_WBsalzburg1

Salzburg - 16 mai 2015 - Les Kiss autrichiennes sont aptes à 200 km/h pour circuler sur les lignes nouvelles de l'axe Vienne - Salzburg. Ces rames vont être vendues à la DB et Westbahn, restructurant sa dette, va se doter de nouvelles rames dans un nouveau montage financier. © transportrail

P1130621

A bord d'un Westbahn entre Salzburg et Vienne : quand on dit 200 km/h, c'est au trait ! © transportail

En Allemagne, l’opérateur ODEG a aussi commandé 16 rames de 4 voitures engagées sur le réseau de Brandenburg dans l’est du pays. Une commande de 13 rames de 6 voitures a été passée par le loueur Alpha Trains pour Westfalenbahn.

Le Luxembourg voit aussi circuler des rames Kiss, de 3 voitures cette fois-ci pour les dessertes internes et transfrontalières avec l’Allemagne, assurées par les CFL.

Stadler a également placé la rame Kiss en Russie avec 16 rames de 4 voitures pour le service Aeroexpress de Moscou mais aussi aux Etats-Unis dans une version à très grand gabarit comprenant même 4 portes par face : 2 pour la desserte de quais hauts et 2 pour la desserte de quais bas. Parmi les derniers succès, l'opérateur suédois Malatag, dont la première rame avait été présentée à Innotrans en 2018.

stadler-kiss-malatag-seconde1

Intérieur en classe standard d'un Kiss suédois de Malatag. La tablette sur le dos des sièges est quand même d'un format très réduit, et donc très peu pratique. L'ambiance est en revanche agréable. © transportrail

IMG_0466

Arboga - 11 juillet 2021 - La rame n°21 assure une relation Arboga - Stockholm de fin de journée (contrairement à ce que laisse penser la lumière naturelle). Cette version du Kiss doit pouvoir circuler par une température de -40°C et avec 80 cm de neige ! © J. Sivatte