Le projet de modernisation de l'axe Brest - Quimper s'était enlisé - c'est le cas de le dire - en raison de la nature des sols et de la consistance de la plateforme ferroviaire. Il était prévu de relever la vitesse à 140 km/h entre Quimper et Châteaulin, de doubler la ligne sur 10 km pour créer une zone d'évitement dynamique, afin d'aboutir à 12 allers-retours par jour dont 6 directs en 59 minutes et 6 en 1h14 assurant la desserte intermédiaire. Les travaux, annoncés en 2012, devaient aboutir à une mise en service en 2104, mais le projet fut contrarié par les études géologiques, faisant grimper la facture à 110 M€ au lieu de 60.

Cependant, il faut aujourd'hui 1h50 pour relier en train Brest et Quimper, contre 1h04 en voiture, du fait de la multiplication des ralentissements, dus à l'obsolescence de l'infrastructure et à l'absence de financement du renouvellement, qui n'est plus assuré par SNCF Réseau sur les lignes à trafic modeste.

Désormais, la modernisation de la ligne se contente de restaurer les performances initiales pour revenir à un temps de trajet de 1h14, avec un objectif de 9 allers-retours. La Région Bretagne confirme son engagement à hauteur de 19M€, tout comme le Département du Finistère (19 M€ incluant la part de Brest Métropole et de l'agglomération de Quimper). SNCF Réseau s'engage sur 18 M€ au titre des économies de maintenance. La Région espère la confirmation de l'engagement de l'Etat à hauteur de 14 M€ : avoir un président de Région par ailleur ministre de la défense devrait aider...