C’est un sujet qui assurément anime les conversations entre spécialistes du transport de voyageurs en France. Il y a les partisans du TGV « partout et pour tous » et à l’inverse ceux qui prônent la fin du tout TGV au regard de la dette accumulée. Sans conclure avant toute tentative de démonstration, une évidence s’impose : la trajectoire pragmatique est entre les deux, et c’est justement sur la définition de cette zone fluctuante qu’il faut se pencher.

Ce dossier, complétant notre série sur la grande vitesse en France, a été inspiré par la lecture de l’ouvrage de Michel Leboeuf, Grande vitesse ferroviaire, donnant le point de vue d’un de ceux qui ont œuvré à cette aventure à la SNCF, mais également par le rapport de la Cour des Comptes paru en octobre 2014. Deux lectures parfois diamétralement opposées…

040812_DUPLEXmalataverne11

Malataverne - 4 août 2012 - Elle fut la première LGV à connaître une forte contestation : le coût de la LGV Méditerranée a il est vrai dérapé par rapport aux prévisions initiales, mais sa pertinence ne souffre plus d'aucune contestation. © transportrail

Chapitre 1 : grande vitesse et maillage du territoire français

Chapitre 2 : économie de la grande vitesse française

Chapitre 3 : quelle (grande) vitesse demain ?