Ce n’est pas la ligne la plus connue des secondaires suisses ni la plus palpitante du point de vue des paysages : elle traverse le plateau céréralier reliant les cantons de Berne et de Soleure. Longue de 36,5 km, la ligne principale du RBS reliant Berne à Soleure s’inscrit dans un réseau de 56 km à voie métrique desservant le nord de la capitale confédérale.

Bollutzingen - 24 mai 1980 - Hommage aux Be 4/8 Mandarine qui vont prochainement quitter le service régulier. La Be 4/8 n°45 traverse Bollutzingen dans une configuration type tramway. Ces automotrices ont reçu une remorque centrale surbaissée pour augmenter la capacité et rendre les trains accessibles. © A. Knoerr

Cette ligne a été réclamée par les deux cantons dès les débuts du chemin de fer en Suisse et surtout après l’ouverture de l’Emmentalbahn en 1876. Il fallut cependant attendre 1912 pour que soit octroyée la concession d’une ligne à voie métrique unissant les deux cantons. Le 9 avril 1916, étaient mises en service deux lignes disctinctes : d’abord un chemin de fer reliant Soleure à Zollikofen et ensuite un tramway de Zollikofen à Berne, circulant sur les voies du réseau urbain bernois.

La ligne fut établie à voie unique, à écartement métrique avec un rayon minimal des courbes de 50 m et une rampe maximale de 45 pour mille. Il fallut cependant gérer une différence d’alimentation électrique : les tramways de Berne étaient alimentés en 600 V alors que la ligne de Soleure avait adopté une tension de 1250 V pour limiter les investissements en installations électriques.

Face aux désagréments générés par la rupture de charge, la fusion de l’exploitation fut effective dès 1922. En revanche, les deux compagnies de Soleure – Zollikofen et du Bern – Worb n’ont fusionné qu’en 1984 pour constituer le RBS détenu par la confédération, les cantons et les communes traversées.

Bern - Thunplatz -1972 - La Be 4/4 n°38 du VBW (Berne - Worb) à l'arrivée dans les rues de la capitale fédérale. La motrice tracte deux remorques similaires à celles du réseau urbain bernois.  On notera que le dispositif d'auto-contrôle, symbolisé par l'étiquette jaune et noire à l'avant, est déjà pratiqué. La ligne de Worb constitue aujourd'hui la ligne 6 des tramways bernois, exploitée par le RBS en interopérabilité avec BernMobil.© J.H. Manara

Le 21 novembre 1965, la ligne a été mise en souterrain à l’arrivée à Berne pour gérer l’augmentation du trafic et la coexistence de plus en plus difficile avec le réseau urbain, ce qui a permis d’alléger le trafic sur la voirie mais aussi d’améliorer les temps de parcours. Ensuite, le renouvellement du matériel a entraîné la généralisation des automotrices réversibles simplifiant l’exploitation, avec l’arrivée des premières « Mandarines » en 1974.

Berne - Hauptbahnhof - 5 novembre 2010 - Dans la gare souterraine actuelle du RBS, qui compte 4 voies, les trois générations de matériel sont regroupées sur ce cliché : Prima-Seconda à gauche, NExT au centre et Mandarine à droite. © D. Gubler

La compagnie transporte environ 80 000 voyageurs par jour, soit 26 millions en 2015, en incluant les dessertes par autobus du canton et la ligne 6 du tramway de Berne. Le mode ferroviaire représente 75% de ce trafic, avec une augmentation régulière de 1,5 à 2 millions de voyageurs par an. Soleure est à 37 minutes de Berne au moyen de la ligne S8 cadencée à la demi-heure avec 7 arrêts intermédiaires pour ces relations « intervilles ».

Soleure - 19 février 2008 - Une automotrice La Prima, comprenant un compartiment de première classe pour les liaisons interrégionales Berne - Soleure, sur les voies donnant accès à l'atelier de maintenance du RBS. L'arrivée de ce matériel a amorcé la modernisation de la ligne, qui se poursuit encore 20 ans après leur livraison. © A. Knoerr

La gare souterraine du RBS est aujourd’hui victime de saturation par la densification de la desserte de la banlieue bernoise. Conçue pour 16 000 voyageurs par jour, elle en accueille aujourd’hui 65 000. C’est la raison pour laquelle un nouveau tunnel et une nouvelle gare RBS, mieux connectée à celle des CFF va être construite d’ici 2025 avec un investissement de 520 MCHF.

Voici à quoi devrait ressembler la nouvelle gare souterraine bernoise du RBS, avec ici l'un des deux tubes qui la constitueront. On notera que le photographe ferroviaire n'a pas été oublié sur cette perspective ! (document RBS)

Autre investissement en cours de réalisation, la mise à double voie progressive de la ligne au fur et à mesure des opérations de renouvellement de l’infrastructure, en vue d’un doublement de l’offre et de la généralisation de la cadence aux 15 minutes. Toute la ligne ne sera pas mise à double voie mais les sections réalisées depuis 2010 ont nettement transformé la ligne pour en augmenter sa capacité. L’objectif cantonal est de généraliser la cadence aux 15 minutes sur l’ensemble des missions, avec la gestion de 20 trains / heure / sens dans la gare de Berne :

  • RE Berne – Soleure,
  • S7 Berne – Worb Dorf, avec renforcement à 7 min 30 jusqu’à Bollingen,
  • S8 Berne – Jengenstorf, avec prolongement d’une mission toutes les 30 minutes jusqu’à Bätterkinden,
  • S9 Berne – Unterzollikofen.

En 2016, le RBS a fêté ses 100 ans, donnant l’occasion au RBS d’organiser une manifestation dans la grande tradition ferroviaire suisse, c’est-à-dire avec circulation de matériel ancien préservé.

L’année 2016 a été aussi marquée par la commande à Stadler de 14 automotrices RBe 4/10 pour engager le remplacement des rames « Mandarine ». Le montant de l’investissement atteint 134 MCHF. Ces rames de 60 m seront autorisées à 100 km/h et proposeront une gamme de services et un niveau de confort équivalent aux automotrices NExT déjà en service depuis 2009.

MR-RBS

Mandarine, Prima et Seconda ont été modifiées après leur livraison : réceptionnées en formation bicaisse Be 4/8, ces automotrices ont été allongées a posteriori en Be 4/12 par ajout d’une troisième voiture destinée à assurer l’accès aux trains aux personnes à mobilité réduite, et à augmenter la capacité de transport, au prix d’une diminution sensible de la puissance massique. La différence entre Prima et Seconda tient à la présence – ou à l’absence – d’un compartiment de première classe sur les trains : les Prima sont engagées essentiellement sur la liaison régionale Berne – Soleure.

Papiermuhle - 1er novembre 2013 - Une Mandarine, désormais à trois caisses, sur la ligne S7 Berne - Worb, liaison complétée par la ligne 6 du tramway, l'ancien VBW. © A. Knoerr

Le matériel NExT témoigne de la capacité de Stadler à s’adapter à la diversité des demandes des compagnies locales. Les rames sont plutôt confortables, mais surtout très nerveuses pour limiter l’impact sur l’horaire des arrêts en gare et composer avec le tracé qui impose des ralentissements assez sévères pour négocier les courbes de faible rayon. La systématisation depuis les « Mandarines » de la configuration à deux portes par face facilite grandement les échanges de voyageurs, en particulier à l’approche de Berne, quand la clientèle se fait plus nombreuse.

280510_NEXTbatterkinder

Batterkinden - 28 mai 2010 - Constituant le nec plus ultra du RBS, les automotrices NExT brillent par leur nervosité et leur bon niveau de confort, profitant en outre de voies renouvelées et de rectifications ponctuelles de tracé pour améliorer les performances et la fréquence du Berne - Soleure. © transportrail

Sans avoir le caractère montagnard ni la majesté des paysages alpins, le RBS constitue un bon exemple de liaison intervilles assurée par une compagnie locale.

280510_CFe4-4batterkinder3

Batterkinden - 28 mai 2010 - A défaut de paysages grandioses, le RBS peut vous proposer en guise de surprise une marche d'essai d'une motrice historique de la ligne. Reporter chanceux ce jour-là ! © transportrail