Après les effets d'annonce sous le coup de l'émotion, place à la réflexion. L'installation de portiques de contrôle à l'embarquement des Thalys, demandée par Ségolène Royal, coûtera 5 M€ par an à la SNCF d'après son Président. Il faut en effet louer 12 portiques (dont 8 installés et 4 en réserve à défaut de connaître leur fiabilité dans la durée) qui nécessitent une centaine d'employés d'une entreprise privée de sécurité pour constituer le roulement chargé d'assurer du premier au dernier train l'accueil, le contrôle, les éventuelles palpations et neutraliser les autres accès au quai (notamment le souterrain donnant accès à la salle d'échanges du RER), le tout sur deux quais.

En outre, à l'heure de pointe, le contrôle est beaucoup plus difficile en raison de l'affluence et du fait du nombre de trains à gérer. Etant donné qu'il est impossible de ne pas avoir d'arrivée de trains sur le même quai qu'un Thalys au départ, le croisement de voyageurs impose pour d'évidentes raisons de sécurité un relâchement du filtrage de l'accès aux Thalys...

Autant d'éléments qui évidemment ne pouvaient sauter aux yeux de la ministre... qui continue de demander la généralisation du dispositif dans toutes les gares ! A la SNCF, on fait le dos rond et on espère que le dispositif tombera de lui-même (par exemple à la fin de l'état d'urgence), d'autant que les belges, les hollandais et les allemands n'ont pas bougé le petit doigt comme "imposé" par la France pour mettre en place de tels dispositifs.