Continuant de susciter de nombreuses discussions, souvent vives parce que passionnées et liées à la vie quotidienne des usagers du réseau ferroviaire, c'est cette fois ci l'agglomération de Blois qui donne de la voix sur la nouvelle desserte Paris - Orléans - Tours. Depuis plus de dix ans, le service Aqualys proposait une desserte Paris - Tours, le plus souvent par la gare centrale d'Orléans, desservant ensuite le val de Loire. En complément, une offre rapide matin, midi et soir, offrait un service accéléré ne desservant que Les Aubrais, Blois, Amboise et Saint-Pierre-des-Corps. Blois bénéficiait donc d'environ 15 liaisons quotidiennes avec Paris.

La nouvelle organisation balaie le principe d'Aqualys. Toutes les heures en journée et toutes les demi-heures en pointe, sera proposée une liaison Paris - Les Aubrais - Orléans. Une fois par heure, une desserte TER assurée en Z21500 effectuera la liaison Orléans - Tours desservant Meung, Beaugency, Mer, Blois, Onzain, Amboise et Saint-Pierre-des-Corps. La correspondance en 8 minutes est présentée comme neutre par rapport au temps de rebroussement en gare d'Orléans des Aqualys actuels. La SNCF explique par ailleurs que cela rendra l'offre en Val de Loire moins dépendante des aléas de circulation ferroviaire en région parisienne... à ceci près qu'il faudra bien assurer la correspondance en cas de retard du Paris - Orléans.

230706_7261aubraisLes Aubrais - 24 juillet 2006 - Arrivée d'un Aqualys Paris - Tours. La formule de desserte combinée entre la partie Grandes Lignes, jusqu'à Orléans, et une desserte TER au-delà, initiée en 1999, est appelée à disparaître. © transportrail

Subsisteront quatre liaisons directes par jour Paris - Les Aubrais - Blois - Amboise - Saint-Pierre - Tours, en 2 heures, qui seront donc les seules liaisons directes Paris - Val de Loire et plus particulièrement Paris - Blois. Quatre liaisons directes contre 15, la perte est considérable et provoque la colère des élus de Blois, d'autant qu'il n'y aura qu'un seul train le matin à 6h58 pour rejoindre Paris.

Dans l'agglomération orléanaise, les navettes Les Aubrais - Orléans assurées en Z5300 seront supprimées : l'emprunt des trains Paris - Bourges, desservant Les Aubrais, ou de l'unique relation directe vers Limoges, Brive et Toulouse, nécessitera un parcours d'approche par le tramway. Par ailleurs, l'emprunt des Paris - Tours ne desservant que Les Aubrais pour les habitants d'Orléans sera rendu plus complexe et on image assez mal le tramway et ses 178 places encaisser la charge d'un Corail dont de nombreux utilisateurs descendront aux Aubrais... et tous ne résidant pas à proximité de cette gare.

0905_21521aubraisLes Aubrais - septembre 2005 - Une Z21500 vient de faire le crochet par Les Aubrais en venant de Vierzon et avant d'entrer en gare d'Orléans : pour la Sologne également, la correspondance se fera en gare d'Orléans et l'accès direct à Orléans sera systématisé. © transportrail

Bref le pari est audacieux et c'est à l'usage qu'on verra si les usagers seront en mesure de s'adapter à la nouvelle organisation, moins souple puisque jusqu'à présent, pouvaient emprunter un train desservant uniquement Les Aubrais en bénéficiant de la navette, certes obsolète mais finalement assez commode...

En revanche, pour l'agglomération orléanaise gagne une liaison directe avec Nevers par le prolongement de certains TER Orléans - Bourges à la faveur de l'électrification Bourges - Saincaize : une correspondance améliorée sera proposée vers l'Auvergne, mais aussi vers la Bourgogne pour rejoindre Dijon.