20 septembre 2019

Cholet - Les Herbiers : une réouverture utopique ?

Dans le contexte actuel, parler de réouvertures de ligne quand l'avenir n'est pas assuré pour le réseau existant est un peu provocateur. Mais soyons un peu audacieux avec ce cas particulier : un bassin de population dynamique, une activité économique qui assure un taux élevé d'emploi de la population locale, mais un territoire à l'écart de toute offre ferroviaire. Résultat, le bassin des Herbiers est largement dépendant de la voiture. Portrait banal d'un territoire qui ne compte pas de grande agglomération.

Cette ligne d'une vingtaine de kilomètres, sous un statut atypique puisque propriété du Département de Vendée, accueille un chemin de fer touristique.

Train-a-Vapeur-sur-le-viaduc-de-Coutigny

Sur le viaduc de Courtigny, aujourd'hui, un train touristique dans cette région vallonnée. Et si demain, des trains réguliers desservaient le nord-vendéen en direction de Cholet et Angers ? (cliché Chemin de fer de La Vendée).

Mais en matière de tourisme, justement, il y aurait un potentiel élevé : la voie longe le parc d'attractions historiques du Puy du Fou. Celui-ci accueille plus de 2 millions de visiteurs chaque saison, venant en voiture ou par des autocars depuis Angers, pour assurer la correspondance avec les TGV. Autant dire que cela peut donner des idées...

Etrangement, le sujet est apparu furtivement dans le rapport du préfet Rol-Tanguy sur la desserte de l'ouest de la France, suite à l'abandon de l'aéroport de Notre-Dame des Landes. Comme quoi, tout est possible...

Entre la desserte d'un territoire à l'économie dynamique et la présence d'un pôle touristique de cette ampleur, il y a assurément matière à étudier les conditions de réactivation d'une infrastructure ferroviaire endormie : transportrail vous propose un dossier à ce sujet.

Posté par ortferroviaire à 10:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 février 2019

Bretagne : les suites du rapport Rol-Tanguy

Il n'avait pas fait beaucoup de bruit et ses conclusions étaient assez décevantes. Le rapport de la mission confiée à Francis Rol-Tanguy après la décision d'abandonner le projet d'aéroport Notre Dame des Landes a tout de même été l'occasion de quelques annonces de la part du Premier Ministre lors d'un déplacement en Bretagne au début du mois de février. Manifestement, les vieilles manies ont la vie dure...

Le domaine ferroviaire n'a pourtant pas été oublié, et Matignon n'a pas été avare en annonces symboliques. L'objectif d'une liaison depuis le Finistère (Brest et Quimper) vers Paris en 3 heures est réaffirmé. Cela suppose à court terme des trains sans aucun arrêt intermédiaire (sympa pour Saint Brieuc, Morlaix, Vannes et Lorient...) et donc au taux de remplissage des plus réduits. Qu'en pense SNCF Mobilités, qui en ce moment, fait de ce critère l'argument ultime de sa politique d'écrémage des dessertes ?

A plus long terme, l'Etat annonce la mise à l'étude d'une section nouvelle entre Rennes et Redon, recyclant les études réalisées dans le cadre de la démarche (Lignes Nouvelles Ouest Bretagne Pays de la Loire), et le débat public qui avait amené effectivement à prioriser cette section, bénéficiant au sud Bretagne mais aussi à la liaison Rennes - Nantes et au périurbain rennais (en vue d'un RER assez fortement soutenu par la Métropole). Mais voilà : le nord Bretagne se sent déconsidéré et demande une opération équivalente sur l'axe Rennes - Brest. Ou comment l'Etat a mis le doigt dans un engrenage dont il n'a peut-être pas vu la fin : méconnaissance de la géopolitique bretonne ?

260716_333morlaix2

Morlaix - 26 juillet 2016 - Brest à 3 heures de Paris ? Possible soit au détriment du réseau de villes du nord Bretagne... soit à coup de milliards d'euros par la réalisation de nouvelles infrastructures. © transportrail

La Région Bretagne a également révélé qu'elle financerait 4 allers-retours supplémentaires de TGV Paris - Rennes prolongés jusqu'à la pointe du Finistère, représentant une dépense annuelle de 11 M€ par an. Rien que ça !

Mais que penser du soutien renouvelé à l'aéroport de Rennes (850 000 passagers sur l'année 2018) et à l'aide de l'Etat pour une liaison aérienne quotidienne vers Orly ? Sidérant alors que la capitale de la Région Bretagne est à 1h25 de la capitale par TGV, grâce à un investissement de plusieurs milliards d'euros. Sidérant compte tenu du bilan écologique du transport aérien, surtout sur une liaison aussi courte.

Dans ces conditions, l'engagement de l'Etat à achever la mise à 2x2 voies de la RN164 Rennes - Loudéac - Carhaix - Châteaulin apparait finalement assez logique, tout comme sa participation à hauteur de 50% de son coût prévisionnel de 40 M€.

Il ressort donc de ce catalogue des bonnes intentions que l'évaluation environnementale, la préservation de la qualité de l'air, des ressources naturelles et la réduction de la dépendance aux énergies fossiles ne fait pas franchement partie des critères de sélection de l'action publique.

Posté par ortferroviaire à 20:43 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 juillet 2018

Mission Rol-Tanguy Grand Ouest : peu de nouveautés

Le rapport remis par M. Rol-Tanguy le 6 juillet dernier ne comporte pas véritablement de grandes nouveautés : c'est un peu la compilation des dossiers en cours sur les différents modes de transports concourant à la desserte du Grand Ouest. S'il est effectivement évoqué la possibilité de réactiver la desserte ferroviaire entre Cholet et Les Herbiers, secteur économiquement très actif et où est implanté le parc du Puy du Fou, fortement générateur de flux (plus de 2 millions de visiteurs par an), les autres mesures pour le transport ferroviaire sont très classiques (surtout pour les lecteurs de transportrail) :

  • amélioration de l'exploitation de la gare de Nantes ;
  • amélioration de l'exploitation de la gare d'Angers et réalisation d'un saut de mouton à La Possonnière pour fluidifier la bifurcation avec la ligne de Cholet (voir notre dossier sur la desserte du choletais);
  • modernisation de la signalisation entre Redon et Savenay pour améliorer la liaison Rennes - Nantes (objectif d'une desserte à la demi-heure en 1h20) ;
  • desserte de l'aéroport Nantes Atlantique par la ligne Nantes - Pornic / St Gilles Croix de Vie ;
  • ERTMS niveau 2 sur l'axe Le Mans - Angers - Nantes ;
  • envisager certains tronçons du projet LNOBPL en lien avec l'évolution des dessertes périurbaines de Nantes (vers Savenay) et Rennes (vers Messac).

En revanche, on voit réapparaître le serpent de mer de liaisons Paris - Brest / Quimper en 3 heures, sans arrêts intermédiaires (donc assurément avec un remplissage très faible et non viable) et avec le relèvement à 90 km/h de la vitesse des trains sans arrêts dans la gare de Rennes, opération qui a été pour l'instant mise en sommeil profond en raison de son coût (plus de 45 M€) et de son gain très faible sur le trafic...

Posté par ortferroviaire à 10:19 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
08 juillet 2018

Nantes - Rennes toutes les 30 minutes... sans LNOBPL ?

Voici un morceau de choix dans le rapport, pas encore officiel, du préfet Francis Rol-Tanguy sur la desserte de l'ouest du pays après l'abandon du projet d'aéroport Notre Dame des Landes. Si la proposition de desserte ferroviaire des Herbiers et du parc du Puy du Fou avait un côté anecdotique, alors qu'il s'agit potentiellement d'un gisement de trafic assez conséquent, la nouvelle révélation de la presse régionale porte sur une relation de première importance : Nantes - Rennes.

C'est une évidence : on enregistre entre 25 000 et 30 000 véhicules / jour sur la liaison routière alors que la desserte ferroviaire, bien qu'en progrès, ne compte que 10 allers-retours par jour avec un temps de parcours oscillant entre 1h16 et 1h31 en 2018, mais on compte des creux de desserte de 3 heures en milieu de matinée et d'après-midi.

L'évolution de cette desserte avait été jusqu'à présent analysé au cours des études de LNOBPL, avec une ligne nouvelle entre Nantes et Rennes via l'aéroport de Notre Dame des Landes, visant une liaison en 50 minutes mais avec un coût supérieur à 2 MM€. Très séduisant, donc avec un handicap : une échéance très lointaine, assurément au-delà de 2030, si ce n'est 2040.

Par conséquent, il faut miser sur une amélioration de l'utilisation du réseau classique et augmenter l'offre entre Nantes et Rennes, en s'affranchissant d'une ligne nouvelle, avec une cadence à la demi-heure et un temps de parcours de l'ordre de 1h20... équivalent à celui réalisé en voiture (et encore, quand le trafic est fluide).

A très grosse maille, deux opérations sembleraient nécessaires pour faciliter cette évolution d'offre :

  • la bifurcation de Savenay est à reprendre, puisqu'elle souffre d'un double cisaillement côté Nantes et côté Redon / Le Croisic ;
  • la signalisation entre Savenay et Redon semble insuffisamment capacitaire

carte-nantes-rennes

La mission Rol-Tanguy semble ne pas oublier l'hypothèse de LNOBPL avec une ligne nouvelle, qui permettrait d'augmenter la desserte périurbaine de Rennes et de Nantes au-delà d'une cadence à la demi-heure telle qu'elle est aujourd'hui possible dans la trame cadencée du réseau. 

Bref, l'amélioration de la desserte Nantes - Rennes pourrait se résumer ainsi : la fréquence d'abord, le temps de parcours ensuite.

Posté par ortferroviaire à 10:04 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : ,
30 juin 2018

Un train pour Le Puy du Fou ?

Le préfet Francis Rol-Tanguy a été chargé par le gouvernement d'une mission à hauts risques dans l'ouest : faire oublier le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes, revaloriser l'aéroport de Nantes Atlantique et proposer de nouvelles solutions de desserte de la Bretagne et des Pays de la Loire. Il faut avoir l'âme résistante...

La mobilisation des élus locaux et, peut-être, les bonnes relations personnelles affichées à plusieurs reprises entre Emmanuel Macron et Philippe de Villiers, auraient-elle porté leurs fruits ? On peut le penser puisque la presse régionale révèle que la réouverture de la ligne des Herbiers figurererait parmi les préconisations de cette mission.

Le parc d'attraction du Puy du Fou est indéniablement un succès puisqu'en 2017, il a accueilli plus de 2,3 millions de visiteurs. Sa réputation va bien au-delà du pays et il est régulièrement cité parmi les parcs de référence dans le monde.

Mais ce n'est pas tout : ce territoire entre le choletais et la Vendée littorale accueille une importante concentration de petites et moyennes entreprises, avec un taux de chômage de moins de 2%, dans un territoire qui peine à recruter, justement parce qu'il est à l'écart des grands axes. Le secteur, polarisé principalement par l'agglomération des Herbiers (34 000 habitants) et celle de Mortagne sur Sèvre (28 000 habitants) est à l'écart de toute desserte ferroviaire. L'infrastructure entre Saint Christophe des Bois (sur la ligne Clisson - Cholet) et Les Herbiers a été cédée au Département en 2003 et accueille un train touristique aux beaux jours.

Evidemment, entre ces deux bassins de population et leurs activités économiques et le parc du Puy du Fou, il y aurait effectivement de quoi mettre à l'étude la renaissance de cette voie ferrée avec des trains directs depuis Angers et Cholet en correspondance avec les TGV et les liaisons TER de l'axe ligérien. Un peu plus de 4 mois après la parution du rapport Spinetta très critique sur le devenir des petites lignes, cela ne manquerait pas de piquant.

Mais le parcours reste semé d'embuches : 21 km à réhabiliter entièrement pour la circulation de trains de voyageurs réguliers, une birfurcation de Saint Christophe des Bois à restaurer, une avant-gare de Cholet à reprendre, une gare à créer près du Puy du Fou et des passages à niveau à supprimer... à moins de privilégier une suppression plus économique en s'attaquant frontalement à la circulaire Bussereau, ce qui est moins politiquement correct.

Conclusion provisoire issue de La plaisante sagesse lyonnaise : « L’important c’est pas d’y faire, c’est d’y penser, mais le difficile, c’est pas d’y penser mais d’y faire ».

Nous reviendrons dans le courant de l'été sur cette mission (dès lors qu'elle aura remis ses conclusions) mais aussi sur la desserte des grands sites touristiques français... ou plutôt la non-desserte de certains d'entre-eux... En attendant, notre dossier sur la desserte du choletais peut vous replonger dans le sujet !