01 décembre 2016

Serqueux - Gisors obtient sa DUP

Le second volet de la rénovation de la section de ligne reliant Serqueux à Gisors a été déclaré d'utilité publique le 20 novembre dernier. Sans surprise. Le portage politique de ce projet est fort. Il est également soutenu par SNCF Réseau. Rappel du contexte.

L'axe Paris - Rouen - Le Havre n'offre qu'une capacité limitée pour le fret ferroviaire en raison de l'engorgement du noeud de Rouen et de l'accès à l'Ile de France depuis Mantes la Jolie. La réactivation de la ligne Motteville - Montérolier a permis de créer un itinéraire évitant Rouen pour rejoindre l'itinéraire alternatif via Amiens. Cependant, le détour est important et ralentit l'acheminement des trains de plus d'une heure. En outre, SNCF Réseau est confronté à la multiplication de chantiers sur les deux axes Paris - Rouen - Le Havre et Paris - Amiens dans les 15 prochaines années :

  • en Ile de France avec les travaux d'EOLE entre Nanterre et Mantes la Jolie puis avec les travaux LNPN à Nanterre et entre Epône et Mantes ;
  • en Normandie avec la rénovation de l'axe Paris - Le Havre (voies, ouvrages d'art, signalisation) et le maillon de LNPN dans la traversée du bassin rouennais ;
  • en Picardie avec la rénovation de l'axe Paris - Amiens (voies, ouvrages d'art).

L'enjeu est donc de proposer un nouvel itinéraire alternatif pour le fret. Dans un premier temps, la ligne Serqueux - Gisors a été entièrement rénovée, on peut même dire reconstruite, mais elle n'accueille que 4 allers-retours TER par jour. Aucun train de fret. La seconde phase du projet prévoit la restauration du raccordement de Serqueux, afin d'éviter le rebroussement, l'installation du BAPR et l'électrification en 25 kV. L'objectif est de pouvoir écouler 25 trains de fret par jour, deux sens cumulés, répartis sur 24 heures. Le nombre de circulations dépend de l'alignement des capacités disponibles sur l'ensemble de l'axe Le Havre - Valenton, incluant la circulation sur la Grande Ceinture Nord et Est, mais aussi sur la section très contrainte du groupe VI de la banlieue Saint Lazare entre Pontoise et Val d'Argenteuil, où se situe la bifurcation de la Grande Ceinture.

Au plan local, le projet est fortement contesté : les opposants mettent en avant les nuisances sonores, la circulation nocturne et les trains transportant des matières dangereuses. La question de l'utilité réelle peut aussi être évoquée puisque les plages travaux en Ile de France sont essentiellement nocturnes, alors qu'elles sont placées en journée en Normandie.

Néanmoins, pour le port du Havre, le maintien de la performance des dessertes ferroviaire  est une condition de son attractivité : il est de plus en plus fortement concurrencé par les ports belges et hollandais, autrement mieux connectés par le rail à leur hinteland. Le terminal multimodal inauguré début 2015 est déjà en redressement judiciaire, faute de trafic. Il a tout de même coûté 139 M€. Sa période d'observation a été prolongée de 3 mois par le tribunal de commerce du Havre.

Et pendant ce temps-là, l'Etat annonce pour mi-2017 la mise en chantier du canal Seine-Nord, un projet à 4,5 MM€, qui ne fera qu'assécher un peu plus le trafic du port du Havre au profit de ses rivaux flamands...

L'Etat stratège est une nouvelle fois absent...

Posté par ortferroviaire à 17:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 septembre 2015

Serqueux - Gisors : la phase 2 est-elle possible ?

La réouverture de la ligne Serqueux - Gisors a été pour le moins discrète. Il est vrai qu'avec 2 allers-retours de TER en semaine uniquement, on ne peut guère faire plus anonyme. Cependant, la renaissance de cette ligne est censée s'inscrire dans une continuité de programmes destinés à créer un itinéraire bis pour le fret entre le port du Havre et l'agglomération parisienne afin de délester la ligne Paris - Rouen - Le Havre. Bonne intention sur le papier mais qui mérite d'être éclairée. En effet, l'évitement de Rouen par le nord a été réalisé, mais la question de la capacité à l'approche de Paris est absolument structurante.

Ainsi, en arrivant par Serqueux et Gisors, les trains de fret devraient s'insérer dans une trame voyageurs exclusivement tournée vers la banlieue avec d'abord 3 trains par heure jusqu'à Pontoise, puis 6 jusqu'à Conflans et enfin 12 sur la section Conflans - Argenteuil où ils retrouveraient la Grande Ceinture. Ce qui veut dire que le passage du fret en heures de pointe est évidemment exclu. Les capacités se limitent donc à la journée entre 10 heures et 16 heures quand la trame Transilien est allégée, ainsi qu'à la nuit. Et c'est sur ce sujet que le projet est malmené par les élus et les riverains. Le débat public fut assez houleux et l'enquête publique prévue en fin d'année 2015 pourrait être reportée. Cependant, la probabilité d'une voie supplémentaire entre Argenteuil et Conflans, seule issue possible pour maximiser la capacité en faveur du fret, reste voisine du néant.

Voir notre dossier sur ce sujet.

Posté par ortferroviaire à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 décembre 2013

Retour des trains sur Serqueux - Gisors

Fermée en raison d'un état passablement dégradé de son infrastructure, la section de ligne Serqueux - Gisors, sur l'itinéraire historique Paris - Pontoise - Gisors - Dieppe, rouvrira mi-décembre prochain, aux voyageurs et au fret. Les premiers essais se sont déroulés depuis lundi 28 octobre.

081213_voie-eragny-sur-epte

Eragny sur Epte - 8 décembre 2013 - Une voie complètement neuve, deux qualités de rail (reconnaissables à la différence de couleur), mais une ligne classique renaissante à petite dose pour l'instant. © transportrail

Le projet a été guidé d'abord par le souci de compléter le maillage du réseau ferroviaire entre le port du Havre et l'agglomération parisienne, notamment la Grande Ceinture, afin de proposer un itinéraire alternatif à la ligne principale Paris - Rouen - Le Havre fortement sollicitée.

081213_BVserifontaine2

Sérifontaine - 8 décembre 2013 - Si la voie est neuve, le bâtiment voyageur a échappé à la renaissance de la ligne : une nouvelle halte est érigée à quelques mètres en amont. © transportrail

Serqueux - Gisors s'inscrit en continuité de la modernisation de la section Motteville - Montérolier Buchy, qui permet d'éviter Rouen, mais il faudra attendre la deuxième phase du projet, avec le raccordement direct de Serqueux et l'électrification pour espérer améliorer l'attractivité de ce titinéraire. En Ile de France en revanche, la capacité restera limitée tant qu'une troisième voie n'aura pas été aménagée entre Conflans Sainte Honorine et Argenteuil. Dans un premier temps donc, les possibilités de report du fret resteront modestes.

Serqueux - Gisors a également été l'occasion pour RFF d'expérimenter de nouvelles techniques de pose de la voie. De son côté, la Région Haute Normandie mettra en place 2 allers-retours par train entre Rouen Rive Droite et Gisors via Serqueux, mais uniquement en semaine.

transportrail consacre un dossier à cette réouverture et à ce projet d'itinéraire bis pour le fret, qui vient essayer d'éclaircir un tableau obscurci par les fermetures annoncées dans l'Est et en Auvergne...

Posté par ortferroviaire à 09:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
01 février 2012

La renaissance de Serqueux - Gisors

Cinquante kilomètres de voies à rénover, des ouvrages d'art et des passages à niveau à rénover, mais au-delà un enjeu de portée nationale : l'amélioration de la desserte du port du Havre.

La réactivation de Serqueux - Gisors s'inscrit dans l'objectif de créer un itinéraire alternatif pour le fret entre Le Havre et l'agglomération parisienne, déjà engagée avec la revalorisation du barreau Motteville - Montérolier-Buchy permettant d'éviter la traversée de Rouen.Par l'emprunt de la section Montérolier - Serqueux de la diagonale Rouen - Amiens, les trains de fret pourront rejoindre l'ancien itinéraire Paris - Dieppe par Gisors, et ainsi arriver dans l'agglomération parisienne par Pontoise et rejoindre la Grande Ceinture au Val d'Argenteuil.

Cet itinéraire évitera donc l'axe traditionnel par Vernon, Mantes-la-Jolie et Poissy, déjà passablement encombré, et qui sera au coeur du projet EOLE à l'ouest à partir de 2014. L'itinéraire via Serqueux - Gisors pourra ainsi servir de soupape afin de préserver la circulation du fret.

Dans un premier temps, les trains devront rebrousser à Serqueux : l'itinéraire ne devait alors servir qu'assez modérément, et le fret devrait alors continuer d'utiliser l'itinéraire bis via Amiens et Creil, qui, s'il n'est pas particulièrement économe en kilomètres, a au moins le mérite de la continuité. La réalisation du raccordement direct devrait rendre plus attractif Serqueux - Gisors, mais la capacité entre Argenteuil et Conflans Sainte Honorine restera alors le principal handicap à l'usage de ce tracé : la création d'une troisième voie est envisagée, mais son coût prohibitif refroidit les esprits les plus moteurs, la question des riverains n'étant pas la plus reposante à gérer...

151109_27356lafretteLa Frette Montigny - 15 novembre 2009 - La capacité du groupe VI entre Argenteuil et Conflans Sainte Honorine reste le talon d'Achille dans la constitution de ce nouvel itinéraire bis entre Le Havre et la Grande Ceinture de Paris. La troisième voie dans un secteur résidentiel sera difficile à présenter aux riverains... © transportrail

Le budget de l'opération est de 105 M€ financé aux trois tiers par l'Etat, la Région Haute-Normandie et RFF.

Posté par ortferroviaire à 22:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,