25 avril 2014

L'Orient Express à l'Institut du Monde Arabe

Depuis le 4 avril et jusqu'au 31 août prochain, l'Orient Express est exposé devant l'Institut du Monde Arabe à Paris. Plusieurs voitures de la Compagnie Internationale des Wagons Lits et une locomotive à vapeur sont présentées. Quatre voitures dont un restaurant sont accessibles au public et font l'objet d'un parcours historique et culturel de ce train de légende, parmi les symboles de l'Art Décoratif.

Créé en 1883 par la CIWL, l'Orient Express reliait Paris Est à Istanbul. Connaissant son apogée entre les deux guerres, l'Orient Express était le train "où il fallait être", rendez-vous des arts, de la culture, du spectacle. Interrompu pendant la guerre, il reprit son rythme de circulation en 1947 et cessa de circuler 30 ans plus tard : la vitesse moyenne de 55 km/h et les arrêts interminables aux différentes frontières, surtout dans les pays du Bloc de l'Est après 1945 mirent fin à ce train. En 1982, le train renaît sous la forme de circulations privées entre Calais et Vienne, Istanbul n'étant que très occasionnellement atteinte. Reprises en 2009 par la SNCF, les 7 voitures continuent d'être louées pour des trains spéciaux et des opérations institutionnelles.

120414_230G353institut-monde-arabe1

Paris - Institut du Monde Arabe - 12 avril 2014 - Remarquablement restaurée, la 230G353 trône fièrement sur le parvis de l'institut. Elle marque l'entrée de l'exposition consacrée à l'Orient Express © transportrail

120414_logo-ciwl

Paris - Institut du Monde Arabe - 12 avril 2014 - L'écussion de la Compagnie Internationale des Wagons Lits et des Grands Express Européens, symbole de voyage et d'un raffinement qui faisait la réputation des grands trains. © transportrail

120414_orient-express-institut-monde-arabe

Paris - Institut du Monde Arabe - 12 avril 2014 - Les 4 voitures Pullmann sont disposées en L pour tenir compte des dimensions du parvis et proposent une scénographie du voyage à l'époque où le train était un mode de transport luxueux. © transportrail

Passons sur le fait que la 230G353 n'a jamais remorqué ce train : c'est un détail qui échappera au visiteur béotien ! Mais notons au passage la rénovation de cette machine qui figure toujours à l'inventaire de la SNCF.

Outre la visite de la rame, l'Institut du Monde Arabe propose dans ses murs d'aller au-delà de l'objet ferroviaire avec archives, films, objets d'époque (ne serait-ce que la vaisselle).

Posté par ortferroviaire à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :