21 mars 2014

Bordeaux Saint Jean prépare l'arrivée de SEA

Pas moins de 14 chantiers dans le noeud ferroviaire bordelais sont lancés pour préparer l'arrivée de la ligne nouvelle Sud Europe Atlantique en 2017, qui mettra notamment Paris à 2h05 (pour les meilleures relations) de Bordeaux. Outre la LGV, la suppression du bouchon nord de Bordeaux, avec l'achèvement de la mise à 4 voies depuis Cenon progresse avec une échéance à fin 2016 de ce chantier majeur de quadruplement de la ligne, d'un coût de 245 M€.

Un site de maintenance TGV et un pour le TER

Un bâtiment de 600 m² avec 2 voies de 500 m a été lancé mi-2012 et sera achevé fin 2015 pour assurer la maintenance courante des rames TGV et améliorer la productivité du parc en délestant les sites de maintenance parisiens. L'opération est évaluée à 31 M€ financés par la SNCF.

Pour les TER,  avec l'arrivée des Régiolis et Régio2N, un nouveau bâtiment de 2000 m² est en construction : il sera livré début 2016 et permettra de concentrer toutes les opérations sur le parc TER Aquitaine à Bordeaux. D'un coût de 24 M€, il est intégralement financé par la Région.

Voie sur dalle sous la verrière

C'est un chantier hors du commun qui a débuté le 10 mars dernier en gare de Bordeaux Saint Jean : le renouvellement des voies de l'ensemble des 12 voies s'effectue en recourant à une technique encore inédite sur le réseau existant, avec l'adoption de la voie sur dalle sans ballast. L'opération est réalisée par paire de voies, et permet de traiter les problèmes de pollution du sous-sol par les activités ferroviaires, et devrait faciliter la maintenance par la rigidification de l'infrastructure. Le délai d'immobilisation de chaque paire de voies est de 6 semaines. Au total, 2 km linéaires sont concernés, auxquels s'ajoutent un renouvellement classique de la voie et du ballast aux abords de la gare. RFF consacre à cette opération un budget de 11 M€.

Le recours à la voie sur dalle permet d'améliorer la tenue de la voie dans les zones de gares, où les sollicitations par le matériel peuvent être importantes, et où l'objectif d'accessibilité implique une réduction de la lacune entre le quai et le train quasiment impossible à garantir dans le temps avec une voie classique qui, du fait de son assise ballastée, tend à travailler dans le temps (tassements verticaux, mouvements transversaux). Le calage de la voie étant définitif dans la voie sur dalle, les opérations de maintenance portent essentiellement sur le renouvellement des rails et des attaches.

En gare : verrière rénovée, extension du bâtiment voyageurs et accessibilité

C'est la plus grande verrière de France,  et l'une des plus grandes d'Europe, construite en 1898 : cet ouvrage monumental des Chemins de Fer du Midi de 17400 m² sera entièrement rénové d'ici l'été 2016. D'un coût de 46 M€, l'opération est financé par RFF (90%) et le Ministère de la Culture (10%).

Un nouveau bâtiment côté Belcier sera érigé pour ouvrir la gare sur son versant sud, offrant 2500 m² d'espaces voyageurs et 1800 m² commerciaux, soit l'équivalent de la surface du bâtiment historique et un parking de 750 places. D'un coût de 73 M€, il est financé par Vinci Parks, Gares et Connexions, la Région Aquitaine, la Communauté Urbaine et la Ville de Bordeaux et l'Etat.

L'accessibilité à la gare sera améliorée par le remplacement de plusieurs escalators et le rehaussement des quais 4, 5 et 6. Le confort à quai bénéficiera de l'extension de la surface abritée sur les quais 1, 2 et 3 et de couvrir le quai 7.

Insertion urbaine et environnementale

L'actuel pont du Guit, emprunté par la ligne C du tramway sera adapté côté Belcier du fait de l'évolution du site générée par l'arrivée du nouveau bâtiment voyageur. Dans le cadre du quartier Euratlantique, un nouveau franchissement des voies ferrées est aussi prévu à horizon 2018. Enfin, l'importance des travaux appelle une mise aux normes des réseaux d'évacuation des eaux pluviales et des eaux usées.

Posté par ortferroviaire à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,