08 octobre 2019

Cholet - Les Herbiers : une deuxième étude

Nous en parlions il y a quelques semaines dans ce dossier. Après une première étude très sommaire à l'initiative des élus locaux, la Région des Pays de la Loire prend le relais et lance un appel d'offres pour une étude, évaluée à environ 150 000 € sur les modalités de réouverture de la ligne de Cholet aux Herbiers, plus précisément entre Saint Christophe des Bois et Les Herbiers, branchée sur la section Clisson - Cholet. La desserte du nord vendéen, suite aux conclusions du rapport Rol-Tanguy, serait, rappelons-le, motivée non seulement par le bassin d'emplois local, assez conséquent, mais aussi par la présence du parc du Puy du Fou qui génère 2,2 millions d'entrées par an. Ce n'est pas rien.

L'étude va se pencher non seulement sur le potentiel de trafic mais aussi dégrossir les modalités techniques de réalisation, y compris le volet exploitation pour une liaison directe depuis Angers vers Les Herbiers, impliquant un rebroussement à Cholet et un tronc commun avec les circulations Nantes - Cholet.

Alors, on croise les doigts ! En attendant, vous pouvez aussi relire le dossier de transportrail sur la desserte du choletais.

Posté par ortferroviaire à 08:53 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

20 septembre 2019

Cholet - Les Herbiers : une réouverture utopique ?

Dans le contexte actuel, parler de réouvertures de ligne quand l'avenir n'est pas assuré pour le réseau existant est un peu provocateur. Mais soyons un peu audacieux avec ce cas particulier : un bassin de population dynamique, une activité économique qui assure un taux élevé d'emploi de la population locale, mais un territoire à l'écart de toute offre ferroviaire. Résultat, le bassin des Herbiers est largement dépendant de la voiture. Portrait banal d'un territoire qui ne compte pas de grande agglomération.

Cette ligne d'une vingtaine de kilomètres, sous un statut atypique puisque propriété du Département de Vendée, accueille un chemin de fer touristique.

Train-a-Vapeur-sur-le-viaduc-de-Coutigny

Sur le viaduc de Courtigny, aujourd'hui, un train touristique dans cette région vallonnée. Et si demain, des trains réguliers desservaient le nord-vendéen en direction de Cholet et Angers ? (cliché Chemin de fer de La Vendée).

Mais en matière de tourisme, justement, il y aurait un potentiel élevé : la voie longe le parc d'attractions historiques du Puy du Fou. Celui-ci accueille plus de 2 millions de visiteurs chaque saison, venant en voiture ou par des autocars depuis Angers, pour assurer la correspondance avec les TGV. Autant dire que cela peut donner des idées...

Etrangement, le sujet est apparu furtivement dans le rapport du préfet Rol-Tanguy sur la desserte de l'ouest de la France, suite à l'abandon de l'aéroport de Notre-Dame des Landes. Comme quoi, tout est possible...

Entre la desserte d'un territoire à l'économie dynamique et la présence d'un pôle touristique de cette ampleur, il y a assurément matière à étudier les conditions de réactivation d'une infrastructure ferroviaire endormie : transportrail vous propose un dossier à ce sujet.

Posté par ortferroviaire à 10:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 juin 2018

Un train pour Le Puy du Fou ?

Le préfet Francis Rol-Tanguy a été chargé par le gouvernement d'une mission à hauts risques dans l'ouest : faire oublier le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes, revaloriser l'aéroport de Nantes Atlantique et proposer de nouvelles solutions de desserte de la Bretagne et des Pays de la Loire. Il faut avoir l'âme résistante...

La mobilisation des élus locaux et, peut-être, les bonnes relations personnelles affichées à plusieurs reprises entre Emmanuel Macron et Philippe de Villiers, auraient-elle porté leurs fruits ? On peut le penser puisque la presse régionale révèle que la réouverture de la ligne des Herbiers figurererait parmi les préconisations de cette mission.

Le parc d'attraction du Puy du Fou est indéniablement un succès puisqu'en 2017, il a accueilli plus de 2,3 millions de visiteurs. Sa réputation va bien au-delà du pays et il est régulièrement cité parmi les parcs de référence dans le monde.

Mais ce n'est pas tout : ce territoire entre le choletais et la Vendée littorale accueille une importante concentration de petites et moyennes entreprises, avec un taux de chômage de moins de 2%, dans un territoire qui peine à recruter, justement parce qu'il est à l'écart des grands axes. Le secteur, polarisé principalement par l'agglomération des Herbiers (34 000 habitants) et celle de Mortagne sur Sèvre (28 000 habitants) est à l'écart de toute desserte ferroviaire. L'infrastructure entre Saint Christophe des Bois (sur la ligne Clisson - Cholet) et Les Herbiers a été cédée au Département en 2003 et accueille un train touristique aux beaux jours.

Evidemment, entre ces deux bassins de population et leurs activités économiques et le parc du Puy du Fou, il y aurait effectivement de quoi mettre à l'étude la renaissance de cette voie ferrée avec des trains directs depuis Angers et Cholet en correspondance avec les TGV et les liaisons TER de l'axe ligérien. Un peu plus de 4 mois après la parution du rapport Spinetta très critique sur le devenir des petites lignes, cela ne manquerait pas de piquant.

Mais le parcours reste semé d'embuches : 21 km à réhabiliter entièrement pour la circulation de trains de voyageurs réguliers, une birfurcation de Saint Christophe des Bois à restaurer, une avant-gare de Cholet à reprendre, une gare à créer près du Puy du Fou et des passages à niveau à supprimer... à moins de privilégier une suppression plus économique en s'attaquant frontalement à la circulaire Bussereau, ce qui est moins politiquement correct.

Conclusion provisoire issue de La plaisante sagesse lyonnaise : « L’important c’est pas d’y faire, c’est d’y penser, mais le difficile, c’est pas d’y penser mais d’y faire ».

Nous reviendrons dans le courant de l'été sur cette mission (dès lors qu'elle aura remis ses conclusions) mais aussi sur la desserte des grands sites touristiques français... ou plutôt la non-desserte de certains d'entre-eux... En attendant, notre dossier sur la desserte du choletais peut vous replonger dans le sujet !