02 avril 2017

Corse : 5 ans d'exploitation locale et quel succès !

Dans le contexte de marasme dramatique du réseau ferroviaire régional, la Corse serait-elle en passe de devenir un Eldorado ? En 2011, lors du renouvellement de la DSP attribuée en 2001 à la SNCF, l'opérateur proposait un devis à 51,2 M€ par an, plus de deux fois plus élevé que les estimations initiales de la Collectivité, qui décidait de ne plus exploiter le réseau en DSP et de le reprendre en direct dans une Société Anonyme d'Economie Mixte Locale détenue avec les deux agglomérations de Bastia et d'Ajaccio et les Chambres de Commerce. Après 5 ans d'exploitation, les résultats sont sans appel :

  • l'offre a augmenté de 30%, passant de 771 000 km-trains à un million ;
  • le coût du km-train est passé de 30 à 27 €, ce qui n'est pas étonnant pour un réseau assez montagnard ;
  • le trafic est passé de 701 000 voyageurs annuels à 1,2 millions soit une hausse de 71% ;
  • le nombre de voyageurs-km a progressé de 35%, du fait d'une hausse principalement concentrée sur le périurbain de Bastia et Ajaccio et la Balagne ;
  • les recettes ont progressé de 30% ;
  • la contribution annuelle de la Collectivité est restée globalement stable autour de 20,4 M€ ;
  • la contribution annuelle par voyageur est passée de 29,1 à 17 €, soit une baisse de 71%, équivalente à la hausse du trafic !

Sans commentaire... si ce n'est vous inviter à parcourir notre dossier sur les Chemins de fer corses !

Posté par ortferroviaire à 12:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

12 juillet 2016

Corse : et si le train pénétrait dans Ajaccio ?

La gare d'Ajaccio est actuellement légèrement excentrée par rapport au centre-ville et surtout, elle longe une des principales artères de la ville, le Cours Napoléon, qui est passablement engorgée. Alors que par le passé, il fut question de reculer la gare des Chemins de fer de la Corse pour récupérer le foncier et supprimer la circulation des trains au milieu de la voirie, les difficultés de circulation pourraient motiver une réflexion en sens inverse, c'est à dire de prolonger la ligne jusqu'au coeur d'Ajaccio.

Le nouveau dossier de transportrail explore cette possibilité et les points critiques sur les 880 m potentiellement concernés par cette étude : l'articulation entre la navette de l'aéroport pourrait être réexaminée, tout comme avec les bateaux assurant la liaison avec le continent. De quoi faciliter l'accès au réseau ferroviaire qui constitue un excellent moyen de découvrir la Corse, et de renforcer son rôle dans la desserte de l'agglomération ajaccienne pour contenir le trafic automobile.

Posté par ortferroviaire à 13:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
16 octobre 2010

Chemins de fer Corse : les AMG800 cloués au dépôt

... ou des vertus du sérieux en matière de construction ferroviaire.

Alors qu'on le prédisait à de funestes destins, le réseau ferroviaire corse a été entièrement rénové - tout en restant à voie métrique -  pour en améliorer ses performances, avec comme point d'orgue la réception de nouveaux autorails panoramiques AMG800 plus puissants, plus modernes et plus confortables. Bref en un mot un panorama idyllique du renouveau ferroviaire, sauf que... ces autorails sont cloués à l'arrêt et qu'une expertise a été confiée au Centre d'Ingénierie du Matériel de la SNCF.

En résumé... c'est édifiant :

  • le système de freinage est mal positionné sur le bogie et provoque une usure prématurée des semelles et des roues pouvant affecter la sécurité du convoi : sur certains autorails, la semelle et la roue sont en position de frottement permanent...
  • la liaison caisse - bogie étrangle une durite du système de freinage pouvant conduire à l'absence de réponse à une sollicitation du conducteur
  • la surconsommation d'huile se retrouve dans le collecteur d'échappement, avec un risque d'incendie à la clé
  • les mouvements de caisse sur le réseau corse provoquent une usure des cardans qui, en cas de rupture, peut conduire l'autorail hors des rails
  • le moteur doit être nettoyé pour éliminer les pénétrations diverses de poussière, sable, feuilles mortes, qui peuvent provoquer l'échauffement de la motorisation
  • et cerise sur le gâteau, des dysfonctionnements de la climatisation intérieure (ce qui en Corse peut s'avérer d'autant plus problématique que les engins n'ont pas de baies ouvrantes !)

Et maintenant, place aux batailles d'experts et d'avocats... en attendant la mise en conformité pour permettre leur circulation et assurer l'avenir des CFC. La Région envisage de modifier le pilotage du réseau pour sortir d'une situation aux limites de l'absurde.

Posté par ortferroviaire à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,