01 décembre 2020

Haut Bugey : 10 ans d'une renaissance

En décembre 2010, la desserte Paris - Genève était accélérée d'une vingtaine de minutes en abandonnant l'itinéraire qu'elle empruntait depuis l'arrivée du TGV, c'est-à-dire via Mâcon, Ambérieu et Culoz, grâce à la modernisation de la section Bourg en Bresse - La Cluse et à la réouverture de La Cluse - Bellegarde, fermée en mai 1990.

Depuis, la desserte Lyria a bénéficié d'améliorations continues, marquées d'une part par l'introduction de rames Duplex plus capacitaires et par une grille cadencée aux 2 heures avec 9 allers-retours.

310317_BVbellegarde1

310317_BVbellegarde3

Bellegarde sur Valserine - 31 mars 2017 - Deux vues du second bâtiment voyageurs de la gare de Bellegarde, située dans la bifurcation réorientée dans le bon sens. Sa forme rappelle la présence de l'ancien dépôt des locomotives. Il est situé sur le parcours entre les voies des TGV et la gare historique utilisée par les trains régionaux. © transportrail

L'opération Haut Bugey a ainsi redonné vie à celle que les vaporistes redoutaient en raison de son profil casse-pattes qui, par déformation, lui valut le surnom de « Carpates » : elle a montré qu'une petite ligne pouvait être d'une grande utilité, y compris pour les dessertes internationales.

Dans ce dossier, transportrail revient d'abord sur l'histoire singulière de cette ligne et de ce projet, avant de proposer des éléments de réponse à certaines questions rémanentes sur cette ligne, comme l'absence de trains régionaux entre La Cluse et Bellegarde.

Posté par ortferroviaire à 12:25 - - Commentaires [72] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 octobre 2017

Oyonnax - Saint Claude : une fermeture, un gâchis

9 décembre 2017 : ce sera le dernier jour d'exploitation de la section Oyonnax - Saint Claude. Le lendemain, le train n'assurera plus de liaisons entre les sous-préfectures de l'Ain et du Jura.

ecran-bourg-saint-claude

Bourg en Bresse - 20 octobre 2017 - Plus que quelques semaines pour prendre le train entre Oyonnax et Saint Claude. Le 9 décembre au soir, il sera trop tard, et ce train fera terminus à Oyonnax. © transportrail

Une infrastructure à bout de souffle, une ligne à cheval sur deux Régions qui n'ont pas nécessairement la même vision de l'utilité du chemin de fer, un opérateur qui se détourne de son métier de base et un gestionnaire de réseau en situation de faillite industrielle.

Ainsi, il n'y aura plus d'autre solution que l'autocar ou la voiture pour rejoindre Bourg en Bresse et Lyon. Qu'importe le trafic de près de 8000 véhicules par jour sur la RD436 entre les deux villes, la difficulté du parcours, les rudesses climatiques, la sécurité routière et le report modal.

L'année dernière, nous avions déjà effectué un voyage avec les Autorails de Bourgogne Franche-Comté. Cette année, l'association prévoit 2 tournées spéciales, les samedis 2 et 9 décembre, pour parcourir une dernière fois le traditionnel tour du Jura.

Le nouveau dossier de transportrail part donc sur la ligne des Hirondelles à qui on ne va pas tarder à couper les ailes. Au regard de l'état de la ligne entre Saint Claude et Morez, une nouvelle amputation est probable en 2019 ou 2020. De quoi encore amplifier la dépression démographique que connait cette région pourtant connue pour ses pipes, ses lunettes, ses horloges, son fromage et sa plasturgie. Malheureux pays...

26 octobre 2011

Bourg en Bresse - Oyonnax : l'oubliée des Carpates

Certes, la ligne des Carpates a été modernisée, électrifiée et même rouverte entre La Cluse et Bellegarde. Mais non seulement les Suisses pestent contre la non-atteinte de l'objectif défini (3h entre Paris et Genève) pour lequel ils ont investi leurs francs suisses, mais l'offre régionale n'a pas tiré partie de l'investissement auquel la Région Rhône-Alpes a contribué.

Résultat, il ne reste qu'un seul aller-retour par train entre Bourg-en-Bresse et Oyonnax, quand le service en proposait huit avant la modernisation. La desserte a été reportée sur la route et cela ne fait guère le bonheur des voyageurs. La création d'un deuxième voire d'un troisième aller-retour ferroviaire est envisagée par la Région, mais sans grand dynamisme, l'autorité organisatrice préférant concentrer ses budgets là où le trafic peut être le plus important.

Situation d'autant plus complexe que la section Oyonnax - Saint-Claude a fait l'objet d'âpres discussions avec la Franche-Comté pendant les travaux des Carpates et que l'avenir de cette ligne reste toujours incertain, notamment par le besoin de financement pour sa modernisation.

Il est évident que si on se limite aux seuls besoins du quotidien sur ces territoires de moyenne montagne, l'addition peut être jugée trop indigeste pour des finances publiques en grande difficulté. Pourtant, l'intérêt touristique du massif jurassien n'est pas mince et de l'autre côté du massif, on sait miser sur un subtil équilibre entre desserte des territoires pour l'activité locale, qui mériterait d'être structurée en partenariat avec les collectivités locales autour de la voie ferrée, et valorisation touristique du patrimoine ferroviaire. Y aura-t-il un jour un esprit éclairé qui viendra un jour mettre le sujet sur la table ?

Posté par ortferroviaire à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,