Redresser la ponctualité

L'objectif en matière de ponctualité des Grandes Lignes était initialement d'atteindre 80% dès décembre 2016 (pour une situation de référence en 2015 de 76,4%) et 85% en 2020, sur la base d'une évaluation à 5 minutes. Des chiffres qui peuvent paraître modestes par rapport aux chiffres affichés en France, du moins dans les intentions, mais qui peuvent s'expliquer par le plus fort maillage du réseau et les conséquences plus importantes des correspondances. Pour atteindre cet objectif, la DB mise sur l'amélioration de la réactivité de la maintenance sur le matériel roulant et l'infrastructure par le biais de la numérisation des informations et une maintenance prédictive. Pour les services régionaux, la moyenne est plutôt de 94 à 95%.

Zukunftbahn - ponctualité

72 coordinateurs dans les 16 gares gérant la majorité des circulations sont chargées de la supervision de l'ensemble des préparatifs du train, jusqu'à l'ordre de départ : une démarche similaire au H00 français... mais rendue complexe par l'abondance du trafic. (document DB)

Cependant, les résultats enregistrés en 2017 et en 2018 n'ont pas été à la hauteur des attentes, du fait notamment de nombreux travaux, des conséquences de l'incident de chantier de Rastatt, mais aussi de la hausse du trafic et d'une augmentation de l'indisponibilité des ICE. A mi-2018, la ponctualité des Grandes Lignes était descendue à 70%, pour un objectif de 82% en 2018, mais l'objectif fixé pour 2020 reste le même… quoique difficile à atteindre par la densité du trafic et notamment la progression du fret.

affichage-retard-db

Köln Messe-Deutz - 14 août 2020 - Pas bon tout ça ! L'ICE 911 Köln - Franfkurt, premier train à desservir la voie 11 de cette gare sous notre objectif est complètement passé à la trappe. Le 929 Kiel - Passau affiche 10 minutes de retard (ce qui lui vaudra une entrée plein pot en gare à 60 km/h) et l'IC2205 Norddeich Mole - Köln a pris une heure dans la vue. L'amélioration de la régularité est un parcours de longue haleine... © transportrail

La DB a nommé 72 coordinateurs dans 16 gares gérant la majorité des départs sur le réseau IC-ICE ont été désignés pour organiser le mouvement des trains dans ces nœuds stratégiques sur lesquels apparaissaient de sévères problèmes de ponctualité au départ, avec des taux pouvant descendre à 60 %. En 2 ans, dans ces gares, la progression est de l'ordre de 16 à 18 points, mais les résultats sont encore insuffisants. L'extension de ces coordonnateurs de production devrait permettre de couvrir 90% des gares origine des circulations IC, ICE et Regio.

On peut aussi ajouter que l’irrégularité des trains de voyageurs en Allemagne semble aussi liée à la longueur importante des missions avec des temps de trajet pouvant atteindre 10 à 12 heures pour les liaisons avec les pays voisins (un Interlaken – Hamburg par exemple), et jusqu’à 2h30 pour des services régionaux souvent diamétralisés dans plusieurs grands nœuds ferroviaires. C’est un sujet de conception de l’offre qu’il faudrait probablement réexaminer…

Améliorer le service en gare et à bord des trains

Dans les mesures de court terme engagées dès 2016 avec Zukunft Bahn, l’amélioration des services dans les gares et dans les trains pouvait être relativement rapidement mis en œuvre pour faire du temps de voyage un moment encore plus utiles, soit pour la détente soit pour le travail et accentuer globalement la qualité du service et des informations. A ce titre, il serait souhaitable de généraliser les annonces en allemand et en anglais sur les IC et ICE (n’allons pas jusqu’à demander le français…).

A bord des trains, outre leur fiabilisation, des opérations de maintenance ont été engagées pour fiabiliser les équipements pour les voyageurs.

Zukunftbahn - image-synthese

Les priorités sur le matériel roulant : service à bord, fiabilité, Wifi et informations en temps réel (document DB)

L’amélioration du confort en gare passe par des espaces d'attentes chauffés sur les quais et une meilleure disponibilité des ascenseurs et escalators. En outre, en collaboration avec les Landers, 350 gares nouvelles sont mises à l'étude dans le pays pour renforcer le maillage du réseau et approcher le train des principaux foyers générateurs de flux, mais aussi pour contrer l'essor des lignes d'autocars. D'un modèle standardisé et simplifié, le coût ces nouvelles haltes pourrait être de 2 M€. Une première démarche sur 20 créations a été contractualisée en Bavière pour un coût de 40 M€ financé à parité entre le Land et la DB.

En outre, les 31 gares les plus fréquentées de S-Bahn de Stuttgart, Francfort, Munich et Hambourg vont bénéficier d'une rénovation, nécessaire après 40 ans de service. Une enveloppe de 23 M€ est consacrée à ces travaux.

Les voyageurs devraient en outre bénéficier du Wifi dans toutes les gares et tous les trains, ce qui semble assez ambitieux, mais l'entreprise se donne encore 5 ans. Les dispositifs d'information des voyageurs dans les gares seront renouvelés, notamment dans les plus importantes, avec de nouveaux comptoirs interactifs, combinant écrans tactiles, connexion Internet, Wifi et personnel d'accompagnement.

Zukunftbahn - image-synthese2

En gare : essentiellement le renouvellement du dispositif d'information des voyageurs, du Wifi et le développement d'une billetterie sur Smartphones. (document DB)

Zukunftbahn - comptoir-info

Focus sur les nouveaux comptoirs d'information, s'appuyant sur de nouvelles générations de bornes d'information. (document DB)

Tarification : l’Etat et la DB font des efforts

Parmi les pistes décidées par la DB, les trains IC pourront désormais accepter à leur bord les voyageurs munis d’un titre de transport régional d’une communauté tarifaire urbaine ou interurbaine, moyennant compensation financière à la DB pour la perte de recette : un moyen de gérer l’augmentation de capacité dans des secteurs à forte demande par optimisation des circulations existantes. En conséquence, le schéma de desserte des IC sera revu à la marge pour intégrer des arrêts supplémentaires lorsque ceux-ci répondent aux besoins de voyageurs IC.

Autre mesure qui devrait aussi faciliter la hausse du trafic, décidée par le gouvernement allemand : la baisse de la TVA sur les billets longue distance, désormais alignée sur le taux des transports urbains. Décidée en septembre 2019, l’application au 1er janvier 2020 du taux de 7% et non plus de 19% a été répercutée par anticipation par la DB, cette mesure joue évidemment en faveur d’un usage accru du train avec une baisse perceptible de 12% du prix du billet.

Suite du dossier : une desserte encore plus dense