301208_456-091lichtensteigSOB

Lichstensteig - 30 décembre 2008 - Ici formé de la Re456-091 et de 7 voitures unifiées type rénovées, le Voralpen Express dans son cadre enneigé : un express sur une liaison transversale essentiellement en voie unique mais néanmoins parfaitement intégré au système horaire cadencé suisse. (cliché SOB)

Une transversale qui prend son temps

Créé en 1992, le Voralpen Express (VAE) reliait initialement Romanshorn (au bord du lac de Constance) à Lucerne par Saint Gall et Arth-Goldau selon une cadence horaire. Ce label a été créé par les CFF, le Südostbahn (SOB) et Bodensee - Toggenburg Bahn (BT). Depuis le 15 décembre 2013, la liaison est limitée au parcours de 125 km entre Saint Gall et Lucerne reliées en 2h15, soit une vitesse moyenne de 55,5 km/h : un express qui prend donc son temps, sur un itinéraire où la vitesse excède rarement les 90 km/h.

Reliant deux agglomérations de 160 000 (Saint Gall) et 205 000 habitants (Lucerne), le VAE soutient la comparaison par rapport au trajet via Zurich, plus rapide de 8 à 15 minutes seulement, mais avec une correspondance.

L’itinéraire du SOB traverse des régions à l’écart des grands axes, notamment le demi-canton d’Appenzell – Rhodes Extérieures, évite Zurich par l’est (Rapperswil et Pfäffikon) avant de rejoindre le lac des Quatre Cantons à Arth-Goldau.

http://www.voralpen-express.ch/uploads/pics/streckenplan_hoehepunkte_e_960px.jpg

Son parcours de moyenne montagne, à voie unique sur 85% du parcours, comporte de nombreux ouvrages d’art, à commencer par le viaduc de Sitter (365 m de long, 99 m de haut), dès la sortie de Saint Gall, et franchit une douzaine d’ouvrages jusqu’à Wattwil, atteinte après le franchissement d’un tunnel de 3,6 km sous le massif de Toggenburg. La seconde partie du parcours comprend moins d’ouvrages d’art, mais ne manque pas d’attrait. Après avoir franchi le lac de Zurich par la digue unissant Rapperwil et Pfaffikon, la ligne entame l’ascension du sommet de Biberbrugg à l’aide de rampes de 50 pour mille. Arrivée à Arth-Goldau, la ligne rejoint le lac des Quatre Cantons jusqu’à Lucerne.

221113_sitterviaduktSOB

Sitterviadukt - 22 novembre 2013 - L'ouvrage phare de la ligne, le viaduc sur la Sitter entre Saint Gall et Herisau, est une des attractions de la ligne. Il est ici traversée par une rame composée de 4 éléments Flirt. (cliché SOB)

Attirer le touriste pour assurer le service public

Le SOB a, dès la création de la liaison, misé sur la clientèle touristique, considérant que les flux pendulaires et scolaires ne suffisaient pas à rendre économiquement viable une desserte voulue à cadence horaire. Profitant de l’abbaye de Saint Gall, de l’accès à la campagne et aux stations de ski de l’Appenzell, des lacs de Zurich et des Quatre Cantons, du château de Rapperwil et du Mont Rigi, la compagnie a développé la valeur patrimoniale de son itinéraire, en commercialisant des offres combinées transport et hébergement, y compris avec d’autres compagnies ferroviaires, comme le chemin de fer rhétique et la ligne de la Bernina. Le Voralpen Express dessert aussi la gare du musée des transports de Lucerne, ce que les amateurs ne manqueront pas de souligner. La plus forte capacité contributive de cette clientèle contribue au maintien d’une offre dense constituant un véritable service public de maillage du territoire. Les touristes représentent aujourd’hui 40% des recettes du Voralpen Express.

050813_456-093rapperswilSOB

Rapperswil - 5 août 2013 - Autre attraction de la ligne, qui n'est toutefois pas l'apanage du Voralpen Express, le passage sur le lac de Zurich est d'autant plus appréciable pour l'amateur qu'une passerelle parallèle à la voie est implantée à bonne distance pour le photographe : la preuve ! (cliché SOB)

091015_526-042rapperwil_knoerr

Rapperswil - 9 octobre 2015 - Une automotrice Flirt du service régional assuré par le SOB s'engage sur la digue avec en arrière-plan, le château de Rapperswil. © A. Knoerr

A bord des trains, des guides sont à disposition des voyageurs pour présenter le service – notamment l’horaire cadencé à l’heure avec une amplitude de service de plus de 14 heures – mais aussi l’attrait touristique des sites desservis et les offres de voyages organisés. En outre, chaque train comporte un espace bistrot, proposant boissons fraiches, chaudes, friandises, par le biais de distributeurs automatiques. Simple, mais complémentaire avec l’offre de restauration dans les gares.

Avec un trafic en hausse de 25% depuis 2000, le SOB étudie de nouvelles extensions du Voralpen Express vers l’Emmenthal par le BLS ainsi que vers le lac de Constance. L’objectif est de conquérir une nouvelle clientèle touristique afin de compléter l’offre de voyages organisés.

Une stratégie atypique sur le matériel roulant

Initialement composée de voitures de type VU IV appartenant aux trois opérateurs CFF, SOB et BT, la rame était tractée par des Re 4/4 II des CFF et du BT ou des Re 4/4 III du SOB.

140416_456-094lucerne

Lucerne - 14 avril 2016 - La Re456-094 poussera son Voralpen Express jusqu'à Saint Gall. Ces locomotives ont servi à la mise au point de la chaîne de traction des Re460 des CFF. Le SOB recourt à la publicité intégrale sur ces machines pour dégager des recettes supplémentaires. © transportrail

Par la suite, le SOB a décidé d’engager la modernisation de voitures unifiées de type I, mises en service entre 1956 et 1966, confiée à Stadler, selon le programme Revvivo. Compte tenu d’un modèle économique aux marges contraintes, l’objectif était de doter le Voralpen Express d’un matériel moins onéreux à la maintenance, mais offrant un bon niveau de confort. Les VU I étant largement amorties, le SOB a conçu un programme de rénovation avec Stadler et  Schindler. Ces voitures en acier léger ont été climatisées, munies de toilettes, de nouveaux bogies, de nouvelles portes et surtout de nouvelles baies vitrées grand format améliorant la vision panoramique. Longues de 23,7 m, ces voitures offrent un bon niveau de confort grâce à leur largeur de 3,10 m. Elles sont intégrées dans trois types de compositions peu courantes :

  • Re 456 + 4 Revvivo + 2 voitures intermédiaires Colibri SOB + 1 remorque-pilote (3 rames) d’une longueur totale de 205 m ;
  •  6 Revvivo + 1 remorque-pilote encadrées par 3 Re446 (1 rame), d’une longueur totale de 199 m ;
  •  5 Revvivo + 1 VU type I encadrées par deux automotrices RBDe 561 Colibri (2 rames), d’une longueur totale de 192,2 m.

Les grandes baies vitrées sont évidemment très appréciées des touristes du fait de l’élargissement du champ de vision. Ces VU I rénovées sont étonnantes car il est quasiment impossible de deviner que ces voitures ont été mises en service voici un demi-siècle.

140416_561-083saint-gall1

Saint Gall - 14 avril 2016 - Mise à quai du Voralpen Express à destination de Lucerne, ici dans la formation composée de 2 RBDe561 encadrant 6 voitures rénovées : les automotrices sont sollicitées au maximum de leur effort sur un parcours dont les rampes atteignent 50 pour mille. © transportrail

Le SOB a commandé 6 nouvelles rames automotrices de 150 m et 5 rames de 75 m dans un marché comprenant en option 14 rames longues et 15 rames courtes ainsi que l’évolution des compositions courtes. Leur arrivée est prévue en 2019. Ces rames devront être aptes à circuler en Suisse, en Allemagne et en Autriche, la SOB ayant des visées de développement de services interrégionaux dans les pays voisins.

Nouveau succès pour Stadler qui place au SOB son Flirt3 pour prendre la succession des Colibri et des VU type I rénovées pour assurer le Voralpen Express. (image Stadler)

210411_FLIRT-SOB

Champ de colza et Flirt régional du SOB : Stadler conforte sa position sur le marché ferroviaire suisse (cliché SOB)

stadler-flirt-sob3

Les nouveaux Flirt du SOB étaient une des vedettes d'Innotrans 2018 avec leur étonnante livrée bronze et leurs aménagements assez réussis (sauf les petites tablettes pas très commodes pour qui veut utiliser son ordinateur, jouer avec un enfant ou prendre son en-cas...) © transportrail

Le Voralpen Express constitue un exemple de liaison transversale, dont le tracé est majoritairement situé à l'écart des grands centres urbains : il ne manquera pas de susciter des comparaisons avec d’autres pays où les liaisons transversales ne sont pas forcément bien lôties…