Reconversion régionale... en réversibilité

Croissance du TGV d'un côté, effondrement sans fin du fret avec un parc conséquent d'engins neufs arrivant de l'autre : pour des machines devenues alors trentenaires, le tournant des années 2000 fut aussi celui de l’évolution de leurs prestations. Les perspectives allaient cependant être assez contrastées. Si on ne compte plus les effectifs de BB7200 et BB22200 mis au rebut (en particulier à Sotteville), les BB15000 s’en sont bien sorties, devenant la locomotive de référence pour les Intercités et TER en Normandie et en Picardie. Pour les versions 1500 V et bicourant, l’effondrement du fret, l’abondance de machines récentes (BB26000, BB27000, BB37000/37500) et la conséquence de l’arrivée d’opérateurs privés pour le fret devaient fortement réduire le champ d’utilisation potentielle des BB7200 et BB22200.

Le TER allait donc devenir une base de repli. Il y avait assurément matière à occuper ces engins, dont la fin de carrière se situe entre 2020 et 2025, car la croissance du trafic grâce à l’action des Régions avait fortement mis en pression le parc ferroviaire malgré les livraisons de nouvelles automotrices. Misant également sur la libération de voitures Corail du fait de l’essor du TGV, les TER allaient ainsi utiliser assez largement ce matériel disponible, quoique pas toujours très bien adapté aux missions à accomplir.

Point commun au trio 7200 / 15000 / 22200 : la nouvelle ère s’est voulue réversible, que ce soit avec des voitures Corail, des VO2N, des V2N et même les légères RIO et RRR. Pour les premières, la transformation de voitures type B6Du en B5uhx avec cabine de conduite fut associée à la transformation de BB7200 et BB22200 pour les besoins des Régions Bourgogne, Franche-Comté, Rhône-Alpes et PACA. L’Alsace, du fait de voitures aptes à 200 km/h, faisait bande à part avec ses BB26000 associées aux TER200. Les V2N allaient aussi troquer leurs fragiles BB9700 et BB16100 pour des BB7200 et BB15000, gagnant au passage un peu de puissance et surtout de la fiabilité.

070613_15043maromme

Maromme - 7 juin 2013 - La BB15043 en livrée Multiservices, au demeurant réussie, pousse la rame V2N de cet Intercités Le Havre - Paris : autre réutilisation de cette série de machines qui ont succédé à cette tâche aux BB16100 (ex-BB16000 modifiées pour la réversibilité par multiplexage). ©transportrail

160811_22266fleurville

Fleurville - 16 août 2011 - Les nez cassés version réversible se sont appropriées les TER assurés en rame Corail en sur le réseau PLM, et ont vu leur périmètre étendu avec la mise en service du TGV Rhin-Rhône. Cette BB 22200 en livrée En Voyage assure une relation Dijon - Lyon formée de voitures du parc Bourgogne. ©transportrail

Les nez cassés allaient aussi succéder aux danseuses, BB8500, BB16500, BB17000 et BB25500, pour convoyer les formations de VO2N et même les rames inox RIO et RRR, impliquant ainsi une fragmentation du parc entre les machines dotées de la réversibilité par multiplexage ou par câblots UIC.

Un effectif en chute nette... d'abord pour les unités dédiées au fret

Ainsi, 23 BB7200 et 48 BB22200 furent équipées pour le premier type de réversibilité, tandis que 31 BB22200 adoptèrent le second type pour les besoins exprimés en PACA et Nord Pas de Calais. Quant aux BB15000, 34 machines ont été dotées de la réversibilité par multiplexage, avec modification des équipements sur les voitures Corail et VO2N pour éviter le morcellement technique de la flotte.

290516_22305nice

Nice Ville - 29 mai 2016 - Mission pas trop difficile pour la 22305 poussant 2 segments RRR de 4 voitures sur la ligne de la Côte d'Azur où la desserte omnibus n'arrive toujours pas à être assurée par une flotte unique... ©transportrail

L'Ile de France fut également concernée avec 12 BB7200 transformées en BB7600 adaptées à la réversibilité pour rendre en charge les VB2N libérées sur le réseau Nord par l’arrivée du Francililen afin de réformer les Z5300 sur les Paris – Clamart et Paris – Rambouillet. Des BB22200 auraient été plus adaptées afin de pouvoir assurer les relations vers Dreux et Mantes la Jolie en totale banalité avec les BB27300, du fait de l’électrification en 25 kV au-delà de Plaisir-Grignon.

070713_7602clamart

Clamart - 7 juillet 2013 - 12 BB7200 ont été tranformées en BB7600 pour être associées aux VB2N de la banlieue Nord mutées sur Montparnasse : encore une reconversion pour cette famille de machines. ©transportrail

Néanmoins, les BB7200 n’ont pas été conçues pour le service omnibus avec des arrêts très fréquents, surtout en réversibilité : l’étude aéraulique montre qu’en pousse, le déplacement d’air généré par les VB2N prive la locomotive en queue de sa capacité d’aspiration de l’air par les persiennes latérales. Résultat : des échauffements de moteurs qui conjugués avec un nettoyage insuffisant des persiennes peut aboutir à des débuts d’incendie. En conséquence, les BB7600 seront les premières réformées à l’arrivée des Régio2N commandés en 2017 par le STIF pour remplacer les VB2N sur la banlieue Montparnasse.

La fin de carrière des BB7200, BB15000 et BB22200 encore en service actuellement est en partie liée au renouvellement du parc Corail utilisé par les TER et Intercités. L’arrivée des Omneo Premium à compter de 2019 en Normandie devrait entrainer la réforme des BB15000 sur ce secteur. Même scénario en Région Centre avec les BB7200 et dans les Hauts de France avec le reliquat de BB15000. Au-delà, et plus spécifiquement sur les TER, la fin de vie devrait s’étaler jusqu’en 2025. Le cap des 50 ans de service sera-t-il atteint ?

En fin d'année 2019, l'érosion des 3 séries était nette mais assez contrastée. La série la plus touchée est sans surprise celle des BB7200 pour 2 raisons : une bonne partie du parc était affectée au Fret, dans une situation d'étiage sévère, tandis que leur circulation uniquement sous 1500 V est devenue un handicap dans une époque où le maître-mot est la polyvalence. Ainsi, il ne reste que 108 des 240 machines de cette série.

Les BB15000 ont été moins touchées car 47 des 65 BB15000 étaient encore à l'inventaire, tout comme 156 des 205 BB22200... mais les unités du Fret ont généreusement garni les voies du mouroir de locomotives de Sotteville...