Après avoir examiné les potentialités du train de nuit sur le marché intérieur français, franchissons les frontières et intéressons-nous aux potentielles liaisons vers les pays voisins. Là encore, peu de surprises sur les principes tant les relations peuvent sembler évidentes. La nouveauté vient probablement du regain d'intérêt en Europe pour le train de nuit, aidé par le succès autrichien et diverses initiatives, notamment en Europe centrale, mais aussi de l'amorce d'une réflexion sur les choix modaux de déplacement, notamment dans un débat - pas toujours serein - entre le train et l'avion.

Vers l'Italie

Avant-poste de Trenitalia en France, Thello porte à bout de bras la liaison Paris - Milan - Venise, non sans difficultés techniques et commerciales. A l'origine, une liaison vers Rome avait aussi reprise, mais l'exploitant avait jeté l'éponge. Si la situation était tendue jusqu'au début de l'année 2020, un fichu virus a accentué les difficultés au point que le devenir de ce service est des plus compromis dans le « monde d’après ». Néanmoins, tant que la liaison diurne nécessitera plus de 6 heures de trajet, le train de nuit pourrait voir sa place à peu près garantie.

020209_26160bercy

Paris-Bercy - 2 février 2009 - Souvenir de la desserte SNCF - FS sous l'appellation Artesia avec cette arrivée au petit matin sous la neige du train de nuit en provenance de Venise et sa rame italienne emmenée par la BB26160 entre Vallorbe et Paris. © ortferroviaire

270412_36007paris-lyon5

Paris gare de Lyon - 27 avril 2012 - Même relation, mais sous des couleurs différentes avec Thello, alors fruit de la coopération Trenitalia - Transdev, en louant des locomotives à Akiem, filiage du groupe SNCF. Les voyageurs avaient gagné une arrivée sous les verrières de la gare de Lyon. © ortferroviaire

Si on pousse la réflexion un peu plus loin, la desserte intérieure Paris - Nice ne pourrait-elle pas se muer en liaison internationale, vers Gênes ?

Vers l'Espagne

Madrid et Barcelone s'imposent avec évidence comme destinations de prédilection au départ de Paris. Les trenhotels ont été les victimes un peu trop rapides de l'ouverture de la ligne nouvelle Perpignan - Figueras prolongée à Barcelone... et au final, on a supprimé l'un sans vraiment remplir l'autre. Pourtant, le saut de nuit est parfaitement réalisable sur ces 2 relations, avec un potentiel de trafic non négligeable.

L'Espagne n'est pas seulement une destination intéressante depuis Paris : rappelons-nous le succès du Catalan Talgo au départ de Genève, ce qui pourrait éventuellement compléter la desserte de Lyon.

101213_7200talgo madrid-paris

Entre Tours et Orléans - 10 décembre 2013 - Dernière circulation pour le Trenhotel Madrid - Paris, avec une BB7200 aux tampons adaptés et le segment de voitures Talgo, procurant un bon niveau de confort (outre un accès des plus aisés). Une victime un peu trop rapide du TGV... © ortferroviaire

Cap à l'est

Les liaisons France - Allemagne se limitent aux possibilités offertes 3 fois par semaine par le Paris - Berlin - Varsovie - Moscou exploité par les chemins de fer russes. L’horaire apparaît assez détendu en France puisque le départ de Strasbourg est à 23h40 alors que le train a quitté Paris Est à 18h58. Un départ de Paris autout de 20 heures semble jouable. Il dessert Berlin Berlin à 7h21. Intéressant non ? Et puis un train de nuit Paris - Berlin, c'est aussi un symbole politique...

110212_181-204peltre_tev

Peltre - 11 février 2012 - Entre Metz et Réding, le Paris - Moscou n°453 a quitté la capitale de la France à 8h28, pour un voyage de 38 heures ! La BB série 181 de la DB assure l'étape Metz - Sarrebruck. © Trains-en-voyage

L'autre liaison potentiellement intéressante desservirait le sud de l'Allemagne, avec un Paris - Munich. La desserte TGV (Munich 6h46 – Paris 12h33 / 15h55 – Munich 21h36) est positionnée de façon à ne nécessiter qu’une seule rame dans la journée (productive au demeurant), mais il est impossible d’arriver le matin à Paris ou à Munich, et de profiter de la journée complète. Là encore, une liaison nocturne pourrait être mise en œuvre, potentiellement couplée avec une liaison Paris – Berlin. Cette liaison pourrait être prolongée à Vienne. Mozart de retour !

Vers le nord ?

Le potentiel vers le Bénélux est faible, car Thalys a écrasé les temps de parcours, si bien qu'un départ vers 20 heures de Paris rend possible une arrivée entre 23 heures et minuit à Amsterdam et à Cologne. La question porterair donc plutôt sur des trains de nuit traversant la France depuis la Belgique et les Pays-Bas, mais un Amsterdam - Barcelone serait probablement un peu trop long pour être réellement attractif.

2020 : un accord porteur de promesses

En fin d'année 2020, la SNCF, les CFF, la DB et les ÖBB ont noué un accord pour rétablir plusieurs trains de nuit européens entre 2021 et 2025, en confiant à l'opérateur autrichien le soin de coordonner l'organisation de ces trains, chaque exploitant et chaque gestionnaire d'infrastructure se chargeant de leurs parties respectives. Le succès de Nightjet a donc vocation à se prolonger plus largement encore en Europe, d'autant que les ÖBB ont engagé le renouvellement du matériel roulant avec de nouveaux concepts d'aménagement à bord.

nouveaux trains de nuit européens

101117_402-159milan-centrale3

Milan Centrale - 10 novembre 2017 - L'Italie est aussi desservie par les Nightjet autrichiens, qui se jouent des frontières, démontrant le le domaine de pertinence de ce type d'offre peut couvrir des distances jusqu'à 1500 km. © transportrail

181118_caledonian-sleeper-blackford_jramsay

Blackford - 18 novembre 2018 - Puisque le chemin de fer est né au Royaume-Uni, revenons aux bases ! La relance de la relation Caledonian Sleeper entre Londres et l'Ecosse passe notamment par l'acquisition de nouvelles voitures fabriquées par CAF. © J. Ramsay.

Pour aller plus loin, nos reportages sur certaines de ces relations...