Une petite ligne charmante à souhait et dont les enseignements sont inversement proportionnels en nombre au kilométrage très modeste entre Bullay et Tranben-Tarbach. Et qu'on semble loin des cogitations de certains sur des modules de très faible capacité sur ce type de ligne...

Une ligne à caractère viticole

Avec son petit parcours dans la partie viticole de la vallée de la Moselle, la petite antenne de Bullay à Traben-Tarbach semble être destinée aux amateurs de dégustation pour éviter d’avoir à souffler dans le ballon.

140417_650-123reil_kbraun

Reil - 14 avril 2017 - Le parcours surplombe la vallée de la Moselle et serpente au pied des coteaux viticoles très abrupts. Les passages à niveau sont sommairement équipés, sans barrière et au mieux avec une signalisation lumineuse dans la traversée des bourgs. © K. Braun

Avec 13 km dont 10,4 en antenne à voie unique, exploitée en navette, il est difficile de trouver exploitation plus simple que cette ligne qui fait partie des infrastructures secondaires à réglementation simplifiée. Les trains circulent aujourd'hui à 60 km/h au mieux, et poussent une petite pointe sur l'axe Coblence - Trêves pour accéder à la bifurcation de Pünderich. Certains passages à niveau dans la traversée des bourgs sont gérés simplement par un signal lumineux. La vitesse est alors limitée à 20 km/h et le conducteur dispose d'un signal qui lui indique l'activation des feux clignotants routiers. En campagne, les quelques routes et chemins sont équipés d'une simple croix et le train klaxonne.

Décidée en 1880 et ouverte le 21 juin 1883, cette antenne évidemment à voie unique ne dessert que 2 localités intermédiaires en rive gauche d’une boucle de la Moselle, alors que l’axe principal de Coblence à Trêves coupe court au moyen d’un tunnel après le viaduc métallique de Bullay.

carte-moselweinbahn

Déclarée d’intérêt local, cette ligne avait donc vocation à desservir quelques bourgs et à assurer les expéditions de bois et de vin. Sans surprise, la ligne fut régulièrement menacée de fermeture compte tenu de son maigre trafic et du développement de la concurrence de l’automobile et du camion. En face, la DB ne proposait que des Schienenbus économiques mais aux prestations précaires. Et pourtant, elle est toujours là.

190917_650-132kovenig_pzimmer

Kövenig - 19 septembre 2017 - Il arrive même qu'il y ait besoin d'affluence et donc d'exploiter en UM2 la petite antenne. On peut mesurer l'incision du terrain de la vallée de la Moselle, dans cette boucle quasiment repliée sur elle-même. © P. Zimmer

Sauvetage de la ligne et succession d’opérateurs

La régionalisation des dessertes dans les années 1990 a permis le sauvetage de cette ligne avec de surcroît l’introduction par la DB de nouveaux autorails série 628 plus modernes et plus capacitaires. Les relations amorcées à Kaiserslautern ont été abandonnées au profit d’une simple exploitation en navette depuis Bullay, en correspondance toutes les heures avec les trains reliant Coblence à Trêves, Kaiserslautern et même Luxembourg. Cette recomposition de l’offre était aussi la conséquence d’une attribution de l’exploitation à Trans Regio, également opérateur de la ligne Boppard – Emmelshausen, avec des RS1.

160820_650-131bullay

Bullay - 16 août 2020 - Encore un UM : décidément ! La composition de la ligne, formée des 650-131 et 650-132, arrive de Traben-Tarbach et se met sur sa voie dédiée, libérant l'axe Trêves - Coblence. © transportrail

A Traben-Tarbach, pour éliminer un passage à niveau, la gare a été reculée d’environ 200 m, remplacée par le terminus des autocars. Le bâtiment voyageurs a été rasé, dégageant une vaste place au centre de Traben.

160820_650-131traben-tarbach5

Traben-Tarbach - 16 août 2020 - Le terminus est là aussi minimaliste mais il n'en faut pas plus pour les besoins courants. On notera la présence d'une seconde voie qui sert aux manoeuvres pour la maintenance ou pour des circulations touristiques. © transportrail

280393_628-344traben-tarbach_richards

Traben-Tarbach - 28 mars 1993 - Flash-back, avec le 628-344 de la DB dans l'ancienne livrée vert et blanc, dans la gare historique de Traben-Tarbach. A son emplacement actuel, la gare routière. © Ph. Richards

Depuis 2014, le Land confie l’exploitation à Rhenus Veniro. Entreprise créée en décembre 2007 après la fin de la co-entreprise Eurobahn entre Keolis et Rhenus, une entreprise logistique créée en 1912, aujourd'hui filiale du groupe Rethmann. L'entrée au capital de Transdev de cette dernière en 2019 fait aujourd'hui de Rhenus Veniro une entité rattachée à ce groupe bien connu des français dans le domaine des transports.

Néanmoins, les 2 autorails RS1 ne sont pas configurés de la même façon que ceux du Hunsrückbahn, avec ici plus de places assises, en dépit d’une affluence régulière de cyclistes. Ceci dit, le profil est beaucoup plus facile puisqu’il s’agit d’une ligne de plaine.

160820_650-131kovenig4

Kövenig - 16 août 2020 - Les deux autorails (100% de l'effectif de la ligne) rejoignent Bullay en sepentant à flanc de coteau dans la vallée de la Moselle, sans trop se presser quand même puisqu'on ne roule pas à plus de 60 km/h sur ce parcours. © transportrail

160820_650-131traben-tarbach2

Traben-Tarbach - 16 août 2020 - A pied, en vélo, en train. Choisissez, combinez les deux ! Le duo d'autorails approche tranquillement du terminus et le cycliste, même avec sa monture électrique, se fait dépasser. © transportrail

L’électrification de la ligne a été étudiée en 2014 mais ne semble pas avoir encore de suite : l’objectif serait de faciliter une liaison directe Coblence – Traben-Tarbach.

Un parcours bref et bucolique

A bord de l’autorail, outre le dépliant touristico-commercial de la ligne, vous trouverez généralement aussi celui de la municipalité de Traben-Tarbach, qui vous indique les caves, les resaurants et les hébergements. Pour les sportifs, l’incontournable « bahnwanderweg » vous propose d’intéressants coups d’œil sur la vallée et sur le train. Comme pour le Hunsrückbahn, Rhenus Veniro propose un site Internet dédié. Un site amateur est également très riche quant à l’histoire de cette ligne et notamment les activités touristiques.

041014_628-648bullay_dkraus

Bullay - 4 octobre 2014 - N'oublions pas le viaduc de Bullay sur la Moselle, l'un des derniers ouvrages à deux niveaux en structure métallique d'Allemagne. A cette époque, la DB assurait encore la ligne avec des autorails série 628. © D. Kraus

Au cours du parcours, bref et parcouru à allure modéré, vous remarquez le nombre important d’installations destinées à récolter le raisin sur les coteaux très escarpés : comme dans la vallée du Rhin et dans celle de la Moselle, il est très difficile d’accéder avec des engins agricoles jusqu’à ces vignobles, récoltés à la main et déposés dans des barques rejoignant les chemins carrossables au moyen de petits funiculaires et autres systèmes à crémaillère.

Côté tarification, la ligne est intégrée au VRT, la communauté tarifaire autour de Trêves, mais depuis décembre 2014, un accord inter-communauté l’inclut également dans le VRM autour de Coblence, afin de tenir compte de l’évolution des déplacements et faciliter les parcours touristiques.

Un parcours en train pour le petit plaisir ferroviaire et l'autre en vélo ou à pied pour l'activité physique... et la photographie évidemment ? Profitez évidemment du petit dépliant disponible dans le train !