Un effet d’aubaine

Etrange tram-train qui ne circule que sur le réseau ferroviaire, sans jamais pénétrer en ville. Le tram-train Nantes – Clisson est né « par accident » : face au retard accumulé par le projet de réouverture de la ligne Nantes – Châteaubriant, la Région Pays de la Loire a recherché une réutilisation pour les rames Dualis qui allaient arriver très en avance par rapport à l’infrastructure.

Venant d’être électrifiée, la section Nantes – La Roche sur Yon accueillait déjà une desserte périurbaine Nantes – Vertou confiée à des X73500. Devant l’évolution du trafic jusqu’à Clisson, la Région souhaita revoir l’organisation de cette desserte et le tram-train semblait alors une piste intéressante.

280117_TT111nantes1

Nantes - 28 janvier 2017 - Arrivée d'un TER Clisson - Nantes sur la voie 9 dont l'extrémité du quai a été abaissée pour correspondre à la faible hauteur de plancher des Dualis. © transportrail

Mais une mise au point laborieuse

Ainsi, Nantes – Clisson devait devenir le 15 juin 2011 la première ligne de tram-train autour de Nantes sans qu’elle n’ait été vraiment programmée ce qui n’allait pas faciliter les choses : le matériel roulant Dualis a été conçu pour des lignes neuves et sans mixité de circulation avec des trains classiques. Ce Or la ligne de Nantes à Clisson est « dans son jus » et l’état de la voie n’a pas simplifié la procédure d’admission du Dualis sur le réseau national. Alstom dut retravailler à plusieurs reprises le bogie, sans réellement obtenir de résultat satisfaisant.  Muni de moteurs à aimants permanents, le Dualis a aussi excité les détecteurs de boîtes chaudes, censés prévenir les ruptures d’essieux notamment sur les trains de fret. Pour couronner le tout, il fallut abaisser des quais qui pour certains venaient d’être rehaussés à 55 cm afin de faciliter l’accès aux automoteurs TER modernes (X73500, AGC…). La gare de Gorges dut être déplacée pour s'adapter à la nouvelle grille horaire. Ce n'est donc que le 28 juin 2015 que la desserte a été totalement engagée, avec un tram-train toutes les demi-heures. Le service est assuré en 29 minutes.

280117_TT111clisson1

Clisson - 28 janvier 2017 - Le terminus en position latérale n'est pas la formule la plus souple pour l'exploitation mais elle limitait l'impact sur les voies existantes. Cisaillement garanti en avant-gare... © transportrail

Un bon niveau d’offre mais un piètre confort

Les Dualis sont donc engagés sur une desserte cadencée à la demi-heure entre Nantes et Clisson. La fréquentation du train lors de notre trajet n’est pas représentative de l’utilité de cette desserte car en quittant Nantes à 12h29, il n’y avait guère plus de 30 voyageurs à bord. La bonne occupation des parcs-relais des différentes gares semble néanmoins témoigner d’une bonne utilisation de ces services en période de pointe. Mais alors pourquoi circuler en UM2 en pleine journée ?

En ligne, les craintes sur le confort se sont confirmées : le Dualis se comporte comme une balle de ping-pong transmettant directement la moindre irrégularité de la voie, au demeurant assez médiocre. La traversée du faisceau de voies de la gare de Nantes trahit à quel point le Dualis n’est pas véritablement fait pour circuler sur le réseau national « classique » : vibrations, secousses, chocs et grincements en tous genres. Sur coupons de rails courts, le Dualis rebondit, laissant présager d’une usure accélérée de la voie et d’inflation des coûts de maintenance.

280117_73500clisson

Clisson - 28 janvier 2017 - Les liaisons Clisson - Nantes sont aussi assurées, sans arrêt, par les TER venant de Cholet et surtout des Sables d'Olonnes. Ici ce sont étonnamment 2 X73500 qui assurent ce TER La Roche sur Yon - Nantes, itinéraire pourtant intégralement électrifié... © transportrail

Qui plus est, la vitesse limitée à 100 km/h s’avère relativement préjudiciable, impactant le débit de la ligne, d’autant que les aptitudes au démarrage et au freinage de ce matériel léger ne sont pas vraiment valorisées. Enfin la séquence d’arrivée à Clisson conduit de fait à ne circuler qu’à 60 km/h de Gorges à Clisson et la position du terminus n’est guère favorable, avec le cisaillement de la voie 2 impactant le débit en ligne.

Bref, tous les inconvénients sans avoir aucun avantage ? Reste la densité d’offre, attractive : mais dans ces conditions, une exploitation en AGC procurerait un meilleur confort aux voyageurs.

280117_BVclisson1

Clisson - 28 janvier 2017 - La gare de Clisson a été remise en valeur par le réaménagement de son parvis. On remarquera à droite la nouvelle passerelle, assez imposante et munie de doubles vollées d'escaliers pour desservir chaque quai : "ils ont prévu large" disent certains, mais à quel prix ? © transportrail

Voir notre dossier Nantes : d'autres trams-trains possibles ?