310515_73581le-mont-dore3

Le Mont-Dore - 31 mai 2015 - Grande gare, petit train et trafic se comptant sur les dix doigts : la spirale du déclin sans avoir la certitude d'avoir tout essayé pour l'enrayer ? © transportrail

Pourtant j’étais au rendez-vous…

Ce n’était pas 25 rue de la grange aux loups, il n’est pas venu, et bientôt il ne passera plus. La chanson de Barbara, Il pleut sur Nantes, pourrait s’appliquer au cas sur lequel transportrail se penche…

Dans la catégorie « chefs d’œuvre ferroviaires en péril », la ligne du Mont-Dore pourrait s’arroger sans nul doute une place sur le podium. Traversant la chaîne des Puys et faisant terminus au pied du Sancy, la ligne, qui s’inscrit en antenne à ce qu’il reste – c'est-à-dire un quasi champ de ruines – de la transversale Clermont-Ferrand – Brive, ne manque assurément pas d’atouts pour attirer les randonneurs. Mais ça, c’est sur le papier.

Intégrée au plan Freycinet de 1879, l’antenne de Laqueuille au Mont-Dore, longue de 13,9 km a été mise en service le 1er juin 1889. Ligne de montagne, elle comporte des courbes de moins de 300 m de rayon et des rampes de 35 / 1000.

010615_73770le-bourboule

La Bourboule - 1er juin 2015 - La gare est à peine moins grande, le train n'a pas grandi et il y a quand même quelques voyageurs : les cures à La Bourboule ne sont plus sur les publicités, mais les amateurs de randonnée n'auront-ils d'autres choix que l'autocar : tourisme vert avez-vous dit ? © transportrail

Tombée en déshérence avec un parfait cadencement… aux 24 heures, la ligne n’en finissait plus d’agoniser et le couperet est tombé en mars 2016 de façon anonyme. La guillotine ferroviaire semble repartie de plus belle, et il n’est point besoin de nommer l’exécuteur des basses œuvres.

150487_2800pontgibaud_rcornu-emieux

Pontgibaud - 15 avril 1987 - Le roi de la montagne, l'X2800, sur une de ses lignes de prédilection, tractant une XR6000 arrivée dans le cadre du plan ferroviaire Massif Central. Depuis 2016, la ligne n'accueille plus que le train des eaux minérales... pour combien de temps encore ? © R. Cornu-Emieux

Mais la SNCF, agissant pour le compte de l'Etat, n’est pas avare de recettes pour précipiter l’ambulance dans le précipice. Ainsi, ce 30 mai 2015, le tableau d’affichage indiquait que le départ de 13h05 pour Le Mont-Dore s’effectuerait par autocar. Excuse avancée : agent de conduite déclaré malade le matin même. L’antithèse d’une politique commerciale cherchant à valoriser un service.

Evidemment, on ne manquera pas de s’étonner de l’impossibilité d’appeler un conducteur de réserve, et de s'interroger sur un report déjà engagé : ce ne serait pas surprenant, car l'Auvergne a un fort appétit routier et, en matière ferroviaire, est focalisée sur un projet à 30 ou 40 ans (POCL) omettant les préoccupations du quotidien...

010615_73770pontgibaud

Pontgibaud - 1er juin 2015 - L'agent commercial attend que le photoreporter ait mis en boîte l'autorail pendant son arrêt... à défaut de voyageurs : la gare étant à plus d'un kilomètre du village, à quoi bon prendre sa voiture pour aller à la gare ? © transportrail

Le voyage en car a tout de même ceci d’intéressant qu’il démontre que le train, même sur une ligne aux performances dignes du 19ème siècle, reste non seulement plus confortable, plus sûr mais aussi bien plus rapide que l’autocar : il aura fallu ce 30 mai 2015 pas moins de 2h20 pour venir de Clermont-Ferrand, soit une heure de plus qu’en train. Avant de considérer que le train ne soutient pas la comparaison, on est prié de vérifier sur le terrain… mais les « déménageurs du territoire » nationaux, régionaux ou du monde ferroviaire ne sont pas à une approximation près… Le train plus performant que l'autocar ? un « fake news » comme on dit de nos jours !

Accessoirement, l’autre spécialité ferroviaire du Mont-Dore, le funiculaire du Capucin, est connu des guides touristiques pour les randonneurs à l’assaut du Puy de Sancy. S’il y avait autant de monde dans le train que dans les voitures du funiculaire, la ligne de chemin de fer irait mieux !

Quand le train des eaux boit la tasse

Heureusement, le train est revenu dès le lendemain et ce 1er juin, l’unique montée d’un véhicule ferroviaire au Mont-Dore eut bien lieu : à 15h41, heure du retour pour Clermont-Ferrand, ils étaient 6 à bord du train, rejoints par 4 autres voyageurs à La Bourboule. De service, l’X73770 encore aux couleurs de Nord Pas de Calais, libéré par les B82500 nordistes, et récupéré un temps par Intercités pour assurer l’Aubrac. Depuis, ils tournent en pool avec leurs homologues auvergnants.

010615_73770volvic

Volvic - 1er juin 2015 - Quand le train des thermes prend l'eau... à tous les sens du terme. Si la voie sur laquelle circule le train a bénéficié d'une régénération dans le cadre de la desserte périurbaine clermontoise, le reste de la gare, notamment à gauche, trahit une inutilisation de longue date, même s'il ne faut pas employer de produit désherbant à proximité des sources de la célèbre eau minérale... © transportrail

Jadis, le « train des eaux » désignait une relation desservant plusieurs stations thermales : c’était le cas dans l’est (Vittel, Contrexéville, Plombières les bains), ce l’était aussi pour le Thermal qui, outre Vichy, desservait Le Mont-Dore et Châtel-Guyon par des tranches rejoignant le Paris – Clermont.

141TA473le_mont_dore

Deux vues de la tranche Le Mont-Dore du train Le Thermal : ci-dessus à l'époque de la traction vapeur avec les incontournables 141TA du PO  (© M. Aubert) et ci-dessous cette carte postale illustrant l'arrivée de la traction Diesel avec l'A1A-A1A 68076.

68076la_bourboule

Aujourd’hui, la même expression pourrait désigner le train d’eaux minérales sortant de l’usine située entre Le Mont-Dore et La Bourboule. Il risque de se retrouver seule utilisatrice de la voie ferrée… jusqu’à Volvic, mais pour combien de temps ? L’arrêt de l’exploitation voyageurs ne risquerait-elle pas de lui faire perdre les eaux ?

050815_75447volvic

Volvic - 5 août 2015 - Le train des eaux minérales va-t-il disparaître ? Manifestement, la SNCF ne verrait pas d'un mauvais oeil la disparition de ce trafic pour pouvoir définitivement arrêter l'exploitation de la ligne. ©  Trains-en-Voyage.

Laqueuille : jadis carrefour jouissant d’une belle activité, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Une voyageuse descend, un autre monte. Silence radio à La Moiuze-Rochefort et Pontgibaud, un irréductible (ou le fruit du hasard ?) à la halte de Vauriat, 3 montants à Volvic où l’herbe progresse de plus en plus. Dans l’agglomération clermontoise, la vocation urbaine du train est aux abonnés absents (normal, on va plus vite en bus place de Jaude, le trajet est plus court et surtout... assuré toutes les 10 minutes) avec une montée à Royat et deux à La Rotonde. En tout et pour tout, 17 personnes ont emprunté le train Le Mont-Dore – Clermont-Ferrand. Peu  de choses, certes, mais le car ne fait pas mieux même aux bonnes heures… et n’égale le temps de parcours du train – qui ne dépasse jamais 70 km/h – qu’à condition d’être direct de Clermont-Ferrand à La Bourboule.

050815_76535volvic_tev

Volvic - 5 août 2015 - L'entrée dans le bourg dit Gare de Volvic est limitée à 30 km/h sur la route mais les trains ne vont guère plus vite. Certes, les sources d'eau minérale voisines interdisent le désherbage chimique, mais le peu d'entretien sur la voie trahit l'avenir de la ligne... ©  Trains-en-Voyage.

On passera évidemment sur la commodité du train pour les amateurs de tourisme vert et pour le reliquat de curistes fréquentant les stations thermales de La Bourboule et du Mont-Dore, et sur l’intérêt du train pour l’acheminement des eaux minérales. Quant à Vulcania, le parc auvergnat sur le thème volcanique a été implantée suffisamment près de la ligne de chemin de fer pour dire que ce n’est pas si loin… mais suffisamment loin pour dire que ce n’est pas à côté et empêcher tout accès ferroviaire à ce site de renommée européenne. Ou comment passer à côté d’un gisement de trafic : Vulcania accueille en moyenne 350 000 visiteurs par an. Que dire aussi de ce simple chiffre ? La moitié de la capacité hotelière du département du Puy de Dôme se situe sur les communes de La Bourboule, du Mont-Dore et Besse ! Pas de potentiel ?

010615_73770royat-chamalieres1

Royat Chamalières - 1er juin 2015 - Arrivée dans l'agglomération clermontoise : avec 7 allers-retours par jour seulement, le train ne pèse pas lourd face au réseau urbain, proposant en moyenne un bus toutes les 10 minutes rejoignant directement le centre de Clermont-Ferrand, alors que la gare excentrée impose une correspondance... par bus ! © transportrail