Quand on évoque les lignes de chemin de fer dans les Alpes suisses, on pense évidemment d’abord au Chemin de fer Rhétique et à la ligne de la Jungfrau, par leur réputation touristique mondiale et leur parcours à couper le souffle. Les lignes de la Furka et de l’Oberalp ne sont pas en reste. 

090380_FO82wiesenerviadukt_knoerr

Wiesenerviadukt - 9 mars 1980 - La FO est moins riche en ouvrages spectactulaires que le RhB, mais quand même... On notera que la composition sur le viaduc associe une locomotive et une automotrice à chaque extrémité. © A. Knoerr

Le réseau confédéral à voie normale s’aventure peu dans le domaine de la haute montagne : l’axe Genève – Brigue fut prolongée en Italie par le tunnel du Simplon ouvert en 1906. La haute vallée du Rhône devint un nœud du réseau, avec l’ouverture du tunnel du Lötschberg en 1913, mais le chemin de fer à voie normale ne s’aventura pas plus à l’est. Seule exception, l’axe nord-sud du Gothard.

La création d’une liaison ouest-est unissant les vallées du Rhône et du Rhin, offrant un débouché direct du canton des Grisons vers les cantons de Vaud et du Valais, fut décidée au début du 20ème siècle. Voie métrique et crémaillère étaient retenus pour cet itinéraire qui, en dépit de l’absence de continuité physique avec le réseau confédéral, allait pourtant contribuer au désenclavement du canton des Grisons.

Le Matterhorn Gotthard Bahn – MGB – constitue, depuis sa fondation en 2003 par le regroupement de compagnies historiques, un ensemble de lignes de 144 km de Zermatt à Disentis. Dans ce dossier, nous allons principalement nous intéresser à la plus longue ligne du réseau, c’est-à-dire l’axe Brigue – Coire, l’axe historique Furka – Oberalp.

carteMGB

Une ouverture des Grisons vers la Suisse romande

Rappelons brièvement la succession d’ouvertures :

  • 1878 : arrivée du train en provenance de Lausanne
  • 1906 : ouverture de la ligne du Simplon entre Brigue et l’Italie
  • 1912 : ouverture de la ligne du Lötschberg entre Spiez et Brigue
  • 1912 : arrivée du chemin de fer Rhétique à Disentis

La liaison entre Brigue et le canton des Grisons donna lieu à deux concessions accordées le 21 juin 1907 pour la section Brigue – Gletsch et le 8 octobre 1908 pour la section Gletsch – Disentis, regroupées dans une seule compagnie du Brigue – Furka – Disentis (BFD). Etabli à voie métrique et recourant à la crémaillère sur des rampes comprises entre 60 et 110 pour mille, le BFD adoptait cependant la traction vapeur par souci d’économies d'investissement. Les travaux furent confiés à une entreprise française (Batignolles), affrontant d’importantes difficultés lors du percement du tunnel sommital franchissant le col de la Furka à 1874 m, des avalanches ou encore la nature instable des sols provoquant la destruction du viaduc de Gletsch alors en construction.

Deux tronçons ouvraient le 30 juin 1914 entre Brigue et Fisch d’une part et entre Oberwald et Gletsch d’autre part. Au-delà, le gros œuvre était en cours, mais fut stoppé en 1916 du fait de la guerre et des difficultés économiques. Sous l’égide du Brigue – Viège – Zermatt (BVZ), un syndicat fut constitué avec les cantons du Valais, de Vaud et le réseau Rhétique pour créer une compagnie, la Furka – Oberalp, afin de reprendre les travaux. Les chantiers relancés en 1925 permirent un achèvement de la liaison Brigue – Disentis le 18 octobre 1925, avec à l’époque 9 sections à crémaillère.

affiche-FO

La traction électrique succéda à la vapeur entre 1940 et 1942, en intégrant la courte ligne de 2,6 km de la Schöllenenbahn reliant Andermatt à Göschenen sur la ligne du Gothard. La hausse du trafic devait être soutenue jusqu’au milieu des années 1950, le trafic passant de 370 000 voyageurs par an en 1945 à 721 000 en 1960 avec une exploitation hors période hivernale.

0978_FO31tiefenbach_knoerr

Tiefenbach - septembre 1978 - Ouverte hors période hivernale jusqu'à l'ouverture du nouveau tunnel de la Furka, la ligne offrait moins de paysages enneigés que d'autres itinéraires de haute montagne. Une autre façon d'apprécier cette ligne relevant tout de même d'un tour de force technique et humain ! La HGe 4/4 n°31, construite par SLM et BBC en 1942, fait partie des pionnières de l'électrification de la FO. © A. Knoerr

0777_FO36gletsch_knoerr

Gletsch - juillet 1977 - Egalement livrée en 1942, la HGe 4/4 franchit un passage à niveau dans un environnement très alpin : l'automobiliste est prié d'être prudent ! © A. Knoerr

Dans les années 1970, en prévision d’une future exploitation à l’année, la construction d’un tunnel évitant la partie la plus exposée aux couloirs d’avalanches fut étudiée puis mise en travaux en 1976. Ouvert le 26 juin 1982, il avait aussi pour objectif de faciliter le transport des automobiles désormais interdites dans le col de la Furka. L’ancien tracé accueille depuis 1987 un chemin de fer touristique à vapeur.

300778_FO33gletsch_knoerr

Gletsch - 30 juillet 1978 - Encore une HGe 4/4, la 33 cette fois-ci, au fond de la vallée. On notera l'aspect rudimentaire des poteaux caténaires et l'imposante étrave de la locomotive. © A. Knoerr

Toujours dans les années 1980, des modifications d’infrastructures furent réalisées afin de relever la vitesse à 90 km/h en rectifiant certaines courbes, tandis qu’une signalisation automatique était implantée, prioritairement autour des gares de Brigue, Andermatt et Sedrun. Pour les voyageurs et notamment la clientèle touristique, des voitures panoramiques furent réceptionnées à partir de 1987 destinées d’abord au Glacier Express Zermatt – Saint Moritz.

0894_FO107oberalpass_knoerr

Oberalpass - août 1994 - Matériel plus moderne sur ce train, avec une des huit HGe 4/4 II, livrées de 1986 à 1990, et en quatrième position, une des premières voitures panoramiques de la FO. © A. Knoerr

Le 1er janvier 2003, le BVZ et la FO fusionnent pour former la nouvelle compagnie du Matterhorn Gotthard Bahn (MGB), dont le succès ne se dément pas puisqu’elle a transporté cette année-là pas moins de 2,3 millions de voyageurs dont 10% sur la prestigieuse relation du Glacier Express entre Zermatt et Saint Moritz, exploitée en partenariat avec le RhB.

MGB-navettes-autos

Navette automobile du MGB entre Oberwald et Realp : il existe un service similaire entre Andermatt et Sedrun. (document MGB)

Encore mieux en 2028

En 2015, le MGB a transporté 6,4 millions de voyageurs, sans compter le fret local et la navette porte-autos pour le franchissement de la Furka. Le développement est aujourd’hui limité par les contraintes capacitaires. Le projet Bahn 2030 prévoit la reconfiguration de l’exploitation à horizon 2028 de la ligne de Zermatt en navette vers Brigue avec une cadence à la demi-heure, également appliquée à la ligne principale de la FO, scindée en deux sections Brigue – Göschenen et Göschenen – Disentis.

Voyage sur le MGB

250910_MGBbrig2

Brigue - 25 septembre 2010 - Les voies du MGB sont situées en front de gare : à gauche, une voiture pilote de train régional et à droite avec une HGe 4/4 II, un Glacier Express composé de voitures panoramiques du dernier cri. Un spectacle montagnard et ferroviaire connu dans le monde entier ! © transportrail

250910_MGBtempete2

Oberalppass - 25 septembre 2010 - Début de l'automne à 2000 m d'altitude : la petite tempête de neige n'empêche pas l'amateur de baisser les vitres (non sans avoir poussé le chauffage au maximum !) pour les photos ! Intrépides, on vous le dit ! © transportrail

250910_MGBdisentis

Disentis - 25 septembre 2010 - La gare moderne a perdu de son attrait, offrant jadis une vue splendide sur la petite ville. C'est un Deh 4/4 qui poussera ce train régional à destination de Brigue. © transportrail

Longeant la ligne CFF entre Brigue et Visp, la première partie de la ligne de la Furka remonte la vallée du Rhône et gagne progressivement en altitude avec quelques ouvrages remarquables, notamment le tunnel hélicoïdal de Grengiols. Le tunnel de base de la Furka, long de 15,4 km, dispose de deux évitements intermédiaires pour faciliter le croisement des services cadencés de navettes automobiles. Après ce tunnel, la ligne quitte la vallée du Rhône, remonté quasiment jusqu’à sa source, pour rejoindre celle du Rhin, également à peu de distance de son origine. Le col de l’Oberalp est franchi au PK 77,7, à 2033 m, grâce à des rampes de 11% nécessitant le recours à la crémaillère.

310810_MGB105oberalpasshohe_knoerr

Oberalppasshöhe - 31 août 2010 - Un Glacier Express sortant du tunnel de la Furka, évitant les principales zones d'avalanches. L'été n'est pas fini mais la neige est déjà présente ! © A. Knoerr

La descente vers les Grisons s’adoucit progressivement jusqu’à 4%, rendant le recours à la crémaillère plus ponctuel. Disentis marque la fin du MGB, à 97 km de Brigue, et le début du Chemin de fer Rhétique, desservant Disentis depuis 1912.

060216_MGB22dieni_knoerr

Dieni - 6 février 2016 - Depuis l'ouverture à l'année de la ligne, il est possible de saisir les trains du MGB dans un environnement hivernal fortement enneigé. Pas de quoi effrayer ce Deh 4/4 ! © A. Knoerr

A bord de ces trains, on pourra évidemment observer les premiers kilomètres de ces importants fleuves européens que sont le Rhin et le Rhône, profiter de l’environnement de haute montagne de la Furka et de l’Oberalp avant que le train ne s’engouffre dans le tunnel de 15,4 km. Les trains étant encore formés de voitures aux baies descendantes, il sera possible de photographier les vallées, le train, notamment dans les sections les plus sinueuses, non sans oublier de pousser le chauffage à fond, car, même en septembre, il est possible de croiser une tempête de neige !

Bref, le MGB constitue une mise en bouche ferroviaire avant de se frotter au RhB !

A lire également, ce site consacré au Furka-Oberalp et le site officiel du MGB.