25 août 2013

Paris - Boulogne : les Régiolis font question

A l'été 2014, le Régiolis bimode sera introduit sur la relation Paris - Boulogne. Le ministre des transports, Frédéric Cuvillier, l'avait annoncé en novembre dernier, n'oubliant ainsi pas ses origines nordistes d'ancien maire de Boulogne. La SNCF prévoit d'assurer 2 des 5 allers-retours avec des UM2 de ce matériel, dans une version adaptée aux besoins de confort et de service d'une relation Intercités, offrant 330 places.

La SNCF précise que les trains les plus chargés resteront, du moins pour l'instant, assurés en rame Corail, pour des questions de capacité, et de compatibilité des infrastructures : les quais des gares desservies entre Amiens et Boulogne ne sont pas tous aptes à recevoir des trains de 330 m de long, longueur d'une composition UM3 indispensable pour atteindre la capacité nécessaire entre Paris et Amiens... à moins que le dételage du troisième élément ne soit réalisé à Amiens, seule solution pour renouveler l'ensemble du parc de la ligne sans perdre de capacité sur la section la plus fréquentée.

L'hypothèse de Régio2N court cependant toujours pour les liaisons Paris - Amiens, pour d'évidentes raisons capacitaires. La généralisation de ce matériel suposerait l'électrification d'Amiens - Rang du Fliers, mais l'opération, quoique soutenue par le ministre, reste encore à l'état de propos.

Une dernière interrogation : il n'y a pas de Régiolis commandé pour l'instant au titre des trains d'équilibre du territoire, les TET, dont fait partie Paris - Boulogne, avec un aménagement Intervilles. En revanche, la Région Picardie a commandé 17 éléments bimodes à 4 caisses. Par conséquent, l'annonce d'une mise en service à l'été 2014 semble quelque peu prématurée...

Posté par ortferroviaire à 16:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Dossier transversales : Bordeaux - Nantes

900 000 habitants d'un côté, 700 000 de l'autre... et 4 allers-retours par jour. On pourrait ainsi résumer les carences de la liaison entre Bordeaux et Nantes, alors que dans le même temps, la liaison Bordeaux - Toulouse dispose de 13 liaisons. Un matériel en fin de vie sur une infrastructure assez hétérogène, une dynamique régionale relativement limitée et principalement focalisée sur le trafic périurbain : la liaison entre les deux capitales régionales de l'arc Atlantique constitue pourtant un terrain d'opportunités, que la prochaine concurrence de la LGV Tours - Bordeaux, avec correspondance à Saint Pierre des Corps, pourrait contrarier.

Bordeaux - Nantes est donc l'objet du nouveau volet du dossier de transportrail consacré aux lignes transversales, le dernier consacré aux lignes, avant d'évoquer les perspectives pour le renouvellement du matériel roulant, suite aux récentes annonces du gouvernement.

Posté par ortferroviaire à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 août 2013

Dossier transversales : Bordeaux - Lyon

C'est l'information qu'on pouvait craindre : suspendue depuisplus de 6 mois pour cause de travaux de régénération de l'infrastructure, en partie à son propre profit, la liaison Bordeaux - Lyon ne sera pas reconduite. Ainsi en a décidé l'Etat, autorité organisatrice, qui n'aura donc pas tenu parole, celle qu'il a engagé avec la SNCF au travers de la convention des trains d'équilibre du territoire voici près de 4 ans.

Avec une A89 désormais achevée entre les deux villes, l'autocar a désormais une autoroute devant lui pour prendre la relève, faute de combattant ferroviaire, puisque s'il existe une liaison TGV, celle-ci passe par Montpellier et Toulouse, évitant ainsi soigneusement le Massif Central, n'offre qu'un temps de parcours à peine meilleur que la route (5h15 contre 5h40), et à quel prix...

Ce nouveau volet du dossier de transportrail consacré aux transversales tombe donc - malheureusement - à point nommé. A vos réactions !

Posté par ortferroviaire à 19:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Dossier grande vitesse en Espagne

En dépit d'un été à l'actualité tragique, un nouveau dossier de transportrail se penche sur le réseau à grande vitesse espagnol. Constituant en quelque sorte un second réseau du fait de sa constitution à l'écartement international, il tisse sa toile au départ de Madrid vers les différentes provinces espagnoles. La liaison vers la France a pris du retard, beaucoup de retard, mais devrait être mise en service cet automne. En revanche, après deux décennies de rapide développement marqué par l'abondance des crédits européens, la crise économique et le tarissement des ressources de l'Union ralentissent désormais considérablement l'avancement des nouvelles réalisations.

Ce dossier est aussi l'occasion d'impressions de voyage à bord des différents AVE exploités par la RENFE.

A vos réactions !

Posté par ortferroviaire à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Dossier Le Havre - Rolleville

La liaison périurbaine Le Havre - Montivilliers - Rolleville fait partie des nouveaux dossiers de transportrail : bénéficiant de la tarification du réseau urbain du Havre jusqu'à Montivilliers, la liaison a plus que tenu son objectif puisqu'elle transporte déjà 2500 voyageurs par jour après une décennie d'exploitation. Avec l'arrivée du tramway au Havre depuis décembre 2012, de nouvelles perspectives pourrait se dessiner sur cette liaison, et c'est l'objet de notre dossier.

A vos réactions !

Posté par ortferroviaire à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 août 2013

Dossier transversales : Caen - Tours

Deuxième volet du dossier de transportrail sur les relations transversales : il est consacré à la liaison Caen - Tours, qui relie trois des principales agglomérations de l'ouest, entre Normandie et Touraine. Les noeuds du Mans et de Tours - Saint Pierre constituent également des gisements de correspondance avec les deux branches du TGV Atlantique, vers la Bretagne et l'Aquitaine, mais aussi vers les liaisons Intersecteurs qui les desservent.

Cependant, la liaison Caen - Tours ne comprend que 3 allers-retours en semaine, avec trois particularités : l'une des relations est déjà sous la bannière du TER, le matériel est loué aux Régions et le temps de parcours s'est dégradé d'un quart d'heure sur le meilleur train en 30 ans...

A vos réactions !

Posté par ortferroviaire à 22:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
21 août 2013

Dossier lignes transversales

Un nouveau dossier de transportail est ouvert : il est consacré aux lignes transversales, parent pauvre du réseau ferroviaire, accumulant les handicaps, à savoir une desserte maigre et parfois réduite à sa plus simple expression, un matériel en fin de vie avec des solutions temporaires de locations aux Régions dans plusieurs cas, des infrastructures parfois surannées, un avenir assombri par le déficit d'exploitation, et la nécessité d'investissements élevés à court terme.

Voici 10 ans, une première "crise" entre l'Etat et les Régions avait médiatisé la situation des lignes Nantes - Bordeaux, Caen - Tours, Nantes - Lyon, Bordeaux - Lyon et Toulouse - Bayonne. Finalement, l'Etat avait accepté de signer en 2009 une convention avec la SNCF pour assurer le maintien des dessertes qualifiées d'équilibre du territoire. Prolongée d'un an, elle va s'achever à la fin de cete année, plaçant ces lignes une nouvelle fois sur la selette, même si quelques annonces ont été formulées par l'Etat notamment sur le renouvellement du parc. En revanche, la pérennité des lignes semble belle et bien menacée, puisque l'unique aller-retour Lyon - Bordeaux ne sera pas reconduit après la réouverture de la section centrale en travaux. RFF a investi plus de 33 M€ à la demande de l'Etat au titre de cette liaison et alors que les travaux s'achèvent, la relation disparait...

transportrail se penche donc sur le cas de ces lignes. Premier chapitre, Nantes - Lyon. Les autres axes suivront prochainement, mais en attendant, vous pouvez déjà réagir ici.

20 août 2013

Deux projets pour l'arc languedocien

Troisième volet de l'étude de transportrail consacré aux projets de lignes nouvelles, avec cette fois-ci une réflexion portant sur le contournement de Nimes et Montpellier, CNM, et la section Montpellier - Perpignan. Le premier projet, concédé et déjà en travaux, a évidemment été confirmé par la Commission Mobilités 21, alors que le second est reporté au-delà de 2030.

Implantés sur un territoire dynamique sur le plan démographique, notamment avec la capitale régionale, Montpellier, qui s'est transformée depuis un quart de siècle, ces 2 projets pourraient concourir au développement de dessertes nationales et internationales, mais sans recourir à la grande vitesse ferroviaire pure puisque les TGV n'y circuleraient qu'à 220 km/h afin d'admettre le fret sur le corridor franco-espagnol. En conséquence, la ligne existante serait apte à l'accueil d'une desserte régionale et périurbaine capable d'endiguer le flot automobile entre les agglomérations languedociennes, qui présentent, fait rare sur le territoire, la particularité d'être placées sur un seul et même axe ferroviaire.

A consulter ici.

Posté par ortferroviaire à 23:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juillet 2013

Moulins - Lozanne : modernisation en vue

La ligne Moulins - Lozanne constitue en quelque sorte un "itinéraire bis" entre l'axe du Bourbonnais Paris - Clermont Ferrand et l'axe Paris - Lyon - Marseille. Avec un profil plus facile que l'axe via Roanne et Tarare, elle connut un trafic de marchandises important, du moins jusqu'à l'électrification de l'axe Paris - Lyon survenu en 1954.

Dans les années 1990, la ligne a souffert d'une érosion de son trafic, aussi bien de fret que de voyageurs, motivant dans un plan d'économies la mise à voie unique de la section de 62 km entre Lamure sur Azergues et Paray le Monial, constituant le plus long intervalle entre deux points de croisements du réseau français.

moulins-lyonEtat de la signalisation sur l'étoile de Paray : block manuel et rouge, BAPR en vert, BAL en bleu, TVM sur LGV en orange. (document RFF)

Néanmoins, en 2005, la création d'un aller-retour Lyon - Tours, mis en oeuvre par les Régions Rhône-Alpes, Bourgogne et Centre, tracé via Paray le Monial, ainsi que la reprise de l'aller-retour Lyon - Orléans, lui aussi dévié par cet axe (il était auparavant tracé via Roanne), a permis de redonner un peu d'allant à cet axe, même si ce dernier a été limité à Nevers en 2012. Cependant, la dégradation de l'infrastructure a conduit RFF à appliquer des ralentissements, parfois sévères, puisque s'abaissant jusqu'à 40 km/h pour une infrastructure potentiellement apte à 110 km/h.

230805_4689paray-le-monial1Paray le Monial, 23 août 2005 - L'étoile de Paray le Monial rayonne vers Lyon, Moulins et Montchanin. En 2005, les X73500 faisaient encore figure de "jeunes débutants" commençant à menacer le pré carré des bien connus X4630. © transportrail

Dans un premier temps, en 2012, RFF a procédé au remplacement de nombreuses traverses entre Paray le Monial et Gilly sur Loire pour assurer la voie sur la section Moulins - Paray, et notamment pour l'approvisionnement des usines sidérurgiques de Digoin.

A l'été 2014, RFF programme une opération de rénovation de l'infrastructure entre Paray le Monial et Chauffailles durant l'été, intégrant également la création d'un nouvel évitement de sorte à redonner de la souplesse d'exploitation à la section Paray - Lozanne, donnant accès à Lyon. Cette rénovation permettra de restaurer les performances de la ligne et ainsi de gagner 15 minutes sur le parcours Lyon - Paray, mais uniquement sur le versant bourguignon. Côté Rhône-Alpes, les travaux concernent le confortement de remblais et la maintenance courante, ne prévoyant pas encore la levée de tous les ralentissements à 40 et 60 km/h.

Entre Paray le Monial et Moulins, deux solutions sont étudiées. La première consiste en le maintien de la double voie. L'alternative mettrait en voie unique la section Digoin - Gilly sur Loire, la section Gilly - Moulins étant elle déjà à voie unique. La gare de Gilly assurerait la fonction de croisement des circulations : il y aurait alors 3 croisements entre Paray et Moulins (Montbeugny, Dompierre et Gilly). La modernisation intègrerait le remplacement du Block Manuel par du BAPR.

260713_81565gilly-sur-loire1Gilly sur Loire - 26 juillet 2013 - Un B81500 bourguignon franchit le viaduc sur la Loire en direction de Moulins. Le tablier du viaduc, datant de 1856, sera remplacé en 2018. © transportrail

L'axe Lyon - Paray - Moulins pourrait alors retrouver de l'allant pour améliorer cette liaison complémentaire à la ligne via Roanne. Néanmoins, le choix de la Région Rhône-Alpes d'une politique d'arrêt omnibus sur toutes les circulations entre Lyon et Paray le Monial ne facilite pas l'attractivité de la ligne : le TER Lyon - Tours quitte par exemple Lyon Part Dieu à 12h08 et n'atteint Moulins qu'à 14h55 après 11 arrêts intermédiaires. Le voyageur de bout en bout doit encore être patient, puisque 12 arrêts intermédiaires l'attendent encore avant l'arrivée à Tours à 18h01, dont 11 minutes d'arrêt à Moulins.

Sa modernisation serait aussi potentiellement à mettre au profit de la relation Clermont Ferrand - Dijon, même si, dans ce cas, la desserte squelettique rend le passage par Nevers plus intéressant et pas forcément beaucoup plus long...

Posté par ortferroviaire à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Bourgogne : modernisation de Paray - Montchanin

Depuis le mois de mars et jusqu'à la fin du mois d'août, la ligne Paray le Monial - Montchain est fermée dans le cadre de sa modernisation. La section Paray - Montceau, longue de 40 km, est concernée par la rénovation de l'infrastructure, et la totalité de la section voit la nappe de fils télégraphiques remplacée par une fibre optique enterrée et sécurisée.

Cette opération va permettre de relever la vitesse jusqu'à 120 km/h, contre 80 km/h aujourd'hui en raison d'application de ralentissements pour cause de mauvais état de l'infrastructure. Elle a été jugée prioritaire sur les autres lignes de l'étoile de Paray le Monial, afin d'assurer l'itinéraire fret pour l'usine ArcelorMittal de Gueugnon.

D'un coût de 41 millions d'euros, cette modernisation figurant au CPER est financée selon la règle des trois tiers entre l'Etat, la Région Bourgogne et RFF. Toutefois, en vue du service annuel 2014, les gains de temps procurés par la suppression des ralentissements et le relèvement du plafond de la vitesse ne semblent pas encore pris en compte dans les prochains horaires des liaisons Dijon - Paray le Monial - Moulins - Clermont Ferrand.

Posté par ortferroviaire à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :