19 août 2011

Plan Rail Limousin : modernisation de Limoges - Ussel

Limoges – Ussel bénéficie des moyens engagés au titre du Plan Rail Limousin : 46 km de voie seront modernisés entre Saint-Léonard de Noblat et Pérols sur Vézère, pour un investissement de 24 M€ au titre de ce plan (financé à parité par l'Etat, la Région et RFF) tandis que RFF investira 6,8 M€ au titre des ouvrages d'art. La vitesse nominale de la ligne, oscillant entre 80 et 90 km/h, pourra être restaurée, levant ainsi les ralentissements appliqués du fait de la dégradation des installations. Les travaux se déroulent jusqu'en décembre.

Posté par ortferroviaire à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Plan Rail Aquitaine : travaux sur Bergerac - Sarlat

Un important chantier démarre entre Bergerac et Sarlat, sur 75 km. La ligne a été frappée dès 2004 de ralentissements pour carences sur l'infrastructure, avec des limitations à 50 km/h pour 90, voire à 10 km/h sur certains ouvrages d'art.

L'investissement atteint 44 M€ financés aux trois tiers par l'Etat, la Région et RFF, et 11 M€ pour la section de double voie entre Le Buisson et Siorac là aussi pour lever les limitations de vitesses, à 70 pour 100 km/h. Enfin, 15 M€ sont consacrés à la modernisation de la signalisation sur les lignes de l'étoile du Buisson : pour les amateurs, cela signifiera la fin des signaux mécaniques et de leurs vieilles tôles si prisées de photographes.

Particularité de l'opération, la ligne est complètement fermée ce qui permet de recourir à une nouvelle méthode pour le pilotage et l'éxécution du chantier : RFF a délégué sa maîtrise d'ouvrage à Systra, qui a retenu Setec pour la maîtrise d'oeuvre, la SNCF étant là pour le volet sécurité des installations. Le projet sera aussi étudié à la lumière de l'efficacité de ce montage.

Posté par ortferroviaire à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 juin 2011

Etude pour la réouverture de Penne - Villeneuve sur Lot

Une réouverture sur les rails ? Du moins c'est ce qu'espèrent les promoteurs du retour du train à Villeneuve-sur-Lot, avec la réactivation de la section Penne - Villeneuve, dernier maillon de 8 km subsistant de l'ancienne ligne Penne - Tonneins, afin de créer une desserte Agen - Villeneuve-sur-Lot en 27 minutes contre 50 minutes par l'actuelle desserte d'autocars qui transporte chaque année 170 000 voyageurs, avec une progression de l'ordre de 4% par an.

La desserte serait organisée soit par des trains supplémentaires aux liaisons existantes de l'axe Agen - Périgueux, soit par la conjugaison de trains supplémentaires et de trains bitranches avec coupe/accroche à Penne, nécessitant une réorganisation des installations de Penne. D'autre part, RFF étudie le remplacement du Block Manuel de Voie Unique qui régit l'exploitation pour installer le Block Automatique à Permissivité Restreinte. Cependant, il faudra suivre l'avancement des réflexions sur un ERTMS régional pour lequel la ligne franc-comtoise Besançon - Le Locle devrait servir de terrain expérimental.

Le coût de cette restauration est évalué entre 41 et 45 M€, et pourrait être abaissé à 37 si le dernier passage à niveau, précédant la gare de Villeneuve était supprimé, et donc si une nouvelle gare était érigée en amont. Avec 8 passages à niveau sur 8 km, la question des intersections rail-route est centrale, surtout après la directive Bussereau faisant suite - avec précipitation et sans discernement -  à l'accident d'Allinges.

Néanmoins, il existe une certaine opposition au projet, en arguant du coût (plus de 5 M€ du km) et d'un trafic attendu modeste (de l'ordre de 1000 voyageurs par jour). Cependant, compte tenu de la réduction par deux du temps de trajet et de la meilleure fiabilité de l'horaire d'un train par rapport à un autocar par définition tributaire des aléas de la circulation, on peut espérer que ce chiffre sera dépassé et que l'économie du projet sera améliorée.

Posté par ortferroviaire à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le TGV fera-t-il renaître Agen - Auch ?

L'avancement des études de tracé du TGV entre Bordeaux et Toulouse suscite les réflexions pour valoriser le réseau ferroviaire régional et faire bénéficier à un maximum de territoires des gains de temps procurés par la grande vitesse sur les relations à long parcours.

L'hypothèse d'une gare TGV au sud d'Agen fait rejaillir l'opportunité d'une réactivation de la ligne Agen - Auch, fermée au trafic voyageurs de longue date. Il serait en effet de bon ton que la nouvelle gare soit située à l'intersection avec cette ligne, de sorte à proposer une connexion ferroviaire tant pour rejoindre Agen que réorganiser les dessertes TER, en prolongeant les liaisons faisant terminus à Agen jusqu'à la nouvelle gare.

Au-delà, une première étude a été menée pour évaluer sommairement les trafics : ce sont principalement les liaisons vers Agen et Bordeaux qui pourraient constituer le socle du trafic, les liaisons vers Toulouse concernant principalement l'agglomération auchoise, déjà reliée à la ville rose par train. Le niveau de trafic resterait toutefois modeste, si bien qu'il faudrait miser également sur le fret : or les flux céréaliers sont essentiellement assurés par la route alors qu'ils étaient, voici encore une dizaine d'années, majoritairement écoulés par le rail.

Bref, la question d'un opérateur ferroviaire de proximité, qui investirait à la fois le volet fret mais aussi le volet voyageurs, ne saurait être exclu a priori, afin que le retour du train sur cette ligne se fasse à dépense raisonnée et équitable par rapport aux autres territoires.

Posté par ortferroviaire à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mars 2011

Aquitaine : la qualité de service de dégrade

778 trains supprimés en 2010 sur la ligne Bordeaux - Arcachon, pourtant récemment rénovée et dont la desserte fut nettement renforcée. Les statistiques officielles indiquent pourtant une régularité moyenne de 93%, mais uniquement sur les trains qui n'ont pas circulé, alors qu'un train supprimé provoque un retard voyageur équivalent au moins à l'intervalle séparant le train supprimé du suivant. Des travaux sont programmés cette année, créant des installations permanentes de contresens, auxquelles s'ajoutent un renouvellement de la voie et du ballast entre Gazinet et Lamothe. Au total, 15,4 M€ seront investis pour ces travaux qui s'achèveront en septembre 2012.

250209_81686arcachon

Arcachon, 25 février 2009 - La Région Aquitaine n'a pas ménagé ses efforts pour rendre la ligne Bordeaux - Arcachon plus attractive : nouveau matériel, gares rénovées, dessertes renforcées et cadencées... mais l'exploitation au quotidien demeure en deça des attentes des voyageurs. © transportrail

Cependant, si les IPCS devraient améliorer la situation pendant les travaux ou en cas d'incident sur un train (les IPCS permettant de créer un itinéraire à contrevoie entre deux communications Voie 1 - Voie 2), et si le RVB devrait surtout améliorer le confort et réduire le risque d'usure du rail, les problèmes de régularité ne trouvent pas uniquement leurs causes dans l'état de l'infrastructure ou l'engorgement de la gare Saint-Jean. Les actes de malveillance pullulent, et les rigidités de l'exploitation ferroviaire française ne simplifient pas la lourde - mais indispensable - mission de redresser la barre. Et la ligne est aussi victime de son succès avec une fréquentation en nette hausse et quelques trains de pointe dont la fréquentation excède la capacité en places assises.

Sur la ligne du Médoc, c'est même pire avec 1252 circulations non assurées : un résultat qui serait motivé par la circulation sur voie unique d'une ligne de plus en plus destinée au trafic périurbain. Le projet de tramway rapide du Médoc, dans un premier temps jusqu'à Blanquefort, saura-t-il apporter un bol d'air salutaire ?

Posté par ortferroviaire à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 janvier 2011

Aquitaine : d'une régénération à l'autre

Après six mois de travaux, la ligne Pau - Oloron Sainte-Marie a retrouvé ses TER : six mois pendant lesquels la voie a été refaite à neuf, permettant de mécaniser la maintenance et de retrouver les performances d'origine. En revanche, la ligne est toujours privée de caténaires depuis la dépose des équipements Midi obsolètes : la priorité a été donnée à la voie pour assurer la pérennité de la ligne. En attendant, ce sont des autorails X73500 qui assure le service, en remplacement des Z2.

C'est au tour de la ligne Bergerac - Sarlat d'entrer en travaux, toujours dans le but de restaurer les installations du réseau complémentaire : la section comprise entre Siorac et Sarlat sera en travaux jusqu'à l'été, et, à compter du mois de septembre, c'est entre Bergerac et Le Buisson que se concentreront les travaux. La ligne de la vallée de la Dordogne sera donc en grande partie régénérée en février 2012, ce qui devrait permettre de tirer un meilleur parti des matériels modernes financés par la Région Aquitaine.

Posté par ortferroviaire à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 juin 2009

Périgueux pense au périurbain

Depuis plusieurs mois, l'idée faisait plus ou moins son chemin : le projet est désormais semble-t-il en bonne voie. Périgueux disposerait d'une desserte ferroviaire renforcée complétant les relations Bordeaux - Périgueux - Limoges / Brive. Des TER Aquitaine partiraient Mussidan pour rejoindre Périgueux dès 2011, puis seraint prolongés à Niversac en principe en 2014.

Le projet comprend la rénovation, la réouverture de gares et la création de nouvelles haltes (ces opérations seraient principalement financées par les communes et les agglomérations), tandis que la Région prendrait en charge les coûts d'exploitation de ces nouveaux services. Les 45 km seront à terme parcourus en 24 minutes lorsque les travaux d'infrastructures auront été réalisés.

Le périurbain, finalement, ce n'est pas que dans les grandes villes...

Posté par ortferroviaire à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 mai 2009

Electrifier l'étoile de Saintes ?

La semaine prochaine devrait prendre fin la période de fermeture pour travaux de la section Niort - Saintes. D'un montant de 15 millions d'euros, cette opération de rénovation des voies préfigurerait - employons encore le conditionnel ! - l'électrification de l'étoile de Saintes, composée des lignes Angoulême - Saintes et Niort - Saintes - Royan. Reste que le motif de cette électrification projetée est assez mystérieux : une desserte TGV directe de la côte charentaise serait-elle dans les cartons, par effet de mimétisme avec la côte vendéenne ? 

Avant d'envisager pareil scénario, ne faudrait-il pas plutôt s'interroger sur l'état de la voie et de la signalisation ?

Posté par ortferroviaire à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Désaturation du noeud de Bordeaux : un pas décisif

Après la mise en service du nouveau pont sur la Garonne, entraînant la mise à la retraite de l'ouvrage historique, la désaturation de l'entrée nord de Bordeaux se poursuit : le Préfet a signé la Déclaration d'utilité publique de la mise à 4 voies de la section Bénauge - Cenon (coût de l'opération 240 M€ d'euros), tandis que le deuxième tablier sur la Garonne s'apprête à recevoir les nouvelles voies qui amélioreront l'entrée dans la gare Saint-Jean.

Posté par ortferroviaire à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Deux présidents sur Pau - Canfranc

Deux Présidents sur les traverses : le premier dirige le conseil régional d'Aquitaine, le deuxième la SNCF. Tous deux ont arpenté les voies désertées depuis près de 40 ans situées entre Pau et Canfranc, dans la vallée d'Aspe. Un itinéraire présenté par le premier au second comme la voie naturelle entre Bordeaux et Saragosse, sur un axe à fort potentiel de trafic fret, alors que la vallée est aujourd'hui un itinéraire de transit pour les camions.

Depuis tant d'années qu'on parle de la réouverture de Pau-Canfranc, on pourrait perdre espoir. Pourtant, la volonté de la Région est là, et la SNCF ne dit plus non : elle ne dit pas encore franchement oui, et attend les prises de position de l'Etat et de la Région. Transformer une ligne de montagne en itinéraire fret européen est un défi, mais peut-on se contenter de deux axes France-Espagne de part et d'autre de la chaîne des Pyrénées ?

En attendant, d'ici 2011, les TER Pau - Oloron pousseront jusqu'à Bedous : la récente conversion de l'exploitation à l'autorail pose immanquablement la question des délais de la réélectrification...

Posté par ortferroviaire à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :