01 octobre 2015

Angoulême - Royan : électrifier ou pas ?

Situation étrange en dépit de l'esprit de communion officiellement proclamé avec la réforme ferroviaire. Le Président de SNCF Réseau a confirmé auprès des élus charentais l'engagement de son entreprise pour réaliser l'électrification de la ligne Angoulême - Saintes - Royan en annonçant une date en 2021. Le projet figure il est vrai en bonne place au CPER 2015-2020 de Poitou-Charentes et SNCF Réseau s'active pour débuter les travaux en 2017. Les élus charentais sont aux anges : le TGV pourra atteindre la côte, directement depuis Paris.

Oui mais voilà, l'autre hémisphère du groupe SNCF, SNCF Mobilités, n'a pas forcément envie de mettre en place des liaisons directes Paris - Royan... pour ne pas dire qu'elle ne prend aucun engagement sur le sujet, manière de renvoyer la balle aux collectivités locales pour qu'elles financent cette desserte.

Car il faut bien admettre qu'électrifier Angoulême - Royan pour le seul bénéfice d'une desserte TGV qui serait assurément limitée à la période estivale et à un ou deux allers-retours par jour dans le meilleur des cas, c'est "un peu" riche. C'est aussi une nouvelle démonstration de la phobie française de la correspondance.

Et en dehors du TGV ? On compte 7 allers-retours TER entre Angoulême et Saintes, et côté fret, la transversale charentaise connaît une petite activité de combiné liée à la présence d'un terminal rail-route à Cognac. Le trafic de la ligne est donc assez modeste et le coût de l'électrification ne semble pas vraiment justifié par rapport aux gains qu'elle procurerait : côté temps de parcours, les nouveaux matériels TER fussent-ils thermiques, ont déjà "fait le métier"... Le coût de l'électrification semblerait donc mieux utilisé s'il était destiné à un programme sur l'infrastructure et à une consolidation de l'offre liée à améliorer les connexions entre les villes de la grande région Sud-Ouest.

Posté par ortferroviaire à 18:58 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 septembre 2015

Rail et réforme territoriale : le Grand Sud-Ouest

Suite de notre dossier entamé au printemps dernier consacré aux conséquences de la réforme territoriale sur l'organisation des dessertes régionales : transportrail s'est penché sur la fusion Aquitaine - Poitou-Charentes - Limousin. Ce vaste ensemble aura Bordeaux pour capitale, avec au nord un réseau de villes relativement dense, Poitiers, Limoges et La Rochelle en tête puis des villes comme Angoulême, Brive, Périgueux et Agen, alors qu'au sud, le système est plus contracté avec l'agglomération littorale de Bayonne à la frontière et Pau au pied des Pyrénées. La desserte ferroviaire régionale est aujourd'hui fortement structurée par les capacités résiduelles laissées par le TGV, mais aussi autour des correspondances qu'il procure pour rejoindre Paris d'abord, Lille et Strasbourg ensuite. l'axe Paris - Toulouse traverse la grande Région sur son flanc est tandis que quatre lignes transversales la desservent également, avec des fortunes diverses, entre Lyon - Bordeaux devenue "théorique", Nantes - Bordeaux, Bordeaux - Marseille et Toulouse - Hendaye.

Le nouveau dossier de transportrail attend vos commentaires...

Posté par ortferroviaire à 16:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
26 août 2015

CPER Aquitaine : après SEA mais avant GPSO

Avec 326 M€ pour le volet ferroviaire, le CPER 2015-2020 Aquitaine est fortement orienté autour de l'axe Paris - Espagne et plus spécifiquement la ligne des Landes, avec l'ajout d'une sous-station à Biganos, de deux évitements à Ychoux et Morcenx et d'IPCS de Gazinet à Dax. Seront aussi étudiées les conditions de sortie au sud de Bordeaux, la traversée de Bayonne (45 M€ dont 20 par le CPER) et le point frontière de Hendaye. A Bordeaux, les études porteront sur le projet d'augmentation de capacité lié à la LGV Bordeaux - Toulouse sur la section Bordeaux - Saint Médard d'Eyrans, pour un montant de 26 M€, et le renforcement des installations électriques devrait être menée à bien (8,3 M€)

La modernisation du réseau régional portera sur les installations électriques des lignes d'Arcachon (21 M€), du Verdon et de la ceinture bordelaise (56 M€ dont 34 au CPER), mais également sur l'achèvement de la rénovation de la ligne Bayonne - Saint Jean Pied de Port (44 M€ dont 29 au CPER), la réouverture (assez onéreuse) de la section Oloron Sainte Marie - Bedous (96 M€ financés par la seule Région avec l'appui de l'Union Européenne) et la modernisation de la section LIbourne - Bergerac (45 M€ dont 31 au CPER)

En lien avec la constitution de la future grande Région, les relations entre Bordeaux et Limoges feront l'objet d'études s'intéressant notamment à la section Nexon - Périgueux. Enfin, le volet fret en lien avec l'activité portuaire de Bordeaux s'intéresse à l'accès ferroviaire au bec d'Ambès avec 24 M€ de travaux dont 12 inscrits au CPER.

07 mai 2015

CPER Limousin : priorité à la LGV Poitiers - Limoges

Sans surprise, le projet de CPER 2015-2020 accorde une place de choix au projet ardemment porté par la Région Limousin : la ligne nouvelle à grande vitesse Poitiers - Limoges. Elle consommera 42 M€ au titre de la poursuite du projet et des premières acquisitions foncières. La ligne classique bénéficiera pour sa part de 15 M€ pour procéder à une dernière tranche de rénovation.

Cependant, le premier poste d'investissements ferroviaires de ce CPER concerne l'axe Paris - Toulouse : 50 M€ seront consacrés à l'installation de pas d'IPCS dans la traversée du Limousin afin de pouvoir concilier exploitation et maintenance et atténuer les effets d'un incident d'exploitation avec ces équipements de circulation à contresens.

Ensuite, le CPER propose 40 M€ sur les lignes régionales dont 6 M€ pour la section corrézienne de Brive - Aurillac et 27 M€ sur Brive - Nexon, maillon fragile de la "petite ligne" Limoges - Brive via Saint Yrieix la Perche. Toutefois, la somme est fléchée sur deux sections : 14 M€ de Nexon à Saint Yrieix et 13 de Brive à Objat. Conséquence, le tronçon Saint Yrieix - Objat est menacé à court terme...

270310_2248lavaud_bougard

Lavaud - 27 mars 2010 - Sale temps pour la ligne Limoges - Brive via Nexon et Saint Yrieux : une infrastructure à bout de souffle, un trafic évaporé par une offre rachitique et un CPER qui focalise ses investissements sur les sections extrêmes. La théorie du tronçonnage va-t-elle entraîner la disparition de la partie centrale de la ligne ? © V. Bougard – photosdetrains.net

Enfin, les fameux 7 M€ nécessaires à la réouverture de la section Eygurande-Merlines - Laqueuille apparaissent dans le CPER Limousin, mais avec une contribution à hauteur de 1 M€ du Limousin qui attend un engagement de l'Etat et de la Région Auvergne...

06 mai 2015

CPER Poitou-Charentes : accompagner SEA

Le projet de CPER 2015-2020 en Poitou-Charentes est fortement marqué par le souhait de la Région de profiter de la LGV SEA - qu'elle ne finance pas, rappelons-le - pour diffuser la grande vitesse sur son territoire et en particulier en Charente.

Cependant, le dossier le plus sensible reste celui de la transversale Bordeaux - Nantes, avec la prochaine application d'un ralentissement à 60 km/h qui discréditera le train sur l'ensemble de l'axe, en proie déjà à la domination du covoiturage et à n'en pas douter de la libéralisation de l'autocar. 40 M€ sont programmés en complément des moyens réservés par Pays de la Loire pour la rénovation de l'infrastructure. L'enjeu concerne également la signalisation puisque le Block Manuel Nantes - Bordeaux constitue une particularité de la ligne, devant être renouvelée.

120415_UM67400ozillac_chavanel

Ozillac - 12 avril 2015 - Composition colorée pour l'Intercités 3835 Nantes - Bordeaux : il est emmené par un UM 67400 de l'activité Infrastructures, ce qui met de la couleur sur une ligne dont la situation est quelque peu terne. Espérons que les mêmes machines, cette fois en tête de trains de travaux, viendront prochainement rénover la tranversale atlantique. © S. Chavanel

Ainsi, l'accompagnement de SEA constitue l'axe structurant de la politique ferroviaire régionale pour les années à venir :

  • doublement de la section Lusignan - Saint Maixent l'école sur l'axe Poitiers - La Rochelle : 75 M€
  • modernisation de la signalisation de l'axe Angoulême - Saintes - Royan : 188 M€ dont 121 pour l'électrification
  • électrification de Niort - Saintes : 62 M€
  • modernisation de la signalisation de Limoges - Angoulême : 19 M€
  • modernisation de la signalisation de La Rochelle - Saintes : 21 M€, s'ajoutant donc à l'enveloppe de modernisation de la transversale Bordeaux - Nantes
  • études pour un contournement au nord de La Rochelle pour le fret : 5 M€

130415_1512beillant_gatumel

Beillant - 15 avril 2015 - Sur la ligne Angoulême - Saintes, le terminal du transport combiné de Cognac génère du trafic fret dont bénéficie les opérateurs privés avec ici une G1206 louée par Akiem sur une relation Cognac - Hourcade. © I. Gatumel

L'électrification d'Angoulême - Royan est clairement associée à l'arrivée du TGV sur la côte charentaise. A l'heure où la SNCF réexamine l'ensemble de ses liaisons TGV, surtout à la lumière des péages sur SEA, cette hypothèse sera-t-elle confirmée et si oui, à quelle fréquence ?  Celle de Niort - Saintes ne manque pas d'étonner vu le caractère purement régional du trafic avec 6 allers-retours seulement pour la plupart amorcés à Royan. Question : ne serait-elle pas liée à l'autoroute ferroviaire atlantique récemment abandonnée par son rapport coût / efficacité insuffisant ?


20 janvier 2015

Aquitaine : TER supprimés pour d'étranges raisons

On aura tout vu. Quand il fait trop chaud, rails et caténaires se dilatent. Quand il fait trop froid, les mêmes peuvent casser, sans compter les impacts sur le matériel, entre les défauts de climatisation et les problème de givre. Mais voici qu'on invente les suppressions de trains pour cause de tension sur le parc régional dû au climat trop doux ! Tout au long du mois de janvier 2015, le service est allégé sur les axes Bordeaux - Angoulême, Bordeaux - Sarlat et Périgueux - Agen. Il n'a pourtant ni gelé, ni neigé, ni plu de façon torrentielle.

Cette justification climatique ne viendrait-elle pas en réalité masquer d'autres problèmes internes sur la maintenance du matériel qui aboutirait à rendre impossible la réalisation du plan de transport commandé par la Région ?

Posté par ortferroviaire à 16:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
19 décembre 2014

Bayonne - Saint Jean Pied de Port : 2ème tranche de travaux

Inscrite dans le CPER en cours d'achèvement et dans celui qui sera signé prochainement pour la période 2015 - 2020, la ligne Bayonne - Saint Jean Pied de Port va connaître une nouvelle phase de travaux sur la section terminale entre Cambo les Bains et Saint Jean Pied de Port. Une première phase de 17 km a déjà été réalisée sur Bayonne - Cambo, marquée notamment par le retrait de la caténaire Midi hors d'âge. Il fallait choisir pour concentrer les crédits sur l'essentiel. La priorité était évidemment à l'infrastructure (voie, ouvrages d'art).

Les travaux sur la section de 32 km entre Cambo et Saint Jean Pied de Port se déroulent jusqu'en octobre 2015. Au menu, le renouvellement de la voie, la rénovation de 13 ouvrages d'art, la mise en place de dispostifs contre les éboulement rocheux et l'enfouissement des câbles de communication et de signalisation. Deux passages à niveau seront supprimés à Ossès et un troisième automatisé. Les gares de Cambo et de Saint Jean Pied de Port seront rénovées et rendues accessibles.

Le coût de l'opération est de 44M€ financés à parts égales entre l'Etat, la Région et RFF.

Posté par ortferroviaire à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 septembre 2014

Premier Régio2N pour l'Aquitaine

Après avoir inauguré les premiers Régiolis, la Région Aquitaine est également la première à présenter le Régio2N qui sera amené à circuler sur les lignes Bordeaux - Agen, Bordeaux - Arcachon et Bordeaux - Hendaye. La version retenue offre 330 places sur 81 m, la plus courte déclinée par Bombardier, puisqu'un train composé de 2 rames ne doit pas dépasser 162 m pour entrer sur les voies latérales en impasse de Bordeaux Saint Jean.

Trains : la nouvelle génération des TER Aquitaine inaugurée à Bordeaux

Intérieur du Régio2N vu depuis la salle basse des voitures à deux niveaux. Le Régio2N pourra aussi admettre des voyageurs debout dans les zones périurbaines, comme les matériels de banlieue parisienne, grâce aux larges espaces d'accueil. (cliché X)

L'arrivée du Régio2N en Aquitaine constitue la première utilisation d'une automotrice à deux niveaux sur les lignes régionales autour de Bordeaux, marquées par une forte hausse du trafic, plus ralentie ces dernières années, mais qui atteint 59% en une décennie. Elle est aussi destinée à préparer l'évolution des dessertes liées à la mise en service de la LGV Tours - Bordeaux prévue au printemps 2017 et qui entraînera un regain d'attractivité pour les trains régionaux. La première exploitation commerciale du Régio2N est attendue en fin d'année sur Bordeaux - Arcachon.

Pour l'instant, le Régio2N reste en phase d'essais avec les rames livrées en Bretagne, Aquitaine, PACA et Rhône-Alpes dans différentes versions de longueur.

A noter que la première rame Centre (110 m de long) sera exposée à Innotrans à Berlin la semaine prochaine.

Posté par ortferroviaire à 14:11 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,
01 septembre 2014

Oloron - Bedous : travaux en 2015

La Région Aquitaine et RFF annoncent le lancement des travaux de réouverture de la section Oloron Sainte Marie - Bedous pour le printemps 2015. La section de 24,5 km entre devrait rouvrir aux voyageurs dans 18 mois avec le prolongement à Bedous de 4 allers-retours et de 2 jusqu'à Bidos avec 3 arrêts intermédiaires à Bidos, Lurbe Saint Christau et Bedous et une vitesse maximale des trains de 80 km/h. Le coût du projet atteint tout de même 102 M€ pour restaurer (reconstruire) la voie, la caténaire, la signalisation, traiter 31 ouvrages d'art et 7 tunnels, supprimer 11 des 27 passages à niveau dont 4 par dénivellation... mais pour quel enjeu de trafic ?

En attendant, RFF va procéder au débrousaillage de l'infrastructure plongée dans l'oubli depuis 1970. Reste que le projet ne fait pas l'unanimité localement, où on semble encore privilégier les aménagements routiers. A Oloron, on refuse le passage du train en ville... qui ne s'est pas gênée pour se développer sur l'emprise ferroviaire (un rond-point par ci, un talus coupé par là...)

Le projet peut effectivement faire question compte tenu des incertitudes au-delà de Bedous : le prolongement des TER est économiquement difficile à justifier compte tenu de la fréquentation potentielle et la vocation fret n'aurait de sens qu'avec une jonction franco-espagnole dont on parle souvent mais sans réelle avancée. En outre, le tunnel ferroviaire du Somport sert de galerie de secours au tunnel routier et accueille depuis 30 ans un laboratoire de recherche du laboratoire de physique nucléaire et de hautes énergie de l'université de Saragosse...

Posté par ortferroviaire à 10:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
22 avril 2014

Le Régiolis entre en service

C'est parti pour le Régiolis ! La SNCF a engagé ses premières rames issues de la nouvelle gamme d'Alstom dans 2 Régions et s'apprête à le faire dans une troisième

En Aquitaine, les Z51500, version électrique, sont d'abord engagées sur  l'axe Bordeaux - Agen. Elles reprennent d'abord des prestations confiées jusqu'à présent aux Z2 série Z7300 et la poursuite des livraisons devrait avoir pour conséquence la fin des rames tractées sur les TER Aquitaine. Les BB9300 seront les premières "victimes" de cette mise en service. En Lorraine, les B84500, version bimode, font leurs premières armes sur l'axe Saint Dié - Epinal. Enfin, en Picardie, les B84500 devraient être engagés d'ici la fin de cette semaine, le 25 avril dit-on, sur Paris - Laon.

Posté par ortferroviaire à 15:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,