31 mars 2015

Roissy - Picardie : y aura-t-il des TGV ?

Question qui arrive peut-être un peu tardivement, mais le projet de liaison de 6 km entre l'axe Paris - Creil et l'aéroport de Roissy pourrait connaître un retard de l'ordre de 2 ans suite à la décision ministérielle de prioriser les travaux de maintenance et de régénération du réseau ferroviaire par rapport aux projets de développement. Conséquence, l'enquête publique pourrait être retardée, alors même que la commission Mobilités 21 jugeait ce projet pertinent dans la liste des opérations à réaliser en première phase. Parallèlement, la SNCF semble plus que prudente - pour ne pas dire très réticente - à l'idée de développer de nouvelles relations TGV Intersecteurs en direction de la Picardie. De quoi bousculer le modèle économique de la nouvelle infrastructure, qui n'en reste pas moins utile pour faciliter l'accès à la zone d'emplois de Roissy depuis les villes de Picardie.

Posté par ortferroviaire à 14:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

04 mars 2015

Creil - Beauvais : les trains de retour

Après 7 mois de chantiers achevés fin janvier dernier, les trains sont revenus depuis le 2 février sur la ligne Creil - Beauvais.  la ligne a bénéficié

  • d'une régénération partielle sur 12 des 37 km du parcours,
  • du renouvellement de 2 ponts,
  • de la rénovation des quais pour un accès de plain-pied, assurer l'accessibilité et la sécurité des traversées de voies
  • et enfin de l'implantation d'abris type "Marquenterre" spécifiques aux gares régionales de Picardie.  Les travaux ont pris 2 mois de retard suite à des vols de câbles aboutissant à un programme d'enfouissement sur 18 km de la ligne.

Le coût total de l'opération est de 39,2 M€ dont 12,8 pour la Picardie, 12 pour l'Etat, 11,4 pour RFF / SNCF Réseau qui a également financé 3 M€ pour l'enfouissement des câbles. Le remplacement du Block Manuel de Voie Unique par du Block Automatique à Permissivité Restreinte a été différée.

Avec 14 allers-retours en semaine, 7 le samedi et 4 le dimanche, après l'ajout de 3 relations en semaine en 2006, la desserte est assez fournie et propose des temps de parcours attractifs puisque Creil et Beauvais sont reliées en 36 minutes par les meilleurs trains desservant 4 arrêts intermédiaires et en 47 minutes pour les 4 liaisons omnibus avec 10 arrêts. Belle performance puisqu'il faut 45 minutes en voiture, alors que le train plafonne à 100 km/h de Beauvais à Montataire et à 80 km/h sur les 3 derniers kilomètres qui séparent Montataire de Creil. Comme quoi, le rail sait encore être compétitif même hors des grands axes !

 

Posté par ortferroviaire à 17:22 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
06 août 2014

Creil - Beauvais en travaux

Depuis le 30 juin et jusqu'au 13 décembre, la ligne à voie unique Creil - Beauvais est fermée à la circulation, la desserte reportée sur des autocars, pour effectuer la modernisation de l'infrastructure : 36,2 M€ sont investis par la Région Picardie et RFF. Les travaux portent sur la poursuite de la rénovation de la voie, la reconstruction de deux ouvrages d'art et sur la mise en accessibilité de 8gares avec le rehaussement des quais à 55 cm, afin d'offrir un accès de plain-pied aux rames.

 

Posté par ortferroviaire à 10:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
25 avril 2014

Le Régiolis débute sur Paris - Laon

Voici les images des premières circulations du Régiolis version bimode 6 caisses (B84500) sur la relation Paris - Laon où ce nouveau matériel va entraîner la disparition des rames tractées avec BB 67400.

250414_84505paris-nord1

Paris Nord - 25 avril 2014 - Le TER en provenance de Laon entre en gare : il est assuré pour le première fois avec le B84505 aux couleurs de la Région Picardie. On note bien la césure au  centre de la rame pour insérer deux bogies moteurs. © transportrail

250414_84505paris-nord6

Paris Nord - 25 avril 2014 - Le Régiolis dans sa version régionale comporte une porte par caisse. En deuxième position, on note une voiture aménagée avec un espace et un WC UFR. La sobre décoration picade rehausse la livrée de base de ce nouveau matériel en créant un certain rythme. © transportrail

Un rapide coup d'oeil à l'intérieur aboutit aux constats suivants :

  • le siège a l'air plus robuste que celui du Régio2N
  • les bagageries semblent suffisantes même à pleine charge, ce qui était le cas sur le TER visité
  • l'espace aux épaules est de 10 cm inférieur à celui de l'AGC du fait des caisses plates et non plus galbées
  • les plateformes sont correctement dimensionnées
  • le freinage est silencieux, montrant qu'on a su évolué depuis l'affaire des semelles de l'AGC
  • la capacité perdue pour l'accesibilité UFR est consiérable, de l'ordre de 24 places assises
  • l'information dynamique des voyageurs fait de notables progrès avec des écrans TFT en plateforme qui donnent l'heure d'arrêt dans les gares du parcours

IDV-regiolis-picardie

Ecran TFT donnant l'heure d'arrivée dans les gares du parcours. L'information dynamique fait un progrès significatif avec cette nouvelle génération de matériel et rejoint les standards des autres réseaux ferroviaires européens (Suisse, Pays Bas, Espagne...). © transportrail

Posté par ortferroviaire à 15:07 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,
22 novembre 2013

Le RER du bassin minier refait surface

Il y a 3 ans, l'idée avait déjà été évoquée, mais sans aller plus en avant. Cette fois-ci, elle est un peu plus aboutie et se place dans une optique extrêmement ambitieuse qui risque de la cantonner au stade de la réflexion du fait des moyens qu'elle devrait mobiliser.

Pour lutter contre la croissance du trafic sur les autoroutes du bassin nordiste, la Région promeut l'idée d'une desserte RER à forte fréquence entre les principales agglomérations autour de Lille, Tourcoing, Douai, Arras, Lens et Armentières. Elle repose sur la construction d'une ligne nouvelle entre Lille et Hénin Beaumont globalement située le long de la LGV Nord, le raccordement au-delà de la section nouvelle aux lignes existantes et la construction de 6 gares nouvelles.

RER-lille

La première serait située sous la gare existante de Lille Flandres avec 4 voies traversantes pour éliminer la contrainte de la gare actuelle en impasse. Le tracé desservirait ensuite le stade Pierre Mauroy puis Lesquin, soit à la gare actuelle, soit à l'aéroport. Ensuite, le RER desservirait Seclin et Carvin avant d'arriver à Hénin Beaumont pour rejoindre le réseau existant à hauteur du terril Saint Henriette pour la branche dessevant Lens. Ensuite, la ligne nouvelle se poursuivrait pour rejoindre la diagonale Arras - Douai à hauteur de Brébières et ainsi desservir ces deux villes également en antenne. Enfin, une dernière section nouvelle relierait Brébières à Cambrai.

Au nord, l'émergence du tunnel sous Lille permettrait de raccorder les lignes existantes Lille - Armentières et Lille - Tourcoing - Courtrai.

Les estimations de coût font état d'un besoin de 1,2 MM€ dont 960 M€ pour la section souterraine incluant la gare souterraine de Lille Flandres, estimée à 227 M€. Une enveloppe de 109 M€ est également intégrée pour l'acquisition de rames supplémentaires afin d'augmenter l'offre. L'objectif serait de proposer en heures de pointe un train de 225 places toutes les 5 minutes de Lille à Hénin Beaumont. Ce RER du bassin minier pourrait transporter jusqu'à 50 000 voyageurs par jour.

En alternative, la Région Nord Pas de Calais a chiffré à environ 650 M€ le budget à consacrer à la modernisation des lignes existantes pour augmenter leur capacité mais, selon elle, sans pouvoir atteindre l'objectif de désaturation du réseau autoroutier. Le tronc commun Lille - Libercourt, emprunté par les lignes Lille - Douai et Lille - Lens, voit actuellement passer 8 TER par heure et par sens .

Aussi, après les annonces du gouvernement sur la gare souterraine de Marseille, la Région Nord Pas de Calais attend un geste similaire pour la métropole lilloise. Or ce projet ne figure pas parmi ceux retenus dans le rapport de la Commission Mobilités 21.

Posté par ortferroviaire à 14:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

10 septembre 2013

Calais - Dunkerque sous caténaire dans un an

En octobre 2014, la ligne Calais - Dunkerque aura achevé sa modernisation. Outre la rénovation de la voie, l'électrification en 25 kV des 40 km séparant les deux villes portuaires a été engagée, pour un montant total de 104,5 M€. Outre le bénéfice apporté aux liaisons régionales en autorisant une plus grande souplesse dans l'exploitation des TER, en dépit des améliorations procurées par l'usage d'AGC bimodes, cette électrification amorce la constitution d'un itinéraire fret depuis le port de Dunkerque et le tunnel sous la Manche, complétant le projet actuellement en cours de réalisation pour éviter l'agglomération lilloise sur le courant Nord - Est.

En effet,  le Ministre des Transports, par ailleurs élu de Boulogne sur mer, souhaite promouvoir l'axe Amiens - Calais - Dunkerque comme itinéraire pour le fret entre le Royaume Uni, le bassin parisien et l'Europe du sud, toujours dans l'objectif de desserrer les contraintes sur le réseau ferroviaire du bassin minier et de la conurbation lilloise.

Avec la récente électrification de Boulogne à Rang du Fliers, située à la limite entre les Régions Nord Pas de Calais et Picardie de la radiale Paris - Amiens - Boulogne - Calais, seule la section entre Amiens et Rang du Fliers, via Abbeville, restera en traction autonome.

A condition d'éviter les mirages des perspectives du fret et d'élaborer un projet sérieux, avec les exploitants et leurs clients, il pourrait effectivement devenir pertinent de proposer un tel itinéraire pour rejoindre le tunnel sous la Manche, ce qui, par ricochet, libèrerait un peu plus de capacité encore pour les dessertes voyageurs dans le bassin nordiste, et contribuerait aussi à diminuer le flot de camions sur les autoroutes du Nord...

Posté par ortferroviaire à 11:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
29 juin 2013

La Picardie commandera 7 Régio2N

En cette période difficile pour les budgets régionaux, les commandes de matériel roulant se font rares. Etrangement, la Région Picardie s'est retrouvée dans une situation inédite : plusieurs lignes de crédit se retrouvaient avec des taux de consommation limités, et ont par conséquent été réaffectées, notamment dans le domaine des transports ferroviaires avec l'engagement de la rénovation de 6 rames VO2N et de la commande de 7 rames Régio2N pour la relation Paris - Amiens, portant le nombre total de rames commandées en France à 136 unités. Elle rejoint Rhône Alpes (40 unités), PACA (16), Centre (14), Bretagne (17) et Aquitaine (24).

Posté par ortferroviaire à 18:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
15 novembre 2012

Amiens - Calais sous caténaires ?

C'est la dernière annonce du ministre des transports, par ailleurs élu du boulonnais. Lors de la réunion Etat - Région Picardie - SNCF sur l'avenir de la liaison Intercités Paris - Amiens, le ministre a présenté l'accord intervenu entre les deux autorités organisatrices pour fusionner les offres TER et Intercités sur Paris - Amiens dans une nouvelle grille qui sera mise en oeuvre en décembre 2013. Il a également été annoncé que l'Etat prendrait une décision sur le renouvellement du matériel roulant de cette ligne afin de succéder aux voitures Corail. Ainsi, la Picardie est présentée comme "pilote dans la nouvelle gouvernance des trains du quotidien" (ce qu'on peut traduire par "les deux copilotes vont enfin se coordonner").

Et c'est donc à cette occasion que le ministre a glissé cette petite phrase sur l'électrification entre Amiens et Rang du Fliers de sorte à boucler l'électrification de la ligne Amiens - Calais, et à terme Amiens - Calais - Dunkerque. L'idée est vue sous l'angle de la constitution d'un itinéraire "bis" électrique entre la mer du Nord et l'axe menant à Paris en évitant le noeud ferroviaire du bassin minier (triangle Lille - Douai - Lens).

250409_67540abbeville

Abbeville, 25 avril 2009 - La BB 67540 emmène un Corail en direction de Paris. La durée de vie résiduelle de ces compositions demeure en discussion : l'annonce du projet d'électrification semble signifier un tournant, mais sera-t-elle suivie d'effet ? © transportrail

En outre, en éliminant le recours à la traction thermique, l'opération pourrait simplifier la question du renouvellement du matériel Intercités : sur Paris - Amiens, le besoin de capacité tend à mettre en bonne position le Régio2N, alors qu'entre Amiens et Calais, le hiatus thermique plaçait jusqu'à présent en position favorable le Régiolis bimode. Or le Régiolis bimode ne pouvait proposer une capacité suffisante sur la section Paris - Amiens.

L'électrification pourrait alors éviter la scission de la desserte directe Paris - Amiens - Calais et le recours à du matériel automoteur permettait de moduler la composition en ôtant une rame à Amiens, la section Amiens - Calais ne justifiant nullement l'expédition de trains de 1000 places.

Reste une inconnue : qui paie quoi ?

Posté par ortferroviaire à 08:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
20 mars 2011

Roissy - Picardie trace sa voie

Les conclusions du débat public relatif à la liaison Roissy - Picardie donnent le tempo de la poursuite du projet. D'un coût estimé à 255 M€, il est destiné à relier la LGV de contournement de Paris à la ligne classique Paris - Creil - Amiens tant pour proposer des relations TGV au départ d'Amiens vers le sud et l'est de la France via Roissy et Marne-la-Vallée, que pour créer une relation régionale entre Creil et l'importante zone d'emplois de Roissy. Les premières esquisses tablent sur 7 allers-retours de TGV au départ d'Amiens et Creil, vers Rennes, Nantes, Bordeaux, Lyon, Montpellier, Marseille et Strasbourg, et d'une liaison TER Creil - Roissy toutes les 30 minutes en pointe et toutes les heures en journée.

Sur le tracé de ce raccordement, la Commission particulière du Débat Public a orienté la poursuite des études vers les tracés centre et sud, et suggéré de coordonner le processus d'acquisition foncière avec les réflexions menées sur la création du barreau ferroviaire de Gonesse qui propose de raccorder le RER D au RER B à hauteur du parc des expositions de Villepinte, projet fortement soutenu par les élus locaux mais dont la solution n'est pas forcément adapté à la réalité des besoins...

Posté par ortferroviaire à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 juillet 2010

Modernisation de l'étoile ferroviaire de Lille

La croissance du trafic TER en gare de Lille Flandres, important carrefour ferroviaire nordiste, va être accompagnée d'une série d'opérations permettant de fluidifier les circulations dans l'avant-gare et dissocier les itinéraires pour les 4 axes principaux de l'étoile lilloise, vers Calais, Don-Sainghin, Douai et Valenciennes. Pour ces trois derniers, pas moins de 48,5 M€ seront investis pour créer de nouveaux itinéraires. Une deuxième étape profitera à l'axe de Calais pour 20 M€, améliorer l'offre et renforcer le PRCI de Lille.

L'engorgement du réseau routier autour de la métropole lilloise du fait d'un réseau de villes dense et d'une forte mobilité de la population constitue une véritable opportunité pour le réseau ferroviaire. L'agglomération lilloise bénéficie - et c'est suffisamment rare pour être souligné - d'une ceinture ferroviaire dont une partie est actuellement réservé au fret sur la partie nord ouest, entre la ligne de Don-Sainghin et La Madeleine par Lambersart. D'autre part, trois lignes disposent actuellement d'un potentiel non utilisé pour les voyageurs, vers Comines, Halluin et Wattrelos.

Bref, Lille pourrait constituer un terrain solide pour développer une offre de type S-Bahn dans le bassin lillois, complétant l'offre du réseau urbain Transpole, et pouvant être dissocié de la desserte du réseau de villes nordistes.

260509_23576lille

Lille-Flandres - 26 mai 2009 - Les TER2N de première génération ont à partir de 1998 apporté un vent nouveau sur les dessertes régionales nordistes. La Région Nord Pas de Calais fut pionnière en matière de renaissance du trafic régional dès 1979. © transportrail

 

010610_621lille2

Lille Flandres -1er juin 2010 - 16h21, l'heure de pointe va commencer. Si les TER2N sont omniprésentes, les RIO (à l'extrême gauche) n'ont pas encore définitivement rendu leur tablier... © transportrail

010610_67570lille

Lille Flandres -1er juin 2010 - En attendant l'électrification complète du réseau nordiste, les BB67400 restent encore nécessaires : les RIO de 1979 sont ainsi compatibles avec la réversibiité en Diesel ou en traction électrique. © transportrail

Posté par ortferroviaire à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,