Les chemins de fer italiens engagent un vaste plan de modernisation du transport ferroviaire de marchandises. L'objectif est de doubler la part de marché du transport ferroviaire d'ici 2030 (cela devrait vous rappeler quelque chose...). Un budget de 2,5 MM€ est prévu par le groupe FS, comprenant l'acquisition de 324 locomotives électriques, 68 hybrides et de 3600 nouveaux wagons, la création de 5 nouveaux terminaux de transport combiné. Le rajeunissement du parc de locomotives doit améliorer la fiabilité de l'exploitation et réduire la consommation d'énergie (un gain de 25 % est attendu par Mercitalia). 

Le projet prévoit aussi la numérisation de la gestion du suivi des wagons de sorte à mieux assurer leur traçabilité et mieux informer les clients de la progression de leurs cargaisons.

En revanche, l'expérience d'une rame ETR500 adaptée en 2018 pour le transport de messageries et petites marchandises, baptisée Fast, entre Marcianise et Bologne prend fin. En cause, la nécessité de procéder à la révision générale de la rame, représentant un coût important difficilement supportable par un service qui n'avait pas vraiment trouvé son domaine de pertinence. La rame ne pouvait en effet transporter que seulement 60 conteneurs. Les locomotives série E404 pourraient être réutilisées mais les 12 voitures transformées pourraient être réformées, compte tenu du coût de remise au type d'origine. La grande vitesse pour le fret ferroviaire ressemble donc toujours à une chimère.