Mise en service dès le 14 juin, inaugurée un mois plus tard, la nouvelle gare de Saint Jean de Maurienne est une réalisation atypique : comme Nice Saint Augustin ouverte au début de ce mois, il s'agit d'une gare provisoire. Néanmoins, les voyageurs disposent d'un espace bien plus vaste que l'ancien bâtiment d'origine PLM, avec une gare routière plus spacieuse pour organiser les correspondances en particulier vers les stations de haute montagne. La nouvelle gare est faite de bois, de verre et d'acier, avec des dispositions de construction facilitant le recylage des matériaux lorsqu'il faudra la déconstruire.

BVsaint-jean-de-maurienne

La nouvelle et provisoire gare de Saint Jean de Maurienne en attendant un nouveau bâtiment de plus grandes dimensions, qui sera situé perpendiculairement à celui-ci et au-dessus des voies à l'origine du raccordement entre la ligne classique et le tunnel de base. (cliché X)

Le projet est justifié par la nécessité de dégager les emprises liées à la création du raccordement entre l'actuelle ligne de Maurienne et le tunnel de base de la Transalpine. La motivation est d'autant plus forte que les tergiversations françaises sur la section entre la métropole lyonnaise et le tunnel du projet Lyon - Turin rend inéluctable une étape - temporaire ? - pendant laquelle les trains seront contraints de transiter par le réseau classique et le noeud de Chambéry pour accéder à la nouvelle infrastructure. Les soutiens politiques et économiques à la Transalpine soulignent qu'on est en train de créer une importante capacité ferroviaire qui risque d'être difficilement utilisable du fait d'un goulot d'étranglement à l'entrée en Savoie.

Le projet de 8 M€ intègre donc le nouveau bâtiment pour les voyageurs et 8 quais pour les autocars. L'ensemble a été intégralement financé par TELT, la société publique franco-italienne du projet de la Transalpine.