En France, en matière ferroviaire, il faut être patient et savoir se contenter de peu. Les aménagements de la Grande Ceinture dans le secteur d'Orly ont donc enfin été mis en service le 14 novembre.

Il aura fallu attendre plus de 20 ans pour que cette opération soit réalisée, en raison de conflits politiques et d'une incompréhension persistante : l'opération Massy-Valenton est certes estampillée TGV mais elle est aussi destinée à proposer une desserte au quart d'heure entre Pont de Rungis et Massy-Palaiseau sur le RER C, qui doit se contenter actuellement d'une cadence à la demi-heure. Mais le maire d'Antony, quand il était président du Conseil Général des Hauts de Seine, voire même ministre, était manifestement atteint de surdité sélective. Les origines ont aussi été perturbées par les études sur une ligne nouvelle d'interconnexion sud entre la LGV Sud-Est et la LGV Atlantique, sans suite.

Elle est destinée à fluidifier le trafic entre le RER C, les liaisons province-province à grande vitesse et le fret, en supprimant un cisaillement à niveau pénalisant la fluidité du trafic. La vitesse est relevée de 80 à 110 km/h à l'est de la gare du Pont de Rungis. Un nouveau poste d'aiguillages informatisée installé en gare d'Orly succède à l'ancien poste R à hauteur des Saules.

Il manque encore l'aménagement à l'ouest, dans le secteur d'Antony, pour supprimer le cisaillement du RER C par les TGV, qui doivent emprunter une seule voie dans les 2 sens de circulation pour rejoindre la LGV Atlantique, ce qui autorisera le renforcement de l'offre du RER C avec le prolongement à Massy-Palaiseau des missions actuellement limitées à Pont de Rungis.

Il va donc falloir encore patienter !