Etant donné que la réouverture de la ligne Belfort - Delle confine pour l'instant à l'échec en raison d'un schéma de desserte absurde, il devenait urgent de tirer les leçons de cette situation : la Région Bourgogne - Franche-Comté et le Canton du Jura ont convenu d'une remise à plat de l'offre pour l'horaire 2026. Pourquoi aussi tardivement ? Côte français, ce sera la fin de la convention Région - SNCF et donc le début du nouveau contrat issu d'un appel d'offres. Côté suisse, le nouveau schéma capacitaire entre Bâle et Bienne via Delémont sera mis en oeuvre.

L'objectif de cet accord est d'instaurer une offre - on l'imagine cadencée - et directe entre Belfort et Delémont, répondant à la fois à la liaison entre les villes du parcours, qu'elles soient en France ou en Suisse, et à l'accès du Jura Suisse aux dessertes à grande vitesse sur la LGV Rhin-Rhône.

190919_27737meroux1

Belfort-Montbéliard TGV (Méroux) - 19 septembre 2019 - La correspondance avec les TGV est un atout très mal valorisé ce qui rend la desserte Belfort - Delle assez fantomatique. La remise à plat du service va donc être étudiée mais on peut regretter le temps perdu, puisque le schéma retenu à la réouverture était un non-sens ! © transportrail

270510_522-012+521-018delemont

Delémont -27 mai 2010 - Le Jura Suisse a semble-t-il réussi à convaincre les élus de la Région Bourgogne - Franche-Comté de la nécessité de remettre à plat l'offre Belfort - Delle. Ce n'était pas forcément gagné... © transportrail

Côté français, si on en croit les déclarations précédentes de la présidente de la Région, il faudrait aussi compter sur le prolongement de la desserte Epinal - Belfort jusqu'à la gare nouvelle de Belfort-Montbéliard de sorte à élargir son aire de chalandise à une partie de la Haute Saône et au sud vosgien (une réflexion qui a tout de même été amorcée voici plus de 10 ans). Cette offre viendrait donc renforcer la liaison entre les deux gares de l'agglomération belfortaine.

Reste à savoir si la desserte sera opérée par du matériel suisse venant jusqu'à Belfort (il vient déjà à Belfort-Montbéliard) ou si du matériel français (donc neuf, tricourant et bifréquence) contribuera à cette offre. Si on pouvait envisager un schéma simple avec un seul type de matériel pour ne pas reproduire la situation un brin confuse de Léman Express, surtout pour un petit effectif, il est probable que personne - à commencer par les exploitants - ne s'en plaindrait !