L'association allemande du transport aérien et la DB s'associent pour organiser progressivement une incitation à réduire l'usage de l'avion sur les liaisons intérieures par l'amélioration des dessertes ferroviaires par ICE. Outre le renforcement du service Lufthansa Express Rail, un programme sur 5 ans est proposé, avec notamment l'objectif de limitation des vols de courte distance.

  • 2021 : renforcement des offres ICE au départ de Berlin vers Munich, Francfort, Hambourg ;
  • 2022 : renforcement sur Berlin - Cologne ;
  • 2023 : ouverture de la ligne nouvelle Wendlingen - Ulm profitant à la liaison Stuttgart - Munich ;
  • 2024 : cadence à la demi-heure des ICE entre Hanovre et Berlin et augmentation de l'offre Berlin - Cologne ;
  • 2026 : extension de la cadence à la demi-heure entre Hambourg, Hanovre, Francfort, Stuttgart et Munich en lien avec la mise en service de Stuttgart 21.

090209_ICE3francfort-aeroport_rpisani

Francfort Aéroport - 9 février 2009 - La connexion des principaux aéroports au réseau ferroviaire est un atout dans la stratégie qui s'amorce en Allemagne pour coordonner les deux modes de transport et réduire l'usage de la voie aérienne sur des parcours brefs (où parfois l'avion passe plus de temps au sol qu'en l'air...). © R. Pisani

Il est aussi prévu de simplifier le processus de gestion des bagages pour les voyageurs en correspondance vers des vols longue distance.

Le plan table évidemment sur la connexion de 5 aéroports desservis par les dessertes ICE (Berlin, Düsseldorf, Francfort, Cologne et Leipzig-Halle) auxquels s'ajoutera celui de Stuttgart en 2026. Des études ont été engagées pour connecter l'aéroport de Munich.

En France, avec les aéroports de Roissy et de Lyon, il y aurait possibilité d'engager une réflexion similaire, d'autant qu'il semble que l'hypothèse d'une troisième connexion à Orly par transformation de l'actuelle gare de Pont de Rungis commencerait à réellement prendre forme. Elle s'appuierait naturellement sur les liaisons province-province à grande vitesse, mais celle-ci ont été pour bonne partie transformées en Ouigo, dont les prestations ne sont pas forcément les plus appropriées pour qui effectue un voyage en avion ensuite (ne serait-ce que le contingentement des bagages). Une fois de plus, ces liaisons intersecteurs mériteraient plus de considération et une remise à plat complète de leur organisation et de leurs prestations.

Pour aller plus loin, notre dossier train - avion : un choix de société.