11 000 voyageurs par jour : c'était la prévision annoncée dans le projet de réouverture de la ligne Nantes - Châteaubriant. Bientôt 5 ans après sa mise en service, les résultat du tram-train sont très largement en-dessous de cette estimation puisqu'environ 2000 voyageurs sont enregistrés en moyenne chaque jour. Une exploitation parfois chaotique, des problèmes techniques successifs à la mise en service et une ligne en proie au givre, autant d'éléments qui altèrent l'attractivité du service.

Pourtant, en 5 ans, la fréquentation annuelle est passée de 316 000 à 720 000 voyageurs, ce qui n'est tout de même pas si mal. Peut-être que l'estimation initiale était - trop ? - ambitieuse, ou liée à des hypothèses de desserte qui n'ont pas été concrétisées. Le trafic actuellement enregistré se situe cependant dans la frange plutôt haute pour une ligne de desserte fine du territoire. L'offre comprend 24 allers-retours au départ de Nantes dont 16 pour la desserte périurbaine et 8 prolongés à Châteaubriant qui dispose d'une desserte toutes les 2 heures. C'est une base, mais avec un trafic routier de l'ordre de 25 000 véhicules / jour, il en faudrait plus pour rendre le service ferroviaire plus attractif... Pourtant, jusqu'à La Chapelle sur Erdre, les voyageurs peuvent emprunter le tram-train avec un titre urbain TAN, ce qui facilite grandement l'usage de la ligne et son intégration dans l'offre de transports de la métropole nantaise.

Un renforcement de l'offre avec une cadence au quart d'heure pourrait doper la ligne, mais il faudrait consentir à de conséquents travaux de capacité notamment entre la gare de Nantes et la station Haluchère pour gérer 8 circulations / heure sur la ligne. Cette hypothèse était initialement intégrée dans le schéma d'accès à l'aéroport Notre Dame des Landes, et mériterait d'être reprise pour instaurer une offre attractive sur le nord de la métropole nantaise.