Après Bordeaux, les élus lyonnais semblent vouloir être aussi en pointe sur l'utilisation du réseau ferroviaire pour la desserte de la métropole. Tant mieux... mais il va falloir un peu canaliser les réflexions. Les élus du groupe UDI ont présenté leurs propositions. Un bon point : le préliminaire d'une communauté tarifaire est bien mis en avant. Sans lui, c'est l'échec assuré. Leur étude s'appuie notamment sur un doublement du tunnel de Saint Irénée pour dévier le tram-train de l'Ouest Lyonnais et l'amener non seulement à Perrache... mais le diamétraliser au-delà vers Bourgoin-Jallieu et Saint André le Gaz. Ce tunnel serait considéré selon eux comme une alternative au projet de métro E, apparu lors des dernières élections municipales, et dont l'intérêt est très discutable (plus d'un milliard d'euros pour 60 000 voyageurs par jour).

Quelques remarques à cette proposition :

  • les modalités opérationnelles de création de ce second ouvrage, qui sera percé à grande profondeur par rapport au 5ème arrondissement donc sans possibilité pratique de station pour la desserte de ce secteur ;
  • le raccordement au tronc commun Lyon - Tassin de l'Ouest Lyonnais, dans un environnement complexe et déjà réputé délicat du point de vue de la consistance des sols ;
  • l'arrivée à Perrache avec le franchissement de la Saône et la recomposition de la tête Ouest de la gare ;
  • les modalités de raccordement aux voies de la ligne Lyon - Grenoble ;
  • l'incompatibilité du tram-train avec la circulation sur la ligne Lyon - Grenoble : quais trop hauts (550 mm) pour un matériel limité à 100 km/h (pour une section apte à 140 voire 160 km/h) qui risque de se faire bousculer par les liaisons régionales rapides, sans compter les TGV Intersecteurs jusqu'à Grenay, et de surcroît insuffisamment capacitaire par rapport aux besoins sur cet axe ;
  • sur cette section en particulier, le transit d'une partie de l'offre Ouest Lyonnais amplifierait le besoin de quadruplement de la section Saint Fons - Grenay pour séparer les circulations rapides et lentes.

Enfin, le schéma apparaît complexe avec des lignes à plusieurs ramifications : le système Villefranche / Tarare - Vienne / St Etienne apparaît assez peu adapté, car la section Saint Germain au Mont d'Or - Tarare n'est pas électrifiée, donc inapte à recevoir des matériels à deux niveaux, nécessaires sur les autres branches, nécessitant donc soit de lourds investissements, soit une dégradation capacitaire sur des sections déjà bien chargées.

Vous pouvez en profiter pour relire nos contributions sur ce sujet !