C'est à croire que le coup de chaleur du mois de juin a tapé sur les esprits ! Les multiples start-up faisant l'article pour Hyperloop continuent leur compétition pour obtenir leur ligne de démonstration, financée avec l'argent du contribuable de préférence, alors que le produit est inconnu, son modèle économique improbable et les élémentaires questions d'exploitation, d'insertion et de sécurité gaillardement passés sous silence.

Qu'importe, plus c'est gros, plus ça passe. Elus et chefs d'entreprises de la Loire, parmi les plus chauds partisans de l'A45, ont rencontré la semaine dernière l'entreprise Transpod, qui annonce que la liaison Saint Etienne - Lyon est un axe particulièrement adapté à la technologie Hyperloop - soyez assurés qu'ils diront ça pour tous les axes - et que la première ligne pourrait être mise en service en 2020 ! 700 M€ pour glisser dans un suppositoire à 450 km/h et relier les deux villes (enfin... on ne sait pas où) en 7 à 8 minutes...

Bref, pour ceux qui l'auraient oublié, on est exactement dans le schéma de l'aérotrain : outre la piste d'essais de la Beauce entre Artenay et Cercottes, rappelons que l'Etat avait signé le 21 juin 1974 le contrat de réalisation de la liaison Cergy - La Défense, rompu le 17 juillet suivant compte tenu de l'audit de la Cour des Comptes qui avait pointé une sous-estimation considérable des coûts et l'inadéquation du projet aux besoins de desserte de la ville nouvelle.

L'histoire devrait parfois servir de leçon...