Depuis plusieurs mois, nous suivons les intentions de la compagnie ferroviaire autrichienne en matière de trains de nuit. Elle a lancé un nouveau concept d'aménagement intérieur et un appel d'offres pour l'acquisition et la transformation de voitures. Alors qu'en France, le train de nuit prend le chemin du cimetière faute de volonté d'un opérateur bien incapable d'avoir une dynamique commerciale et préférant mettre ses clients dans des TGV (pour les plus aisés) ou dans des autocars (pour les budgets serrés), les ÖBB montrent eux qu'une autre voie est possible.

Si la DB annonce l'arrêt de ses liaisons dès fin décembre, les ÖBB prennent les devants et indiquent avoir déposé des demandes de sillons pour continuer l'exploitation de certaines lignes :

  • Düsseldorf - Cologne - Francfort - Munich - Innsbruck avec une tranche pour Vienne et une autre amorcée à Munich et à destination de Budapest ;
  • Bâle - Karlsruhe - Francfort - Berlin - Hambourg qui devrait récupérer à Karlsruhe une tranche en provenance de Paris et à destination de Varsovie, Minsk et Moscou ;
  • Hambourg - Hannovre - Würzburg - Munich - Innsbruck avec une tranche pour Vienne ;
  • Berlin - Prague - Brno - Budapest / Vienne ;
  • Munich - Villach - Ljubljana - Zagreb;
  • Munich - Vienne - Budapest.

Il serait aussi question de reprendre une liaison Zurich - Prague et une autre entre Munich, Innsbruck et Milan. Soit les dirigeants des chemins de fer autrichiens sont inconscients, soit ils ont la conviction de pouvoir réussir leur opération de relance du transport de voyageur de nuit. Et pour la France ? Oserait-on imaginer un Paris - Strasbourg - Munich - Vienne ?