2 allers-retours par jour, un troisième en été, tous placés en heures creuses, mais sans aucune valorisation touristique digne de ce nom ; une vitesse de pointe plafonnant à 40 km/h avec un temps de parcours de 47 minutes pour 28 km ; une concurrence routière débridée mais souffrant d'encombrements récurrents et d'un état moyen à médiocre du réseau départemental dûs à l'important flux de poids lourds : voici en quelques lignes la situation dans laquelle se trouve l'antenne bretonne Morlaix - Roscoff, sur laquelle se penche aujourd'hui transportrail.

260716_73575kerlaudy3

Kerlaudy - 26 juillet 2016 - Franchissant à 30 km/h le viaduc sur la Penzé dont on aperçoit les poudres métalliques (et les signaux Zone et Reprise l'encadrant), cet UM X73500 se hâte lentement, à 30 km/h sur l'ouvrage et à 40 km/h sur le reste de la ligne. © transportrail

Ne comprenant qu'un seul ouvrage d'art, c'est précisément lui qui pose question : le viaduc métallique sur la Penzé, long de 219 m et haut de 40 m, nécessiterait d'importants travaux de rénovation, faisant gonfler la facture totale de la ligne à plus de 40 M€. Difficilement justifiable vu le trafic actuel, mais la route souffre d'un trafic important, d'un intense flux de poids lourds transportant fruits et légumes produits dans la région, d'une circulation automobile dense, renforcée par plusieurs zones commerciales et d'une voirie aux performances contrastées...

Notre nouveau dossier attend vos commentaires !