Nous en avions déjà parlé à l'occasion de la présentation d'une maquette d'aménagement de futurs trains de nuit par les chemins de fer autrichiens. Les ÖBB semblent bien décidés à s'engager sur ce marché que beaucoup annoncent en voie d'extinction. L'Allemagne et la Suisse constituent les deux premières cibles de l'opérateur autrichien, qui étudierait non seulement des liaisons transfrontalières Suisse - Autriche et Autriche - Allemagne, mais aussi des offres totalement exterieures à l'Autriche de type Suisse - Allemagne. Les ÖBB disposent d'une soixantaine de voitures-couchettes et de 35 voitures-lits et l'occupation actuelle moyenne de ses trains est de 50% (un million de voyageurs transportés en 2015) : de ce fait, les ÖBB auraient besoin de matériel supplémentaire et la récupération des voitures allemandes pourrait être une piste avant d'engager éventuellement la construction de nouvelles voitures.

Les ÖBB envisageraient aussi les modalités de mise à disposition voire d'intégration de personnels DB excédentaires après la suppression en décembre prochain des trains de nuit de l'opérateur allemand.

Mais les ÖBB voient plus loin et commencent à explorer le marché potentiel vers la Belgique et l'Italie. D'ici à ce qu'ils s'intéressent au marché français... mais attention au gabarit (les voitures CNL à deux niveaux de la DB ne passeront pas dans les tunnels français...) !