A priori, il est assez étrange que transportrail vous emmène sur les plages de Normandie en plein mois de janvier : ceci dit, la côte fleurie offre quelques jolis coups d'oeil en hiver, et Deauville est un peu moins parisienne hors saison. Du moins, ce nouveau reportage vous donnera peut-être quelques idées pour vos prochaines escapades...

La ligne à voie unique de Trouville-Deauville à Dives-Cabourg est la dernière d'un réseau assez maillé de lignes entre l'axe Paris - Cherbourg et la côte et témoigne du lien très étroit entre le développement du chemin de fer et du tourisme balnéaire dans la seconde moitié du 19ème siècle. Les chemins de fer de l'ouest et ceux du Nord se disputaient la clientèle parisienne en proposant les itinéraires les plus rapides pour accéder à la mer.

14016

Aujourd'hui, la vocation de la ligne reste essentiellement ciblée sur les loisirs et dépend d'abord de la clientèle parisienne. Il suffit de décortiquer la desserte en basse saison pour le comprendre. Avec un aller pour Trouville-Deauville le lundi matin, aucun service le mardi et le mercredi, un retour le jeudi et le vendredi soir, deux allers-retours le samedi et trois le dimanche, les intentions sont claires. En revanche, les 8 allers-retours estivaux affichent complet.

La ligne fut menacée de disparition dans les années 1990 et la mobilisation des élus locaux et des voyageurs a permis d'écarter le spectre du démantèlement. Elle a certes perdu les liaisons directes avec Paris lors de l'électrification de Mantes - Cherbourg en 1995. Modernisée dans le cadre du CPER 2000-2006, l'avenir de cette ligne est plus serein.

Prenez place à bord de l'autorail dans notre nouveau dossier qui attend vos commentaires...