Les dix semaines de travaux sollicitées par la SNCF entre Dreux et Surdon n'avaient pas manqué de susciter de fortes critiques de la part des utilisateurs de la ligne Paris - Granville, dont le service fut interrompu avec mise en place d'autocars entre Dreux et Argentan allongeant fortement le temps de parcours. Du 19 septembre au 30 novembre 2015, pas moins de 65 opérations ont été réalisées durant cette longue interception de la ligne, avec le renouvellement de 39 km de rails, 37000 traverses et 35000 tonnes de ballast. Deux gares ont été rénovées et mises en accessibilité à L'Aigle et Verneuil sur Avre tandis que les travaux ferroviaires liés à la suppression des deux passages à niveau de Nonant le Pin ont été réalisés. Au total, 19 M€ sur l'infrastructure et 8,2 M€ sur les gares (avec un concours de plus de 6,4 M€ de la Région Basse-Normandie).

On s'étonnera tout de même d'une régénération à l'identique de la ligne c'est à dire en conservant les deux voies alors que le volume de circulation n'excède pas une vingtaine de trains deux sens cumulés, d'autant plus que le principe de la voie unique avec évitements dynamiques avait été instauré entre Argentan et Granville à la fin des années 1990 pour un trafic à peine moindre. Même avec une trame aux deux heures sur Paris - Argentan - Granville, le flux pourrait s'écouler sans difficultés majeures avec une infrastructure simplifiée. A la clé, quelques économies sur la maintenance...

Parallèlement, le mouvement de retrait des X72500 et la généralisation de l'exploitation en Régiolis devraient être réalisés dans les prochaines semaines, sachant que certaines rames sont utilisées en Picardie sur l'axe Paris - Boulogne en attendant l'arrivée des Coradia Liner commandés par l'Etat pour les TET. Ainsi, l'axe Paris - Granville pourra attendre le sort qui lui sera réservé quant à l'évolution de sa desserte à l'issue de la mission confiée au préfet Philizot sur les liaisons classiques.

Voir notre dossier sur l'axe Paris - Granville