C'est en Italie que le premier marché du Flirt3 bimode a été signé : 5 rames ont été commandées pour assurer la liaison entre Turin et Aoste. Composées de 3 voitures articulées, chaque rame accurillera 178 places assises dont 19 sur strapontins. La motorisation électrique est assez débordante puisque les rames disposeront de 2600 kW sous 3000 V, afin d'atteindre 160 km/h. En traction autonome, la puissance chute à 700 kW et la vitesse maximale à 140 km/h. L'énergie sera fournie par 2 moteurs Diesel répondant à la norme Euro3b, la seule encore disponible dans le domaine des moteurs industriels. Ces moteurs seront intégrés dans une 4ème caisse, s'inspirant du module moteur des GTW de la marque. On notera quand même la faiblesse de la puissance disponible en Diesel, surtout en comparaison avec les AGC de Bombardier et Régiolis d'Alstom qui offrent une puissance équivalente quelle que soit la motorisation. En revanche, en traction électrique, la puissance est deux fois supérieure à celle de leurs homologues français, ce qui promet des accélérations "décoiffantes".

Le coût total de l'acquisition du matériel est de 43 M€ mais le contrat porte sur 94 M€ puisqu'il intègre 5 ans de maintenance du matériel et une option pour 5 autres rames et 3 années supplémentaires d'entretien.