La Région Aquitaine et RFF annoncent le lancement des travaux de réouverture de la section Oloron Sainte Marie - Bedous pour le printemps 2015. La section de 24,5 km entre devrait rouvrir aux voyageurs dans 18 mois avec le prolongement à Bedous de 4 allers-retours et de 2 jusqu'à Bidos avec 3 arrêts intermédiaires à Bidos, Lurbe Saint Christau et Bedous et une vitesse maximale des trains de 80 km/h. Le coût du projet atteint tout de même 102 M€ pour restaurer (reconstruire) la voie, la caténaire, la signalisation, traiter 31 ouvrages d'art et 7 tunnels, supprimer 11 des 27 passages à niveau dont 4 par dénivellation... mais pour quel enjeu de trafic ?

En attendant, RFF va procéder au débrousaillage de l'infrastructure plongée dans l'oubli depuis 1970. Reste que le projet ne fait pas l'unanimité localement, où on semble encore privilégier les aménagements routiers. A Oloron, on refuse le passage du train en ville... qui ne s'est pas gênée pour se développer sur l'emprise ferroviaire (un rond-point par ci, un talus coupé par là...)

Le projet peut effectivement faire question compte tenu des incertitudes au-delà de Bedous : le prolongement des TER est économiquement difficile à justifier compte tenu de la fréquentation potentielle et la vocation fret n'aurait de sens qu'avec une jonction franco-espagnole dont on parle souvent mais sans réelle avancée. En outre, le tunnel ferroviaire du Somport sert de galerie de secours au tunnel routier et accueille depuis 30 ans un laboratoire de recherche du laboratoire de physique nucléaire et de hautes énergie de l'université de Saragosse...