Troisième volet de l'étude de transportrail consacré aux projets de lignes nouvelles, avec cette fois-ci une réflexion portant sur le contournement de Nimes et Montpellier, CNM, et la section Montpellier - Perpignan. Le premier projet, concédé et déjà en travaux, a évidemment été confirmé par la Commission Mobilités 21, alors que le second est reporté au-delà de 2030.

Implantés sur un territoire dynamique sur le plan démographique, notamment avec la capitale régionale, Montpellier, qui s'est transformée depuis un quart de siècle, ces 2 projets pourraient concourir au développement de dessertes nationales et internationales, mais sans recourir à la grande vitesse ferroviaire pure puisque les TGV n'y circuleraient qu'à 220 km/h afin d'admettre le fret sur le corridor franco-espagnol. En conséquence, la ligne existante serait apte à l'accueil d'une desserte régionale et périurbaine capable d'endiguer le flot automobile entre les agglomérations languedociennes, qui présentent, fait rare sur le territoire, la particularité d'être placées sur un seul et même axe ferroviaire.

A consulter ici.