Après la Bourgogne et Midi-Pyrénées, un nouveau projet de contrat de prestation de gestion d'infrastructures est envisagé en Franche Comté par RFF. L'étoile de Gray, totalisant une soixantaine de kilomètres de voies, connecté à Villers les Plots (ligne de Dijon à Dole) avec le "grand" réseau, la récente reprise par Europorte du trafic céréalier entre Gray et Autrey-les-Gray pourrait doper le volume transporté, en visant 400 000 tonnes par an contre 150 000 actuellement, c'est à dire le tonnage assuré au début des années 2000.

La démarche des opérateurs fret de proximité (OFP) reste encore marginale sur les lignes secondaires fret. L'objectif de cette démarche initiée voici un peu plus de cinq ans était de redonner de l'attractivité au rail par une relation plus fine et plus proche entre les entreprises locales et l'exploitation ferroviaire, afin de regrouper les trafics vers les grands axes.

Allant au-delà, le principe des prestataires gestionnaires d'infrastructures (PGI) prévoit en outre de déléguer la maintenance des installations à l'exploitant local selon des normes définies par RFF mais adaptées à la réalité du trafic (vitesses inférieures à 60 km/h, trafic limité, pas de service aux voyageurs) sur des installations qui aujourd'hui sont souvent en mauvais état, et qui nécessitent des investissements pour maintenir les circulations.

Reste maintenant à suivre l'impact de ces démarches d'une part sur le rythme de rénovation de ce réseau fret mais aussi sur l'attractivité du transport ferroviaire auprès des entreprises : s'il est évident qu'une coopération étroite entre le transporteur et ses clients apparaît comme une banale évidence, l'image passablement écornée du rail peut encore constituer un frein pour certains clients potentiels...