Après Paris - Venise en décembre dernier, Thello, la compagnie créée par Trenitalia et Veolia, lancera le 9 décembre prochain sa liaison nocturne vers Rome. Le décalage résulte tout autant de difficultés de sillons (en raison de travaux multiples en France, en Suisse et en Italie) et de demandes de modification sur le matériel roulant par le réseau italien.

Après un an de service, Thello annonce avoir transporté 300 000 voyageurs sur Paris - Venise, qu'il faudrait comparer au service réalisé auparavant par Artesia (groupement SNCF - Trenitalia). Par ailleurs, les débuts de Thello ont été parfois délicats avec une série de problèmes techniques et de quelques situations improvisées (notamment une série de défaillances sur les locomotives BB 36000 louées à Akiem, filiale de la SNCF), nécessitant des transbordements par autocar, peu flatteurs pour la compagnie débutante.

L'ouverture de Paris - Rome est-elle le signe de la maturation de l'entreprise ferroviaire Thello ou ne faut-il y voir qu'un pari commercial ? Pari d'autant moins risqué que la desserte Thello se substitue à la desserte autrefois assurée par Artesia. Néanmoins, alors que certains prédisent la fin du train de nuit, le simple fait de s'y engager peut déjà constituer la preuve d'une forme - prudente certes - d'audace.