On en parlait depuis des décennies, la voila relancée à l'issue de négociations complémentaires à la deuxième phase des TGV Est et Rhin-Rhône : les 128 km de double voie entre Gretz-Armainvilliers et Troyes ainsi que les 7 km de l'antenne de Longueville à Provins seront électrifiés pour un coût estimé à 270 M€.

La desserte de la ligne est assurée d'une part par 21 allers-retours Transilien Paris - Provins financés par le STIF et exploités en AGC bibi et 15 allers-retours Paris - Troyes dont 11 prolongés vers Culmont et Belfort. S'ajoutent également en moyenne 2000 trains de fret par an.

090411_82681paris-est1

Paris-Est, 9 avril 2011 - Les cinq derniers AGC bibis reçus par le STIF portent les nouvelles couleurs retenues par la SNCF, soulignée de la bande gris métallisé du STIF. Les AGC parisiens assurent la liaison Paris - Provins : l'électrification intégrale de cette ligne continue cependant de faire de ce matériel une solution adaptée de cette desserte plus proche d'un TER que d'une ligne de banlieue classique. © transportrail

091007_82501paris-est1

Paris-Est, 9 avril 2011 - Le B82504, deuxième engin de la série des bimodes bicourants, arbore la livrée "champ de colza" de la Région Champagne-Ardenne, qui engage cette série sur les relations Paris - Troyes - Culmont. Même si la section Gretz - Troyes est électrifiée, le maintien de la traction thermique au-dela de la préfecture de l'Aube rend évidemment pertinent le maintien de ces rames sur la ligne.© transportrail

L'électrification s'inscrit d'abord dans le souci de réduire la consommation de gasoil par le chemin de fer, objectif qui pourra être atteint par les circulations de voyageurs puisque les circulations en AGC ne basculeront plus en mode Diesel à partir de Gretz, mais on demeure un peu plus interrogatif pour le fret qui généralement continue au-delà de Troyes : compte tenu des pratiques actuelles visant à réduire les étapes de traction, le hiatus Troyes - Culmont ne sera-t-il pas un handicap ?

Du côté des performances, les gains de temps escomptés sont marginaux compte tenu de l'emploi actuel d'AGC aptes à 160 km/h et offrant des accélérations convenables.

Pour les trains Intercités assurés en Corail et CC72100 qui, à raison de 4 allers-retours, assurent la liaison Paris - Mulhouse, l'électrification devrait coïncider avec le renouvellement du matériel roulant et l'emploi de rames automotrices bimodes (on pense évidemment au Régiolis d'Alstom). Les autres relations étant déjà couvertes en matériel moderne AGC, il est peu probable qu'un changement soit opéré à la faveur de l'opération.

Au stade actuel des études, RFF a identifié 25 ponts à renouveler ou rehausser et 16 destructions d'ouvrage dont 10 reconstructions pour dégager le gabarit. Le tunnel des Bouchots en Seine-et-Marne devra être mis au gabarit. D'autre part, RFF engagera le remplacement du poste d'aiguillage de Romilly, l'adaptation de ceux de Gretz et de Troyes, gare dont le plan de voies sera réaménagé. Enfin, le KVB sera installé sur la ligne (et ce n'est peut être pas forcément la meilleure nouvelle qui soit compte tenu des contraintes de ce système pas tout jeune et pas des plus performants).

L'enquête publique aura lieu en septembre-octobre 2012 et les travaux pourraient démarrer au plus tôt en 2013 pour une mise en service au mieux en 2017.

Reste que 270 M€ pour un gain marginal sur l'horaire : mis à part une promesse politique, le projet peut-il être considéré comme pertinent ?