L'accord entre le Conseil Général de l'Ardèche et la Société Nouvelle du Chemin de Fer du Vivarais est signé. Cette entreprise a été fondée par les Courriers Rhôdaniens (autocariste local) et Kléber Rossillon (spécialiste de l'exploitation de sites culturels, comme le château de Castelnaud en Dordogne, le château de Langeais en Indre-et-Loire). Treize millions d'euros seront investis pour permettre une première réouverture en 2013 : une nouvelle gare sera construite à Saint-Jean-de-Muzols et des aménagements seront réalisés dans les gares de Boucieu-le-roi et Lamastre. Dans un premier temps, l'exploitation sera réalisée sur la partie basse, jusqu'à Boucieu. L'objectif de la SNCV est d'atteindre 120 000 visiteurs par an, devançant la Baie de Somme et ses 100 000 voyageurs annuels. La dernière année du Vivarais s'était soldée par 50 000 entrants.

Parmi les pistes envisagées, une exploitation nouvelle : le trajet de Tournon à Lamastre durait deux heures, ravissant les amateurs de chemin de fer, mais jugé parfois long pour une clientèle familiale. L'exploitation pourrait donc mieux utiliser le potentiel de la partie basse jusqu'à Boucieu afin de proposer des formules plus courtes.

En revanche, la nouvelle gare de Saint-Jean-de-Muzols semblerait signifier la fin de l'amorce à Tournon : on sait que l'utilisation de la section de la rive droite du Rhône constituait un point de difficulté, notamment avec RFF...