On a beaucoup parlé des déboires ferroviaires français pendant ce mois de décembre et il est vrai qu'on peut être surpris par les conséquences de chutes de neige relativement courantes sous nos latitudes : certes, on peut comprendre que la SNCF ne réagisse pas de la même façon selon que les 50 cm de neige tombent en Normandie ou dans le Haut Jura... sachant que les uns sont moins habitués que les autres à de pareilles précipitations. Comme d'habitude, l'individu peut comprendre beaucoup de choses quand on lui explique clairement : l'information a souvent été défaillante et c'est une difficulté récurrente rencontrés par les voyageurs.

Ceci dit, l'épisode de froid et de neige qui a sévi sur l'Europe du nord en ce mois de décembre a semé la pagaille dans bien des pays. A Berlin, où la neige n'est pas rare, la situation difficile du réseau S-Bahn a empiré. La DB peine à remette à niveau le service après les déboires rencontrés sur la série 481 qui assure la majorité des dessertes de banlieue, ce qui attise les relations avec le Sénat de Berlin, allant même jusqu'à menacer la DB de la mettre en concurrence au prochain contrat d'exploitation.

Voila donc que l'hiver s'en est mêlé : la neige et une épaisse couche de glace ont cloué dans les dépôts 110 rames du réseau, soit près du quart du parc, ce qui n'a fait qu'accentuer les carences du service, en portant sur certaines lignes l'intervalle à 20 minutes au lieu de 10 habituellement.

Au final sur l'année 2010, le montant des pénalités pour non conformité du service pourrait atteindre 52 M€, ce qui ne manquera pas d'animer les relations entre la DB et le Sénat de Berlin si celui-ci appliquait cette sanction à la lettre, sanction d'une ampleur inimaginable en France où les pénalités prévues sont bien moindres et dites "incitatives"...