27 mai 2009

Puy de Dôme : une crémaillère sur un volcan

La construction d'une nouvelle voie ferrée qui n'est pas conçue pour la grande vitesse est un événement rarissime en France. En Auvergne qui plus est, alors même qu'on s'est focalisé ces derniers mois sur deux lignes à très faible trafic dont la fermeture a beaucoup fait couler d'encre dans le monde ferroviaire. Et quand ladite ligne de chemin de fer vient mordre sur le domaine de l'automobile, certains courent chercher leurs sels dans la pharmacie.

Pourtant, le Département du Puy de Dôme a engagé la (re)construction de la ligne de chemin de fer du Puy de Dôme. Longue de 5300 m, elle sera dotée d'une crémaillère. Le groupe SNC-Lavalin a remporté en 2008 la délégation de service public pour construire, exploiter et entretenir la ligne pendant 35 ans. La Caisse des Dépôts vient de rejoindre le capital de l'entrprise TC Dôme, désormais détenue à 51% par SNC-Lavalin et 49% par la CDC.

Le projet représente un investissement de 76 M€ répartis ainsi : 30 M€ pour le Département, 12 M€ pour le FEDER, 6 M€ pour la Région, 6 M€ pour l'agglomération clermontoise, 5 millions pour l'Etat et 17 M€ pour le délégataire SNC-Lavalin.

Le matériel retenu est issu de la gamme GTW de Stadler, avec deux voitures à voie métrique encadrant le truck moteur central. En principe, la mise en service est prévue en 2012 avec une desserte toutes les 20 à 30 minutes toute l'année, avec un tarif de base de 8,40 euros.

Posté par ortferroviaire à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mai 2009

Veolia envisage de quitter le fret ferroviaire

C'est du moins ce qui circule dans la presse économique, probablement comme conséquence de la dépression économique actuelle. La SNCF pourrait s'intéresser à l'affaire si la cession était confirmée. Reste que Fret SNCF n'est pas franchement en bonne santé, et qu'il pourrait être mal vu de la part de la commission européenne qu'une branche très déficitaire reprenne l'un de ses concurrents.

L'opération serait pour le moins intéressante sur le papier puisqu'en se portant acquéreur de Veolia Cargo, la SNCF prendrait également le contrôle de Rail4Chem, autre opérateur de fret, et pourrait alors faire un peu plus de poids face au rouleau compresseur DB Cargo, qui continue de placer ses pions en France, notamment pour contrôler les acheminements Allemagne - Espagne - Portugal. Dans la compétition entre opérateurs historiques, la SNCF entend donc ne pas laisser ses voisins menacer son pré carré...

Posté par ortferroviaire à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 mai 2009

Electrifier l'étoile de Saintes ?

La semaine prochaine devrait prendre fin la période de fermeture pour travaux de la section Niort - Saintes. D'un montant de 15 millions d'euros, cette opération de rénovation des voies préfigurerait - employons encore le conditionnel ! - l'électrification de l'étoile de Saintes, composée des lignes Angoulême - Saintes et Niort - Saintes - Royan. Reste que le motif de cette électrification projetée est assez mystérieux : une desserte TGV directe de la côte charentaise serait-elle dans les cartons, par effet de mimétisme avec la côte vendéenne ? 

Avant d'envisager pareil scénario, ne faudrait-il pas plutôt s'interroger sur l'état de la voie et de la signalisation ?

Posté par ortferroviaire à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Désaturation du noeud de Bordeaux : un pas décisif

Après la mise en service du nouveau pont sur la Garonne, entraînant la mise à la retraite de l'ouvrage historique, la désaturation de l'entrée nord de Bordeaux se poursuit : le Préfet a signé la Déclaration d'utilité publique de la mise à 4 voies de la section Bénauge - Cenon (coût de l'opération 240 M€ d'euros), tandis que le deuxième tablier sur la Garonne s'apprête à recevoir les nouvelles voies qui amélioreront l'entrée dans la gare Saint-Jean.

Posté par ortferroviaire à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Deux présidents sur Pau - Canfranc

Deux Présidents sur les traverses : le premier dirige le conseil régional d'Aquitaine, le deuxième la SNCF. Tous deux ont arpenté les voies désertées depuis près de 40 ans situées entre Pau et Canfranc, dans la vallée d'Aspe. Un itinéraire présenté par le premier au second comme la voie naturelle entre Bordeaux et Saragosse, sur un axe à fort potentiel de trafic fret, alors que la vallée est aujourd'hui un itinéraire de transit pour les camions.

Depuis tant d'années qu'on parle de la réouverture de Pau-Canfranc, on pourrait perdre espoir. Pourtant, la volonté de la Région est là, et la SNCF ne dit plus non : elle ne dit pas encore franchement oui, et attend les prises de position de l'Etat et de la Région. Transformer une ligne de montagne en itinéraire fret européen est un défi, mais peut-on se contenter de deux axes France-Espagne de part et d'autre de la chaîne des Pyrénées ?

En attendant, d'ici 2011, les TER Pau - Oloron pousseront jusqu'à Bedous : la récente conversion de l'exploitation à l'autorail pose immanquablement la question des délais de la réélectrification...

Posté par ortferroviaire à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :